Imprimeurs : séparez votre structure web-to-print du reste de vos activités

Beaucoup d'imprimeurs sont tentés par l'aventure du web-to-print, pour élargir leur domaine d'activité et leur zone de chalandise en proposant des produits à personnaliser en ligne, ou du e-printing.
Mais attention, il ne suffit pas de "coller" un graphiste sur un service de web-to-print pour que ça marche.
C'est même le meilleur moyen pour se "planter".
Pourquoi ? Je vois 2 raisons à cela :

  1. l'ADN : ouvrir une vitrine sur le web pour votre imprimerie revient à devoir intégrer un nouveau savoir-faire, une nouvelle culture, bref, un nouvel ADN dans une entreprise qui était vouée jusque-là à la production industrielle de supports papier. On frôle la révolution culturelle, et les points de friction seront plus que nombreux...
  2. la concurrence interne : que vous le vouliez ou non, votre initiative web-to-print sera mal perçue par vos salariés, car ils y verront à la fois une remise en cause de leur métier historique, et une concurrence potentielle. Ce sera particulièrement flagrant au niveau commercial.
Pour ces deux raisons, vous avez tout intérêt à créer une structure indépendante, qui sera "cliente" de votre entreprise. Cette nouvelle entité devra avoir un esprit "startup", pour coller aux réalités du web ; elle devra intégrer des salariés qui ont la fibre web et e-commerce, plus que la fibre imprimerie. 
Idéalement, vous devez composer cette nouvelle équipe en prenant ceux des salariés de votre imprimerie qui sont tentés par l'aventure, et en y ajoutant de nouvelles recrues venues du web. 

Par ailleurs, en créant une nouvelle structure indépendante, vous aurez d'autant plus de liberté pour lui créer une identité propre, adaptée au web, sans remettre en cause votre clientèle traditionnelle. Et pour évaluer sa performance commerciale et financière...

Commentaires

Articles les plus consultés

Infographie : quelle est la meilleure plateforme pour gérer ses réseaux sociaux (et ceux de ses clients) ?

Les développeurs sont des créatifs... que les organisations ignorent

Headless eCommerce : dans 3 ans, les sites de vente en ligne auront disparu