Déclaration d'amour à VersionCue, le mal-aimé…

Une fois n’est pas coutume, je vais exposer une opinion personnelle, au lieu de simplement relayer les communiqués de presse des éditeurs de logiciel. Il faut avouer que je dispose de 10 minutes de libre entre le maquettage de 2 fichiers, alors c'est ma récré…

J’ai envie aujourd'hui de rendre hommage à un illustre inconnu, mal-aimé et délaissé : Adobe VersionCue®. Ce logiciel est livré “gratuitement” par Adobe avec les différentes déclinaisons de la Creative Suite. Rarement installé par défaut, il est tellement méconnu que la plupart des utilisateurs passe à côté, préférant se concentrer sur les “stars” que sont Illustrator, Photoshop et Indesign.

Mais c’est quoi VersionCue exactement ?
Aujourd’hui, à part les freelances qui travaillent tous seuls dans leur coin, tout le monde utilise un réseau en entreprise. Réseau qui est généralement connecté à un serveur de fichiers ou – pire – aux disques durs de tous les postes de travail.
Avantage : on peut partager des dossiers de travail, et échanger facilement des données.
Inconvénients : c’est vite la panique, surtout si vos collègues ne sont pas très organisés, ou qu'il n’existe aucune logique d’organisation, de nommage ou d’archivage en vigueur dans votre entreprise.

Ces problèmes sont accrus dans les agences de communication et les services pré-presse, car les graphistes manipulent un grand nombres d’assets (fichiers texte, images, fichiers de mise en page, illustrations…) souvent très lourds.

Avec un simple réseau, et des serveurs de fichiers, comment travailler efficacement en groupe ? Comment savoir si le fichier sur lequel vous travaillez n’est pas ouvert par l’un de vos collègues ? Comme versionner les différentes déclinaisons d’un même document, sans risquer d’écraser l’une d’entre elles ? Comment archiver proprement tous les éléments constitutifs d’un dossier client ?

Autant de problèmes qui se cristallisent dans les agences de communication, qui disposent rarement de responsables informatiques.

Adobe propose de régler tous ces problèmes simplement et efficacement, grâce à VersionCue.
Encore faut-il le savoir…

VersionCue, c’est un flux de travail collaboratif, optimisé pour toutes les tâches liées aux arts graphiques.
Flux de travail, ou “workflow” en novlangue, ça signifie que VersionCue s’occupe de ranger vos affaires à votre place… Ce logiciel, qui peut être installé sur un poste de travail, ou sur un serveur dédié, va créer des disques durs virtuels, accessibles depuis le réseau, et même par Internet, sur lesquels tous vos fichiers de travail vont être stockés et indexés,

VersionCue va alors s’occuper de gérer :
  • les droits d’accès aux fichiers, pour s’assurer que 2 utilisateurs ne travaillent pas en même temps sur un même document,
  • les versions de document : dès qu’un changement est apporté à un fichier, la version précédente est automatiquement archivée et mémorisée. Plus de risque de voir une étape disparaître.
  • le suivi des versions : vous souhaitez revoir votre fichier tel qu’il se présentait au démarrage du projet ? Pas de problèmes, en un clic, vous visualisez l’historique d’un document, et vous pouvez ré-ouvrir une ancienne version d’un fichier.
  • la sauvegarde automatique de l’ensemble du projet, à heure ou date fixe, en local ou en distant.
  • les commentaires partagés : à chaque enregistrement d’une version, vous pouvez laisser un message à l’attention de vos collègues, ou pour votre propre suivi.
  • l’archivage automatique : en un clic, vous pouvez regrouper tous les éléments d’un dossier terminé, pour les enregistrer sur votre espace d’archive.
  • l’accès distant à vos projets : vous souhaitez ouvrir votre réseau à des collaborateurs extérieurs, mais vous n’avez ni les compétences, ni les moyens de créer un VPN ? Avec VersionCue, vous pouvez donner un accès sécurisé à certains de vos dossiers, via une connexion FTP ou WebDav…
Ce logiciel est tout simplement magique… d’autant plus qu’il est livré en série avec la Creative Suite.

Ma love-story avec VersionCue
J’ai commencé à m’intéresser à ce drôle d’oiseau à partir de la CS2, il y a quatre ans ; à l’époque, l’agence de communication dans laquelle je travaillais se développait, et le travail collaboratif devenait une nécessité.

VersionCue CS2 m’a laissé un peu sur ma faim, je ne comprenais pas trop son fonctionnement, ni les bénéfices.

J’ai véritablement sauté le pas en installant VersionCue CS3 sur un Xserve en 2007. A partir de cette date, VersionCue est devenu l’épine dorsale du studio de pré-presse de l’agence, avec en permanence 3 graphistes connectés dessus, via un simple réseau Ethernet, plus des collaborateurs externes.

Cette architecture s’est avéré d’une robustesse incomparable ; le versionning automatique m’a sauvé la vie à plusieurs reprises, et en toute honnêteté, je n’ai jamais pris ce logiciel en défaut.
VersionCue est devenu mon compagnon de route…

Au point qu’aujourd’hui, je l’ai installé sur mon MacBook Pro, alors que je travaille tout seul, en freelance.

Quel est l’intérêt de s’encombrer d’une telle usine à gaz quand on est tout seul me direz-vous ?
D’abord, je dois reconnaître que, tant que je ne l'avais pas installé, j’étais “en manque”. Mais au-delà de mon addiction, VersionCue me permet de gérer automatiquement le stockage et l’organisation de mes fichiers, leur versionnage et leur archivage.
En résumé, VersionCue, associé à Adobe Drive (un disque dur virtuel qui ne contient que vos dossiers partagés), je dispose sur mon propre ordinateur d’un espace dédié à mes projets graphiques. Ça évite de se perdre dans les arborescences en cascade du Finder.

VersionCue, associé à Bridge (l’explorateur de médias d’Adobe), et à l’Adobe Drive (disque dur virtuel), et complété par le génial TimeMachine d’Apple (sauvegarde automatique), permet à tous les graphistes, qu’ils soient indépendants ou salariés d’une agence, de disposer d’un outil de travail hyper-performant, sans bourse délier, ni ingénieur informaticien affronter… ;-)

****

En conclusion, je rendrais encore hommage aux équipes qui ont conçu ce logiciel : elles ont compris notre métier, et elles réussissent à nous simplifier la vie.
Le principal tort de cet outil, c’est qu’il est méconnu, peut-être parce qu’il est un peu rébarbatif de prime abord, ou peut-être que parce que ces grand'frères lui font trop d’ombre.
En tout cas, croyez-moi, il mérite que l’on s’y attarde…

N’hésitez pas à me faire part de votre expérience avec VersionCue, ou à me demander conseil si vous avez des questions sur son utilisation.

Ludovic

Commentaires

Articles les plus consultés

Infographie : quelle est la meilleure plateforme pour gérer ses réseaux sociaux (et ceux de ses clients) ?

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]