e-Printing : ne survivront que les imprimeurs qui réussiront à s'interfacer au S.I. de leurs clients

En matière de e-Printing (comprenez la commande d'imprimés en ligne), je pense que l'on arrive aujourd'hui à la fin d'un cycle qui aura duré près d'une dizaine d'année.
La première génération de solutions e-Printing a consisté en des systèmes assez rudimentaires, qui reposaient pour la plupart sur une succession d'opérations manuelles réalisées :


  • soit par les clients : choix de papier, définition des options de commandes, renseignements administratifs, éventuellement personnalisation des supports…
  • soit par les opérateurs de l'imprimerie : suivi de fab, déclenchement d'incident, échanges avec le client…
Bien que les systèmes se soient sophistiqué au fil des ans, le principe est resté globalement le même. Le fait que quasiment toutes les plateformes de e-Printing / Print-eCommerce reposent sur des technologies propriétaires n'a par ailleurs pas incité les imprimeurs à s'ouvrir vers l'extérieur.

Aujourd'hui, cette étanchéité devient un problème majeur, qui peut conduire à mon avis à la disparition d'un grand nombre d'acteurs du e-Printing.

Trop d'acteurs, pas assez de différenciateurs

Qu'est-ce qui différencie aujourd'hui une offre de e-Printing d'une autre ? Et bien… pas grand'chose. Le prix ? la proximité ? la réputation ? la gamme de produits ? Autant de critères secondaires à mon sens, trop légers pour bâtir une stratégie d'entreprise.

Comme dans l'imprimerie "traditionnelle", le marché du e-Printing tend à saturation, non pas à cause d'une surproduction, mais plutôt en raison d'un bruit trop fort et d'un trop grand nombre d'acteurs qui empêchent aujourd'hui quiconque de prendre le leadership.
Il n'y a qu'à voir la quantité de réponses qui s'affichent lorsque l'on saisi un mot-clé lié à l'impression en ligne dans Google… 

L'interconnexion comme avantage concurrentiel

A l'heure où mêmes les plus petites entreprises sont dotées d'ERP et de CRM, et où les services marketing se dotent de solutions logicielles de plus en plus sophistiquées, de types MRM, MAM ou ECM, il n'est plus acceptable pour un client de devoir resaisir manuellement des informations de commandes qui existent déjà dans ses propres outils. Ni de ne pas être en mesure de voir des alertes remonter dans son système d'information. Il n'est par ailleurs plus envisageable de multiplier les logiciels… les clients veulent que l'information soit accessible directement depuis les 2 ou 3 outils dont ils se servent en permanence. La multiplication des applicatifs appartient au passé.

L'enjeu de l'e-Imprimerie de demain ne sera donc ni le prix, ni les choix technologiques, ni même les fonctionnalités proposées. Ce sera la capacité - ou non - d'un imprimeur à se connecter au S.I. de son client pour récupérer les données de commande ou de personnalisation, et pour y remonter "seamlessly" comme disent les américains toutes les données de suivi de fabrication.

Inventer un e-imprimeur "Plug & Play"

Chili Publish a ouvert une voie intéressante dans le domaine du web-to-print : là où les offres de boutiques web-to-print complètes se multipliaient, ils ont choisi de se positionner uniquement sur le module d'édition de document. Mais ils ne l'ont pas fait à moitié :
  • leur éditeur est l'un des plus performants et des plus puissants du marché
  • il ne requiert aucune technologie tierce pour fonctionner : ni moteur de composition Indesign, ni moteur de rendu PDF,
  • il est totalement "plug & play", ce qui signifie pour l'acquéreur qu'il n'a pas à se soucier de sa compatibilité avec son infrastructure existante. On branche, ça marche…

Les e-Imprimeurs doivent s'inspirer de cet exemple : il faut inventer un nouveau modèle dans lequel la plateforme de e-Printing ne serait plus une boîte noire lisse et hermétique, mais deviendrait un module configurable doté de connecteurs dans tous les sens.

Quel que soit le métier de votre client, quel que soit l'outil qu'il utilise, la fonction "imprimerie" doit devenir un module à tiroir que l'on greffe au S.I., sans développement spécifique, uniquement avec du paramétrage.

Open-source et API comme clés de voûte de l'offre de demain

Force est de constater que tant que les plateformes de e-Printing reposeront sur des technologies propriétaires, avec des formats de données bizarroïdes, une telle ouverture relèvera du fantasme.
Une nouvelle génération d'outils doit voir le jour, reposant sur des frameworks open-sources éprouvés, et disposant d'API fiabilisés et documentés qui serviront de passerelles avec les systèmes des clients.

Cela signifie également que de nouveaux métiers vont faire leur apparition dans les imprimeries : il faudra des ressources capables de paramétrer un API pour permettre au S.I. du client de dialoguer avec la plateforme de e-Printing et au MIS de l'imprimeur…
Il ne s'agit pas nécessairement de développeurs, plutôt de bon techniciens, féru de pré-presse et conscients de toutes les implications du système dans la société : gestion de production, logistique, facturation… 

Aucune alternative

Il y en aura toujours qui se diront "bah, à quoi bon… ça fonctionne bien comme ça. Pourquoi changer ?"
Certes… Je rétorquerai simplement que le déploiement de systèmes "ouverts" et la mise au point des connecteurs est un chantier de longue haleine, sans compter que commercialement, c'est une nouvelle ère qui s'ouvre.

Un e-Imprimeur "plug & play" ne communiquera plus que sur ses tarifs ou ses délais de livraison. Il devra argumenter auprès des DSI pour leur prouver que sa solution est parfaitement capable de s'interfacer au système du client, sans le mettre en danger et sans demander quelque adaptation que ce soit. Cela implique un véritable changement culturel dans l'imprimerie mais aussi la construction d'une nouvelle offre centrée sur cette capacité d'interfaçage. C'est à ce prix-là que s'ouvriront les portes de l'Océan Bleu ;-)

Celles et ceux qui n'iront pas vers cette voie n'auront pas d'autre alternative que de continuer à se battre pour rester visible, avec une marge de manœuvre de plus en plus faible…

Commentaires

  1. 100% d accord avec cette analyse ! Je pense que beaucoup essaient , mais souvent la peur de l'intrusion est latente chez le Dsi . On a une expérience similaire avec notre solution de mise en page automatique, ou même en interne il y a souvent veto pour se connecter aux si (;((
    Chili ouvre une voie intéressante avec une Api digne de ce nom, riche et fonctionnelle, mais surtout une définition de l'espace de travail particulièrement adaptable à chaque situation rencontrée du csv jusqu'à la connexion native avec Cms . Bon, pour le dsi qui ne décroche pas de IE6 , va falloir patienter (;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Articles les plus consultés

Infographie : quelle est la meilleure plateforme pour gérer ses réseaux sociaux (et ceux de ses clients) ?

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]