Samsung Galaxy Note : mini-tablette, maxi-smartphone

©Samsung


Le Père Noël étant passé chez moi avant l'heure, j'ai le plaisir d'utiliser depuis 3 semaines un Samsung Galaxy Note. C'est un étrange appareil, mi-smartphone, mi-tablette.
Je vais vous faire part de mes premières réactions après cette première période d'utilisation.

Le choix du compromis, la force de la polyvalence
Pourquoi avoir choisi un tel engin ? Bonne question... téléphonant globalement peu mais étant un vrai addict aux réseaux sociaux, je recherchais plus un outil de navigation qu'un téléphone. Mais la tablette si elle est séduisante me semblait trop contraignante, en raison de son encombrement et de l'absence de capacité d'appel. A l'inverse, les smartphones classiques type iPhone ou Galaxy S ne me paraissaient pas offrir le confort de travail que je recherchais.
Ce qui a emporté mon choix, ce fût le stylet… En tant qu'ancien aficionado des Palm Pilot et autres PDA, je n'ai pas pu résister. Et puis le prix aussi, car en cette phase de lancement, on peut bénéficier de nombreux remboursements soit de Samsung soit des opérateurs, remboursements qui rendent l'appareil très attractif.
Bref, moi qui recherchais un appareil polyvalent, ce choix s'est imposé comme une évidence.

La taille du monstre : Samsung invente le “mammoth-phone”
A première vue, ça surprend. Un écran de 5”, ça ne laisse pas indifférent. Au point que vos amis en viennent à douter de vos attributs et de votre virilité, surtout si vous conduisez un 4x4. Là, ils pensent carrément que vous avez un truc à compenser… Mais à part un bon blindage contre les railleries de tout poil, il faut reconnaître que sa taille n'est pas un handicap, tellement l'appareil est léger, maniable et fin.
Je mettrais 2 bémols tout de même : pour les personnes ayant de petites mains, il n'est pas envisageable de le manipuler d'une seule main. Et personnellement, son revêtement glissant m'a causé quelques frayeurs, il a failli m'échapper à plusieurs reprises. Depuis que j'ai acheté un étui en cuir, cela va beaucoup mieux car il offre une meilleure prise.
Au bout de quelques jours, il faut reconnaître qu'on s'habitue bien au Galaxy Note, et qu'il n'est finalement pas si encombrant que ça. Il tient facilement dans une poche de pantalon ou de blouson, et sa manipulation n'est pas si compliquée que ça. Samsung a soigné la navigation et le placement des boutons, du coup, c'est plutôt pratique.

L'écran : 5.3” de bonheur… et d'yeux qui piquent
Je pense qu'une fois qu'on a goûté au confort d'un écran de cette taille, de cette qualité (AMOLED) et de cette résolution (1280x800), difficile de revenir en arrière. Je trouve que c'est la dimension idéale pour surfer, tweeter ou travailler sur un appareil nomade, surtout pour moi qui suis myope comme une taupe. Pour les vidéos ou les jeux, c'est également très pratique.
Au rayon des critiques, j'ai trouvé personnellement l'écran trop lumineux ; il faut dire que je suis sensible à la lumière ; mais là, j'ai carrément dû baisser la luminosité au minimum pour disposer d'un bon confort de lecture. Cela vient probablement aussi des reflets de l'écran brillant… vivement que le mat revienne à la mode, nos yeux ne s'en porteront que mieux.
Côté couleurs, rien à dire personnellement. J'ai lu sur certains blogs des critiques concernant la saturation des couleurs, mais comme il existe plusieurs profils colorimétriques dans le système, cela ne m'a pas gêné. Je pense qu'il s'agit simplement d'une question de paramétrage.

Assemblage : le plastique c'est fantastique
Chez Samsung on aime le plastique. Ceci dit, c'est pas du plastok (je sais, c'est facile). L'assemblage est de qualité, les plastiques sont de bonne facture. Du coup, on en oublierait presque que justement c'est du plastique. Il n'y a que la coque arrière qui m'a profondément interrogé lorsqu'il a fallu insérer la carte Sim. Ça se déforme, ça se clipse un peu en force… ça donne des sueurs froides quand ça fait "clic"… bref, c'est bizarre. Cela m'a fait regretter la coque doublée en cuir de mon ancien Blackberry.
A part ces petites tracasseries, il faut vraiment reconnaître que c'est bien un appareil bien monté.


