Playmobil : le catalogue papier comme vecteur principal de promotion de sa marque

Nous les trentenaires, nous sommes de la génération Playmobil. Ou Lego, au choix. C'est comme en musique, on est soit Rolling Stones, soit Beatles. NTM ou Iam. Rarement les 2.
Qui se souvient de pubs TV de Playmobil ? Pas grand'monde je pense.
Par contre, le petit dépliant glissé dans chaque boîte et qui présente jouets complémentaires et nouveautés de l'année, celui-là tout le monde s'en souvient. Avec émotion.
Certains enfants les collectionnent même.
A l'heure du web, de smartphones et des spots TV, Playmobil continue de privilégier le papier. Mini dépliant dans les petites boîtes de jouet, grande affiche dans les grosses boîtes, catalogue A4 de 60 pages (!) distribué librement dans les magasins de jouets et mini-catalogue d'articles complémentaires.
La mise en page est toujours aussi léchée, les photos toujours aussi bien travaillées, les accessoires mus en judicieusement en valeur... Playmobil utilise le papier pour faire rêver les enfants. Et bien que la marque allemande dispose d'une page Facebook et YouTube et de spots TV, je pense qu'ils n'ont rien trouvé de mieux pour assurer de longues heures de rêverie aux enfants. Ni pour faciliter la liste au Père Noël ! Même adulte, on prend du plaisir à feuilleter ces catalogues.

Une belle preuve que le print n'a parfois pas d'égal pour consolider et entretenir une image de marque dans le temps, de générations en générations.

Comme le disait Ogilvy, votre clientèle n'est pas une armée figée au garde-à-vous. C'est une armée qui défile. Les mêmes recettes publicitaires peuvent fonctionner des années voire des décennies si elles sont bien faites.


Commentaires

  1. "Comme le disait Ogilvy, votre clientèle n'est pas une armée figée au garde-à-vous. C'est une armée qui défile. Les mêmes recettes publicitaires peuvent fonctionner des années voire des décennies si elles sont bien faites."

    Très belle phrase !

    Haaaa, la nostalgie de ces bons vieux catalogues playmobil que je feuilletais, découpais et collais des pages blanches pour faire ma liste au père noël.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Articles les plus consultés

Outbrain et Taboola : ou quand Voici s'invite chez Beuve-Méry

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud