Quark Xpress Server 9, la tête dans le Cloud





Après le lancement de Quark Xpress 9, il était logique que Quark dévoile la version serveur de son logiciel de PAO. C'est chose faite aujourd'hui, avec l'annonce de Quark Xpress Server 9.

Bien évidemment, Quark Xpress Server 9 gère les nouveautés introduites dans la version desktop :

  • listes à puces et numéros,
  • tableaux répartis sur plusieurs pages (avec répartition intelligente des tableaux sur les pages suivantes en cas de débord),
  • styles conditionnels,
  • appels de légende (callouts)
Mais Quark est allé plus loin, en visant clairement, et c'est révolutionnaire, le marché des applicatifs SaaS.
En effet, Quark Xpress Server 9 est désormais adapté à ce type d'usages :
  • administration en mode web : il est enfin possible d'administrer le serveur de composition via un service web, ce qui rend sa maintenance beaucoup plus légère. Configuration et administration deviennent ainsi plus facile à opérer. 
  • upload de fichiers en mode web : le téléchargement de modèles et de fichiers s'effectue également depuis l'interface web, ce qui simplifie grandement les processus.
  • multi plateformes : un plus grand nombre de plateformes est pris en charge, notamment iOS, Android, Blackberry...
  • architecture multitenant ? Il semble que Quark Xpress Server puisse supporter que plusieurs instances soient exécutées sur un même processeur, ce qui facilite une architecture en mode “multitenant”, indispensable aux usages SaaS.
  • architecture évolutive : Quark Xpress Server a conservé le principe des subrenderers qui permettent de démultiplier la puissance de composition en répartissant la charge sur plusieurs moteurs qui “tournent” en parallèle.

Quels enseignements tirer de cette annonce ?
Pour l'instant, on ne peut ne se contenter que du communiqué de presse officiel. Le site de Quark ne présente pas encore la documentation officielle.
Néanmoins, cette annonce confirme le virage stratégique de Quark, qui outre le fait de rattraper son retard, rationalise clairement son offre de produits en ciblant des secteurs bien précis.

Xpress Server 9 est clairement destiné aux intégrateurs système, qui grâce à cette nouvelle interface d'administration en mode web vont gagner un temps considérable en "alimentation", en configuration et en maintenance de leurs applicatifs web-to-print. Ce n'est pas rien lorsqu'il s'agit de déployer des systèmes configurés aux petits oignons chez des clients. Dans un marché dominé soit par des systèmes propriétaires, soit par des technologies Adobe, cela pourra peut-être donner envie à certains de changer de crémerie ?

Par ailleurs, cette nouvelle logique témoigne de la volonté de cibler le domaine des applications en mode SaaS, tendance lourde dans le domaine du web-to-print et plus largement, de l'automatisation des process marketing.

Reste une inconnue : le prix. A quel tarif Xpress Server 9 sera-t'il vendu ? Et sera-t'il disponible en SaaS ? L'avenir nous le dira. Quoi qu'il en soit, cette annonce nous confirme que Quark fourbit ses armes. Avec Web-to-print System d'un côté qui constitue une offre clés-en-mains plutôt orientée imprimeurs, Xpress Server 9 qui se présente comme une boîte à outils facilement configurable, et Xpress desktop qui se bonifie de version en version, Quark avance ses pions sur l'échiquier. Et prend même de l'avance sur ce coup-là... 

J'attends avec impatience la réaction d'Adobe : la CS 5.5 témoigne l'intérêt, voire le souci, qu'Adobe porte au SaaS. Il semblerait logique que les versions serveur suivent cette démarche en s'adaptant aux besoins du marché en ce domaine. Reste à savoir comment va s'organiser leur gamme dans l'avenir, entre Scene 7 d'un côté et Indesign Server de l'autre.

Un joli tango en perspective, quoi qu'il en soit ;-)

______________

Plus de détails sur Quark Xpress Server 9

Commentaires

Articles les plus consultés

Outbrain et Taboola : ou quand Voici s'invite chez Beuve-Méry

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud