Avec sa plateforme pour freelances, Linked In va s'attaquer à HopWork… et à Medium, Glassdoor et consorts



Après son rachat par Microsoft, Linked In a modifié doucement mais sûrement plusieurs éléments de son offre de service. Jusqu'à chambouler son interface ce qui n'a pas été sans faire de remous.
Quand on regarde en détails, on se rend compte que Linked In étoffe sérieusement son offre de services, pour proposer bien plus qu'un simple "Facebook" professionnel.

Hier, un réseau social de networking et d'offres d'emploi

A l'origine, Linked In – comme Viadeo – servait à afficher son CV en ligne, à nouer des relations et à répondre à des offres d'emploi. C'était tout, et c'était déjà bien car ça a permis à pas mal de professionnels de se retrouver soit par centres d'intérêts, soit par proximité géographique.
Des groupes de discussion sont nés également au point de devenir quasiment des syndicats professionnels internationaux.
Peu à peu, Linked In s'est imposé comme un réseau incontournable pour networker professionnellement, en local comme au national. Si Viadeo reste privilégié par les artisans, commerçants et PME, Linked In a réussi à s'imposer dans le monde de l'ETI et des grands groupes, avec une dominante sur les fonctions juridiques, marketing, IT et développement.

Aujourd'hui, un outil de prospection et de RH

A force d'engranger des données professionnels sur des millions d'individus, Linked In s'est retrouvé assis sur un tas d'or constitué de Data RH. Et c'est bien pour cela que Microsoft a mis la main dessus. Au fil du temps, Linked In sait quel parcours les professionnels font, quel temps ils restent dans telle ou telle entreprise, comment contacter le bon partenaire. Et tout cela a de la valeur, beaucoup de valeur. De l'outil de networking, Linked In est passé à l'outil de prospection commerciale. La fonction Sales Navigator permet d'interroger la base de données pour sortir des listes de prospects ciblés par fonction, secteur d'activité, taille d'entreprise ; ou d'identifier un profil et de demander à Linked In de sortir des profils similaires.
Ce nouveau type d'outil transforme le comportement des commerciaux et la façon de prospecter.
Mais c'est pas fini : du côté RH, LinkedIn se transforme également. De nouveaux modules sont apparus pour aider les recruteurs à trouver les bons profils, et donc à gagner du temps ; et de l'autre, LinkedIn monétise la recherche d'emploi en proposant une formule à toutes celles et ceux qui veulent changer de job, pour avoir accès à plus de données et à une meilleure visibilité. Il n'y a pas à dire, les marketeux de Linkedin ont bien compris le modèle Freemium !

Demain, un média et une plateforme de missions, adaptée au monde du travail du #turfu

Quand on est curieux et qu'on fouine dans les arcanes des outils, on finit par trouver des trucs intéressants. J'ai ainsi trouvé Profinder, un nouveau service réservé pour l'instant aux USA, et qui n'est ni plus ni moins qu'une plateforme pour soumettre des projets à des freelances. Freelances qui bien sûr sont inscrits sur LinkedIn, mais surtout, qui sont accrédités par LinkedIn.



Et c'est là que réside la différence avec HopWork et autres plateformes, sur lesquelles l'acheteur n'a que peu de garanties sur la "performance" des freelances qui lui sont proposés. Sur Profinder, LinkedIn sélectionne les experts en fonction de plusieurs critères :

  • photo du profil (!)
  • nombre recommandations de clients et de collègues
  • taille du réseau
  • nombre de publications sur Linked In
  • qualité du profil Linked In et de l'accroche
Ça, c'est génial : LinkedIn crée depuis des années les conditions et les critères qui vont faire de vous (ou pas) un expert légitime, autorisé à candidater à sa marketplace. Pour les clients, ce sera la garantie d'un niveau de qualité et d'expertise, estampillé LinkedIn. Brillant.
Ça signifie aussi que pour pouvoir prétendre à être un expert LinkedIn, il faudra publier… sur LinkedIn. Et régulièrement. Un bon moyen de couper la chique au Medium et autres plateformes de blogs généralistes. Là aussi c'est brillant.
Donc vous avez compris : avant que Profinder arrive en France, travaillez votre profil, votre photo, publiez des articles et demandez des recommandations.
Moi j'ai de la chance, je suis classé "Expert" #laclassedelespace







Commentaires

Articles les plus consultés

Outbrain et Taboola : ou quand Voici s'invite chez Beuve-Méry

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud