Pourquoi le RGPD est une chance pour les imprimeurs



A moins de vivre sur une autre planète, vous n'êtes pas sans savoir que l'Union Européenne vient d'activer une des règlementations les plus drastiques du monde en matière de protection des données privées, j'ai nommé le RGPD (Règlement Général pour la Protection des Données). Je ne détaillerai pas ici ce dispositif (si vous êtes intéressé, j'avais publié un article sur un autre blog), mais je voudrais plutôt m'attarder sur les conséquences de ce texte – et du contexte ambiant – sur l'imprimerie.

Il y a 10 ans de cela, j'ai vu les budgets marketing se détourner massivement du Print pour investir le webmarketing. En lançant les AdWords, Google avait réussi la prouesse de rendre le marketing compréhensible et lisible par les financiers, avec la magie d'un ROI sur le coût par clic.

Pour l'imprimerie, le webmarketing a été désastreux : comment lutter contre des médias marketing intelligents et bourrés de stats, quand on est un support relativement passif et plutôt économe en données comportementales ?




10 ans plus tard, après une orgie de data, quelques scandales et une exaspération globale des consommateurs… le monde change. Comme l'agriculture, le marketing a connu sa période d'exploitation intensive, au risque de ruiner la ressource.
Le RGPD remet les pendules à l'heure, et le consommateur attend autre chose : le respect. Les marques l'ont compris : de gré ou de force, elles vont devoir s'adapter à ce nouveau contexte, et elles vont nécessairement rechercher de nouveaux canaux plus respectueux.

C'est là que les imprimeurs ont un rôle à jouer : montrer à quel point le média papier, bien géré, est un vecteur de relation client de qualité. Non intrusif, passif – mais dans le bon sens du terme – , intelligent, mais que si on le souhaite, recyclable, durable… Le papier est bourré de qualités.

Alors ami(e)s imprimeurs, rebondissez sur la vague RGPD : expliquez à vos clients les vertus d'un magazine ou d'un beau catalogue, parlez-leur de marketing direct envoyé à une base de contacts collectés sérieusement, montrez-leur que le papier se marie bien avec un smartphone (regardez les exemples d'interactions web tels que le NFC peut en proposer)… et puis surtout, soyez convaincants : un beau support print est porteur d'une émotion, d'une sensation. Il sert la marque et il crée une expérience utilisateur que jamais une annonce AdWord ne pourra égaler.

A l'heure où l'expérience client devient l'alpha et l'omega d'un monde digital tracté par le eCommerce, le papier sous toutes ses formes (packaging, étiquetage, supports marketing…) est un vecteur essentiel d'attention portée au client.

J'en suis convaincu, l'heure de la revanche a sonné pour les imprimeurs, à condition d'être particulièrement convaincant, en sachant utiliser les arguments qui feront mouche.

Commentaires

Articles les plus consultés

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Pourquoi et comment Amazon va bouleverser le #webtoprint