Adobe CSS Region : un aperçu de la convergence web / print en matière de mise en page


La mise en page web a fait des progrès considérables au cours des dernières années : les styles CSS autorisent aujourd'hui des effets qui semblaient inimaginables en HTML il y a ne serait-ce que 5  ans en arrière.

Parallèlement, ces améliorations profitent aussi au format Flash : le Text Layout Framework d'Adobe démontre qu'aujourd'hui, on peut proposer des mises en page sophistiquées à partir d'une interface RIA en Flash / Flex.

Toutefois, s'il tend à se restreindre, le fossé en mise en page papier et mise en page web reste important.

Avec CSS Region, Adobe lève le voile sur l'avenir de la PAO
Blocs de texte liés, texte habillant des formes complexes, stylages conditionnels, césure et justifications avancées... autant d'effets de style qui restaient jusqu'à présent l'apanage exclusif des logiciels de mise en page papier. Adobe vient pourtant de dévoiler un prototype sur ses Labs qui pourraient bien faire voler en éclat le clivage print / web : CSS Region.

Basé sur les standards du CSS, le module CSS Region permet d'aller plus loin en ajoutant ces fonctionnalités qui font cruellement défaut lorsqu'il s'agit de transposer une mise en page papier avec des effets soignés sur un terminal électronique, navigateurs web en tête.
Bien sûr, cela reste un prototype : mais il pose un nouveau jalon qui montre que désormais, la frontière entre ces deux mondes devient très ténue. Au point que l'on peut désormais légitimement s'interroger sur la légitimité d'outils dédiés à chaque canal.

Avec ce type de technologie, un Indesign CS7 (pure supputation) pourrait avantageusement remplacer Dreamweaver voire même Digital Publishing Suite en permettant, depuis une interface unique, de générer un seul contenu dont la mise en page s'adapterait dynamiquement au terminal de lecture choisi, le print devenant finalement un terminal de lecture comme un autre.
Vous me direz que c'est plus ou moins ce qu'Indesign et Quark Xpress proposent dès à présent : sauf que leur logique reste basée sur un master orienté print qui est ensuite transcodé en HTML ou SWF pour s'adapter à des terminaux numériques. Cette étape de transformation génère nécessairement des pertes de qualité ou des limitations fonctionnelles.

Cette fusion print / web représente un véritable danger pour Quark et Adobe, car elle va conduire à la disparition de la niche des logiciels de PAO... De nouveaux entrants vont s'introduire dans ce nouveau segment, et il y a fort à parier qu'Apple sera en tête. Car en matière de logiciels simples d'utilisation et de prise en main qui génèrent un rendu professionnels, la firme de Cupertino a une longueur d'avance sur ses concurrents.

Dans les années 2000, nous sommes ainsi passés d'une logique monocanal à une vision multicanal de la publication : on ne construit plus des contenus en fonction de leur mode de diffusion, mais on prépare désormais un contenu unique qui peut ensuite être mis en forme pour s'adapter aux différentes contraintes technologiques de chaque canal de diffusion.

A mon avis, les années 2010 verront l'avènement du contenu unifié : tous les terminaux de lecture possible utiliseront la même technologie, probablement un HTML 5 enrichi pour s'adapter à toutes les contraintes d'affichage. Même si cela paraît utopique, je suis convaincu que l'on pourra d'ici 3 ou 4 ans mettre en page une publication papier très sophistiquée depuis un navigateur web, le contenu étant géré en XML et la mise en forme en HTML.
One content, One standard, Infinite outputs...


Pour aller plus loin sur le sujet :



Commentaires

  1. Très intéressant, merci, et d'accord ! On du reste sur le sujet…

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Articles les plus consultés

Outbrain et Taboola : ou quand Voici s'invite chez Beuve-Méry

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud