Avec Heidelberg, le web-to-print entre dans l'ère industrielle



Circonspection. C'est le mot qui convient pour désigner la manière dont les imprimeurs ont pendant longtemps observé le web, en plus particulièrement, le web-to-print. Quelques "early adopters" se sont jetés dans l'aventure, essuyant les plâtres de technologies encore jeunes.
Mais petit à petit, le sentiment de voir le train s'éloigner sans pouvoir monter à bord a commencé à titiller de plus en plus de professionnels. Et fort logiquement, les constructeurs de presses d'imprimerie ont suivi le mouvement.
Confronté à la concurrence du numérique, au déclin de l'offset et à la croissance de l'imprimé personnalisé, Heidelberg a entamé un changement de stratégie drastique. Au début 2011, il s'est en effet allié à Ricoh pour proposer une gamme de solutions d'impression numérique, en combinant la souplesse des systèmes d'impression numérique à la puissance de Prinect, son flux de production. Désormais, avec un seul "cockpit", les imprimeurs peuvent piloter toute leur production, quelle que soit la technologie de sortie utilisée.

Mais Heidelberg ne s'est pas arrêté en si bon chemin. Face à la demande croissante de solutions web prêtes à l'usage, un accord mondial avec Bitstream vient d'être annoncé. Bitstream PageFlex, je vous en parle depuis longtemps dans ce blog : il s'agit de l'un des précurseurs du web-to-print, qui loin de Quark ou Adobe a développé ses propres solutions.



Ce partenariat a été dévoilé lors du dernier Graph Expo. Il prend le nom de Prinect Web-to-print Manager, ce qui illustre parfaitement le concept. Heidelberg entend ouvrir l'imprimerie au web, en permettant aux imprimeurs de se créer une vitrine en ligne intégralement connectée avec leurs outils métiers. C'est là que réside la force de l'offre : les imprimeurs seront sûrement sensibles à la signature Heidelberg, et à la garantie que ce nouvel outil qu'elles ne maîtrisent pas se fondra dans leur environnement de production industriel.

Pour l'instant, on ne peut s'en tenir qu'au communiqué de presse, mais visiblement, l'offre comprendra un kit complet, proposant un storefront web, des modèles, un système de personnalisation et d'automatisation des processes d'impression. Il est probable que les systèmes de preflight et de jobacceptance soient également intégrés.

Aucune info tarifaire à ce stade, mais connaissant les solutions PageFlex, il y a fort à parier que des modes de financement en SaaS ou en ASP soient proposés. Et puis, sur un devis de presse offset, ce n'est pas ce qui devrait peser le plus lourd ;-)

L'imprimerie continue sa mutation, qui s'accélère à la faveur des partenariats et des fusions-acquisitions. Chers amis imprimeurs, n'hésitez plus, jetez-vous dans le bain !

Commentaires

Articles les plus consultés

Infographie : quelle est la meilleure plateforme pour gérer ses réseaux sociaux (et ceux de ses clients) ?

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]