LibreOffice, futur paradis du #webtoprint en open-source

Le web-to-print est encore l'un des rares secteurs de l'édition logicielle qui résiste à l'open-source. L'une des raisons essentielles de cet état de fait tient, de mon point de vue, à l'absence d'alternative libre majeure dans les deux domaines essentiels qui sous-tendent le w2p : la composition PAO et la manipulation des PDF.

Mais cela ne durera pas.
Le web-to-print représente une évolution majeure de notre industrie et un levier de croissance important pour les années à venir, et il reste relativement onéreux. Donc, forcément, ça va arriver…

Vous qui êtes de fidèles lecteurs/trices de mon blog, vous savez que le sujet me passionne. Je me suis intéressé de près à plusieurs pistes, sous Inkscape ou Scribus, sous Joomla, sous OpenOffice ou sous des formats plus originaux. Mais rien qui n'arrive à me convaincre totalement.

Là, je crois que ça y est… j'ai trouvé : LibreOffice.
Pourquoi LibreOffice, “simple” suite bureautique?

Il y a plusieurs raisons à cela. LibreOffice pourrait n'être qu'une suite bureautique "de plus", simple émanation de OpenOffice. Pourtant, ce n'est plus un simple traitement de texte, grâce à une réorientation donnée sous l'impulsion de quelques développeurs.
  • LibreOffice est en train de s'orienter de plus en plus vers la PAO, grâce notamment à l'initiative de László Németh : gestion typographique avancée, typos OT spécifiques (Linux Libertine et Biolinum), support des ligatures, rendu optique…
  • LibreOffice va bientôt avoir droit à une version SaaS : contrairement à OpenOffice qui est résolument "Desktop", LibreOffice vise à offrir une alternative crédible en libre à Google Docs, Office WebApps ou Zoho. Le projet s'appellerait LooL et outre une version web, serait doté d'une version portée sous Android. Et qui dit version SaaS dit fonctions de collaboration à plusieurs. Bon, ce n'est pas encore pour tout de suite, mais ça se profile à l'horizon 2013.
  • LibreOffice est capable de produire quasiment tous les types de PDF, notamment -X ou -A
  • Enfin, comme OpenOffice, LibreOffice semble très bien fonctionner en mode "headless" sur un serveur…
Je résume : voici un traitement de texte doté de fonctionnalités de mise en page avancées, notamment au niveau de la compo orthographique, qui peut fonctionner à la fois en mode serveur et probablement, en mode web dans le cloud…  Sans oublier que, contrairement à Scribus ou Inkscape, LibreOffice est soutenu par une communauté importante et dynamique, garante d'un rythme de développement intense.

A suivre de près !

Pour télécharger Libre Office : http://www.libreoffice.org/download/

Commentaires

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source