Pourquoi Trello est la meilleure solution de gestion de projet actuelle



Des solutions de gestion de projet, j'en ai testé énormément. En local, en SaaS, en offline… et j'ai souvent été déçu sur la longueur. Une fois l'émerveillement initial passé, j'ai en effet remarqué que les utilisateurs s'en détournaient par manque de visibilité d'ensemble, ou parce que l'outil était trop usine-à-gazesque. Ce fut notamment le cas avec Wrike ou Jira, qui s'ils sont très complets, deviennent illisibles à la longue à cause de la trop forte granularité qu'ils proposent.

Dans d'autres cas, c'est la dominante qui pose problème : je m'explique, Wrike par exemple est fait par des marketeux pour des marketeux. JIRA lui, est fait pour les dévs. Du coup, dans les équipes hybrides que l'on trouve dans des directions digitales, si on utilise Wrike, les dévs ne seront pas à l'aise, et si on utilise JIRA, ce sont les marketeux qui seront tristounets.
Bref, pas simple de trouver un outil simple et puissant. C'est là que Trello entre en scène…

Trello, la force de la simplicité

Contrairement à ses concurrents, Trello a tout misé sur la simplicité de l'interface. Il n'est pas nécessaire de passer deux heures à le configurer : on démarre et on joue avec, et l'interface est très facilement compréhensible. Il est aussi simple de créer des tâches que de poser des Post-its sur un paper-board. Et cette simplicité n'enlève rien à la puissance de l'outil : chaque "carte" représente une macro-tâche, au sein de laquelle vous pouvez ajouter des checklists, des pièces jointes… C'est très ludique et très puissant.

Une vraie vision d'ensemble, synthétique et "zoomable"

Du coup, ce système de cartes permet d'avoir la vision synthétique d'un KanBan avec les grandes tâches macro, tout en subdivisant chaque carte en un série de sous-tâches à réaliser. Seul petit regret, l'impossibilité (à ma connaissance) de mettre des échéances à chaque sous-tâche, mais je pense que ça viendra un jour.
Moi qui suis un grand fan des KanBan pour leur efficacité et leur lisibilité, Trello répond parfaitement à ce besoin, d'autant qu'il est très facile de créer de nouvelles catégories tout au long de la vie du projet.

Un outil qui fait face au quotidien

Comme je vous le disais, j'ai trop souvent vu des utilisateurs se détourner petit à petit du logiciel central de gestion de projet car il leur faisait perdre du temps. Avec Trello, ce n'est pas le cas. Au contraire, les utilisateurs se l'approprient, l'adaptent à leur main et collaborent assez facilement dessus.

Trello, l'accessibilité universelle

Une des limites des outils de gestion de projet traditionnels, c'est qu'ils sont "incompréhensibles" pour des non-initiés. Les utilisateurs lambda qui ne sont pas sensibilisés à la gestion de projet n'arrivent tout simplement pas à les lire. Trello, comme il propose une visualisation totalement configurable, permet de s'affranchir de cet écueil : par exemple, en créant un KanBan, vous générez une vue qui parle facilement à des non-professionnels de la gestion de projet, et ils peuvent prendre facilement la main dessus.

Un modèle performant grâce aux plugins et Power-ups

Trello est simple, sans être simpliste. Plutôt que de propositions des myriades de fonctionnalités, Trello s'ouvre aux standards du marché que chaque utilisateur peut activer ou non en fonction de ses besoins. Du coup, cela le rend très modulaire et très puissant, et hyper compatible avec l'environnement de chacun. Par exemple, en ce qui me concerne, je l'ai connecté à Slack, Evernote et Dropbox, et j'ai ajouté un plugin pour générer des vues en Gantt car c'est quelque chose que j'apprécie. Un développeur ajoutera probablement d'autres modules, et c'est ça qui le rend très intéressant.

La puissance du freemium

Cerise sur le gâteau, Trello est très puissant dans sa version de base. Franchement, elle est très complète, et les limites ne se font que très peu sentir. C'est probablement la raison qui fait que Trello est l'outil de gestion de projet n°1 des startups. Reste à savoir si cela restera le cas dans le giron de Jira, mais pour l'instant, autant en profiter.

En conclusion, si vous vous demandez quel outil déployer pour gérer vos projets en équipe, faites l'essai. C'est gratuit et vous tomberez sous le charme !

Testez Trello, c'est gratuit

Commentaires

  1. Trello a été racheté par Atlassian l'an dernier et Jira a pas mal évolué pour se simplifier. Jusqu'en 2016 il n'était par exemple pas possible d'avoir une vue d'ensemble des projets (dingue !!!). J'espère que la firme Australienne saura incorporer les bonnes idées de Trello dans Jira, ou l'inverse, histoire de créer un tool ou tout le monde se retrouve.
    Mon principal reproche à Trello c'est que ça incite pas mal à la procrastination, quand un projet n'avance pas ou qu'une tâche n'est pas/mal assignée, il est "normal" de la laisser traîner. En ça, Jira est plus abouti :).

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source