Motion Composer d'Aquafadas : I am ze king of ze HTML 5 !!!



Je vous en ai parlé au début du mois, Aquafadas a annoncé la sortie prochaine d'un logiciel destiné à faciliter la production d'animations en format HTML 5 et Flash.
Je me suis forcément inscrit au programme de la beta, car c'est typiquement le genre d'outils dont je suis friand.

En effet, que ce soit en tant qu'ancien graphiste ou que dans le cadre de l'animation marketing d'un projet, les raisons de publier une animation ne manquent pas : bannière publicitaire, bouton animé, portfolio, diaporama-qui-marche-sur-un-site-web-sans-devoir-passer-par-slideshare, argumentaire, splash screen...

Comme je l'écrivais dans mon précédent article, avant, dans une autre vie, je me servais de Flash MX pour cela. Je posais mes images, je m'amusais à faire mon animation et zou... je sortais un petit truc sympa sans saisir une ligne de code. Aujourd'hui, le problème avec Flash, c'est que pour faire aller un bloc texte d'un point A à un point B, il faut avoir fait Centrale. Et encore, sans redoubler.

Donc nous y voilà : j'ouvre Motion Composer, qui, bien qu'encore en Beta, est déjà très complet.
D'emblée, je suis séduit par l'univers familier : timeline à la iMovie, panneau d'inspection des objets, vue centrale... On retrouve les canons ergonomiques des logiciels de vidéo Adobe / Apple, et c'est tant mieux.



Pas une ligne de code à l'horizon... c'est re-tant mieux.

Pour commencer, rien de plus simple : on ajoute des diapositives dans la timeline, chaque diapositive constituant une nouvelle étape de la présentation. On peut insérer des images, des blocs texte ou des formes géométriques (rectangle uniquement pour l'instant), les déplacer et jouer sur leur ordonnancement.


Rien de plus facile que d'animer des objets ou des transitions
Pour animer mes objets, rien de plus simple. J'ajoute un état à ma diapositive : dans ce nouvel état, je modifie la disposition ou les effets de mes objets, Motion Composer se charge ensuite de calculer la transition entre l'état 1 et l'état 2. C'est même plus simple que Powerpoint.
Ensuite, pour réaliser une transition entre 2 diapositives, là aussi, c'est très simple : il suffit de choisir un effet, sa durée et zou... ça se fait tout seul.


Un vrai jeu d'enfant, franchement. Et puis si vous voulez par exemple, faire une animation interactive, il n'y a rien de plus facile que d'ajouter des actions à une image : atteindre une diapo, déclencher un URL, exécuter un Javascript... Très très ludique !

Spinner et médiathèque compris...
Motion Composer propose même de réaliser un spinner de preload via un écran de l'inspecteur, pour un résultat tip-top. Et pour plus de facilité, il intègre une médiathèque, au look très iLife.





HTML5 ou Flash ? Les 2 mon capitaine
Une fois qu'on a bien joué avec, on peut exporter son animation au choix, en HTML5 ou en Flash. Sans devoir modifier quoi que ce soit : et ça c'est très fort. Là encore, on sent que l'outil est fait pour des néophytes, les options d'exportation sont très simples, on ne se pose pas trop de questions. Et le résultat est sympa.

Bon, je vais vous épargner le fruit de mes essais, ça pique franchement trop les yeux ;-)
Mais c'est très ludique.

Et après ?
Bon, ça reste un logiciel en Beta : pas mal de trucs à améliorer donc, notamment la palette "Inspecteur" qui n'est pas hyper ergonomique, ou des fonctions qui manquent (mise en gras ou en italique du texte, rotation des blocs plus intuitives, alignement vertical du texte dans les blocs...) mais malgré cela, c'est vraiment un bel outil pour tout graphiste qui veut répondre aux commandes de ses clients, sans se casser la tête avec des outils trop lourds. Et très onéreux.

On se prend à rêver...
M'sieur Aquafadas, siouplé, pourriez-vous ajouter à votre backlog quelques fonctionnalités sympas, au hasard :

  • la gestion des calques, avec possibilité d'animer à la fois les calques, et au sein d'un calque, les objets qu'il contient : là on aurait une solution vraiment sympa pour faire de l'animation un peu plus poussée
  • des effets Ken Burns sur les transitions et sur les objets (notamment les images : possibilité de mettre en sépia, floutage, ce genre de choses...)
  • des formes géométriques plus complexes, avec courbes de Bézier
  • la sonorisation, à la fois en musique de fond et au déclenchement d'actions
  • la possibilité d'insérer des vidéos
  • la gestion des imports de SVG
Graphistes, vous allez enfin pouvoir faire râler vos potes développeurs
En conclusion, Motion Composer est un magnifique outil de créativité et de productivité, idéal pour faire du joli en peu de temps et à moindres frais. Je le vois comme le couteau suisse du graphiste indépendant ou de l'agence de pub qui reçoit beaucoup de demandes clients pour animer un site, générer des bannières, bref produire de l'animation en flux continu.
La prise en main étant aisée, vous allez rapidement arriver à faire des choses sympa, surtout si en parallèle, vous maîtrisez bien Photoshop et Illustrator ; là, c'est sûr, en 3 coups de cuillère à pot, vous allez produire des animations qui vont laisser vos collègues développeurs sur le c...

http://france.disruptionblog.com/

Commentaires

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source