Côté performances : le “Hummer” des smartphones
Visiblement, Samsung n'a pas mégôté sur le moteur de son engin. Processeur Dual-Core à 1,4 GHz, 16 Go de stockage, 1 Go de RAM (quand je pense que mon premier ordi n'en avait que 128 ko, ça me rend tout chose)… le moins qu'on puisse dire, c'est que ça envoie. Pour l'instant, je n'ai jamais pris l'appareil en défaut de performances, y compris sur des sites ou des applis gourmandes comme des jeux en 3D.
Un vrai “Hummer” de la téléphonie… avec le même appétit. Franchement, l'autonomie constitue LE point noir de cet appareil (à mon humble avis). Le fabricant annonce partout une batterie de longue durée et de nombreux blogs font état d'une autonomie de 13 heures en appel… heu… j'ai dû louper un truc… En usage essentiellement “data” avec le wifi activé (donc Tweetdeck + emails + internet intensif), je ne dépasse pas 10 heures… De quoi me faire regretter pour le coup mon vieux Blackberry Bold 9700 et son autonomie de chameau. Mais bon, il paraît que le passage à Android 4 améliore sensiblement la chose.

Ergonomie : exemplaire
L'interface justement, parlons-en. Jusqu'à présent, je n'avais pas véritablement eu d'expérience avec Android. J'ai été très agréablement surpris par l'intuitivité des écrans : Samsung a ajouté juste ce qu'il faut de surcouche pour optimiser l'usage de son appareil, et l'utilisation d'Android est un vrai bonheur.
L'installation d'apps, la configuration de l'appareil, tout est très fluide et très intuitif. Et les rares boutons de Samsung sont positionnés où il faut et sont d'une logique très claire.
Je suis bluffé par la simplicité générale de l'outil, et par la qualité des la plupart des applications qui procurent un réel gain de temps. A part un ou deux raccourcis pas très heureux, je me suis surpris à ne pester que très peu contre l'ergonomie générale de l'appareil et de son interface, c'est un signe...

Et le stylet ?
Ce fut la grande de mes surprises. J'ai choisi cet appareil principalement en raison de la présence d'un stylet. Et au final, je dois avouer que je m'en sers que très peu… Le clavier est très confortable, et il est vrai que j'utilise beaucoup Evernote pour mes mémos et mes notes, donc je n'éprouve pas vraiment le besoin de m'en servir. Mais sinon, pour les différents tests que j'ai pu faire, tant en croquis qu'en détourage ou qu'en écriture, ce stylet est une belle réussite. Il faut dire qu'il est signé Wacom.
En attendant, force est de constater que c'est un joli levier marketing pour Samsung, qui en joue parfaitement pour créer le buzz autour de son smartpad, comme en témoignent les pubs qui suivent.





En conclusion : l'appareil idéal pour les hipsters à grandes paluches
Pour conclure, je dirais juste qu'au-delà des petits désagréments probablement  liés à ma relative inexpérience dans ce domaine, le Galaxy Note est une belle réussite. Doublée d'une véritable innovation. Samsung a réalisé une grande prouesse là où d'autres s'étaient cassés les dents. Cumuler les avantages du smartphone et de la tablette, sans juxtaposer leurs inconvénients, c'est un joli tour de force.
Pour ma part, je pense que c'est l'appareil idéal de toutes celles et ceux qui font un usage intensif des réseaux sociaux, du surf et de l'emailing en mode nomade, son écran apportant un réel confort au quotidien.

Une bien belle réussite dont le succès (plus d'un million d'exemplaires écoulés en 2 mois) prouve qu'il y a un marché pour les smartpads… ou les tablettes de 5 à 7”.


Tous les détails et specs de l'appareil : http://www.samsung.com/fr/galaxynote/benefit.html

Commentaires

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source