Marketing : Pokémon, le premier vrai succès marketing de la realité augmentée


 

Autant vous le dire tout de suite, je n'ai jamais rien compris aux Pokemon. Mes neveux ont eu beau me l'expliquer des dizaines de fois, comme dirait l'autre "ça n'imprime pas".

Pour autant, j'ai observé avec beaucoup d'intérêt la nouvelle application de réalité augmentée et la vague de passion qu'elle suscité. La principale conclusion que j'en tire, c'est que les Pokemon ont réussi à démocratiser la réalité augmentée en la faisant adopter du grand public.

Un nouveau continent marketing

Jusqu'à présent, la réalité augmentée était un "truc" de R&D : tout le monde trouvait l'effet magique et sympa, mais personne n'arrivait à lui trouver un usage commercial pertinent. Beaucoup d'éditeurs ont fait des essais dans le domaine du catalogue, du packaging ou de la presse, mais aucune expérience n'a vraiment décollé. En cause, l'absence d'un lecteur universel rendant de fait obligatoire l'installation d'une application native.

Les Pokemon ont rendu la réalité augmentée ludique, et la grande majorité des citoyens (de tous âges) a découvert ce nouveau mode de consommation et d'information, avec un appétit d'ogre.

Les conséquences seront multiples, je vous le prédis. Dans l'univers du jeu vidéo, la réalité augmentée va être LE concept à la mode pour Noël 2016. Jeux à plateaux, livres, jeux vidéos, il faudra que le virtuel de mêle au réel. Dans la pub aussi, c'est un nouveau canal qui va s'ouvrir : je vous parie que dans les prochains mois, nous verrons des mamans, des papas et des ados chasser des points cadeaux dans les rayons de leur supermarchés.
Pour l'imprimé, c'est une belle évolution qui s'annonce. La condition est que les constructeurs de smartphone proposent nativement une technologie de réalité augmentée. Mais ça aussi, je vous prédis que nous y assisterons sous 10 mois : soit par le rachat d'un éditeur spécialisé tel que Layar par Google ou Apple, soit par le détournement d'une techno maison telle que Goggles ou iBeacon. Sans oublier que Facebook doit étudier cela avec gourmandise.

Un cas d'école marketing

Ce qu'il faut retenir de cette expérience, c'est qu'une technologie, aussi bonne et exceptionnelle soit-elle, ne décollera pas tant qu'elle ne correspondra pas à un besoin.

Les Pokemon nous ont aussi montré qu'un bon dosage de créativité, de nostalgie, d'expérience utilisateur originale et de technologie innovante génère un succès planétaire.


Commentaires

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source