La technologie d'analyse de sentiment de Nstein, un élément indispensable pour evolve24

On connaissait Nstein pour ses solutions de DAM, WCM ou TME dédiées aux journaux, magazines et communication d'entreprise. Je ne savais pas qu'Nstein avait développé une technologie "d'analyse de sentiment", qui détermine le degré d'amour ou de haine généré par une marque ou un produit (je schématise volontairement).

Voici un communiqué de presse qui en apprend plus à ce sujet fort intéressant :
"Nstein Technologies Inc., www.nstein.com (TSX-V : EIN), leader dans le domaine des solutions de gestion de contenu numérique destinées aux entreprises traitant de grands volumes d'information, annonce aujourd'hui que evolve24, société de premier plan dans les domaines de l'analyse de marché et de la recherche, basée à Saint Louis (Missouri), renforce sa relation avec Nstein alors qu'elle accélère sa croissance sur le marché de la mesure du risque d'atteinte à la réputation.

« La réputation d'une marque ou d'un produit évolue au cours du temps et est le fruit des actions prises par l'entreprise », explique Scot Wheeler, Vice-président des Services Stratégie et Clients chez evolve24. « Par exemple, le lancement d'un produit ou d'un service inadapté aux besoins des consommateurs, un mauvais support à la clientèle, un problème d'ordre réglementaire ou législatif, une campagne publicitaire manquée ou une mesure particulièrement mal perçue par le grand public, peuvent porter atteinte à la réputation d'une marque. A l'inverse, l'annonce d'un nouveau produit, une campagne virale ou le recours à des groupes d'utilisateurs peuvent permettre de jouir d'une couverture extrêmement positive de la part de publications et de blogs influents permettant ainsi de construire une bonne réputation. »

La technologie d'analyse de sentiment de Nstein permet à evolve24 de déterminer rapidement le ton d'un article ou d'un commentaire, offrant ainsi une vue de l'image de marque d'une compagnie. « On considère qu'une personne peut au maximum définir le ton de 200 articles par jour, soit 25 par heure », a déclaré Scot Wheeler. « Grâce à Nstein, nous pouvons concrètement catégoriser des dizaines de milliers de contenus par jour pour chacun de nos clients en les classant par marque ou par thème et en ayant recours à une seule personne pour valider les résultats. »
".

Commentaires

Articles les plus consultés

Infographie : quelle est la meilleure plateforme pour gérer ses réseaux sociaux (et ceux de ses clients) ?

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]