Les tweets doivent-ils plaire au D.A.M. ?

Quand on pense D.A.M. (comprenez Digital Asset Management), la majeure partie des clients - mais aussi certains éditeurs - continuent de penser "photos". Voire "vidéos". Mais rarement plus...
Pourtant, un D.A.M. ce n'est pas qu'une simple médiathèque.
Il s'agit d'une manière de centraliser l'ensemble du patrimoine numérique d'une entreprise de façon à :

  1. recenser chaque composant de ce patrimoine
  2. transformer un "simple" fichier en un asset intelligent grâce aux taxinomies, thésaurus et ontologies,
  3. faciliter la localisation de chaque asset et surtout, sa réutilisation
Aujourd'hui, dans tout bon D.A.M. qui se respecte, on est censé retrouver des images, des logos, des vidéos, mais aussi des fichiers audios, des documents texte, des articles individuels, des tableurs, des diaporamas, des PDF... et suivant vos usages, des natifs Indesign...
Bref, tout ce que votre entreprise peut produire.

D'où une interrogation légitime à l'heure des réseaux sociaux : les tweets doivent-ils être indexés dans un D.A.M. ?
A priori, on peut se dire qu'un tweet n'est pas un asset, que cela n'a rien à voir...
Et pourtant, à y réfléchir, dans une entreprise, un tweet peut et même doit suivre un processus de validation. Il est censé pouvoir être traduit et réutilisé par certaines filiales. Il doit également pouvoir être tracé pour connaître son historique et planifier une éventuelle relance. Enfin, il doit être possible de positionner un embargo pour interdire l'envoi du tweet avant une certaine date.

En conclusion, chaque tweet et plus largement, chaque message Facebook, Viadeo ou Linked In, constitue un asset qu'il convient d'indexer et d'archiver. Enfin, c'est mon point de vue ;-)

Commentaires

Articles les plus consultés

Outbrain et Taboola : ou quand Voici s'invite chez Beuve-Méry

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud