Articles

Affichage des articles du 2021

🇫🇷🇪🇸 En France comme en Espagne, l'audience de l'imprimerie en ligne continue de chuter en mars

Image
  Comme chaque début de mois, je vous livre une analyse de l’audience des principaux sites d’imprimerie en ligne selon Semrush. Cela permet de prendre la « température » du marché, et sans surprise, ce mois de mars n’est pas glorieux.   En France, l'audience inférieure de 22% à celle de mars 2020 Le suivi que je vous propose offre désormais un an de recul, ce qui permet de comparer l’évolution de l’audience au mois précédent, mais aussi au même mois l’an passé. En février dernier, j’avais noté une baisse de l’audience globale, et cette baisse s’est prolongée en mars. Au point que l’audience cumulée des sites est inférieure de 21,97% à celle de mars 2020, qui avait marqué le début du confinement en France. Certes, la crise n’était pas encore totalement installée, mais on avait déjà noté un recul. C’est dire l’ampleur du recul du marché depuis le début de janvier 2021. Selon mes projections, j’estime entre 3 et 4 millions d’euros / mois la perte de CA pour l’ensemble des acteurs

Web-to-print painpoints : 10 enseignements de l'épisode OVH pour renforcer la résilience des eCommerces

Image
  Pour beaucoup de ecommerçants français, le mois de mars 2021 restera gravé dans les annales comme celui du méga blackout causé par l’incendie du data-center d’OVH à Strasbourg. Des milliers de sites français se sont en effet retrouvés brutalement coupés par ce désastre, et le pire, c’est que nombre d’opérateurs e-Commerce ont découvert à cette occasion que 1) soit ils ne disposaient d’aucune sauvegarde 2) soit leurs sauvegardes étaient localisées au même endroit que leurs données… C’est idiot me direz-vous… Certes, mais c’est une réalité à laquelle beaucoup ont été confrontés.     Le 10 mars dernier, lorsque l’incendie a été déclaré publiquement, le P-DG d’OVH Octave Klaba a déclaré dans un tweet en anglais : « Nous sommes victimes d’un incident majeur à SBG2 (…) Nous vous recommandons d’activer votre Plan de Reprise d’Activité ». Ce à quoi beaucoup de clients ont dû répondre : « votre QUOI ? »  Et oui, autre enseignement de cette crise… beaucoup de e-Commerçants n’ont ni PCA

Adesa lance son nouveau site web-to-print d'étiquettes adhésives

Image
  Imprimeur d’étiquettes adhésives depuis plus de 60 ans, Adesa vient de lancer aujourd’hui une mise à jour majeure de sa plateforme web-to-print. Je suis très heureux de ce lancement, pour y avoir contribué de près… C’est quasiment 1 an de travail qui s’achève aujourd'hui, depuis les premières réflexions et les premières esquisses. Ce nouveau site apporte de nouveaux services à la clientèle professionnelle, avec des fonctionnalités pensées pour répondre au besoin des clients B2B : calculateur de prix dynamique basé sur les surfaces et les matières choisies, système de devis convertissable en article du panier, workflow de bon à tirer électronique, fonction de retirage de commande, messagerie intégrée… L’API a également été totalement refactorée, pour plus de performance et de résilience.   Comme dit la pub, « et c’est pas fini »… De nouvelles surprises sur lesquelles travaille déjà toute l’équipe d’Adesa seront dévoilées dans les prochains mois.   Un grand bravo à toute l’éq

Game-Changer : Canva se lance à la conquête du web-to-print en multipliant les partenariats dans le monde

Image
  Créée en 2012 en Australie, et valorisée plus de 6 milliards de dollars 8 ans plus tard, la startup de Melanie Perkins s’est imposée dans le monde de la création graphique comme une véritable alternative aux logiciels traditionnels, tels que Photoshop, Corel ou Illustrator. Son succès fulgurant tient selon moi à trois facteurs déterminants : Une offre gratuite – bien que limitée – qui permet à beaucoup d’utilisateurs « pro » de se passer de logiciels payants Une orientation délibérée vers les réseaux sociaux, avec des formats et des modèles adaptés à Facebook, Instagram ou Pinterest, qui a généré une adoption rapide Une ergonomie incroyable, qui a réussi à mettre la « conception graphique » (j’insiste sur les guillemets) à la portée d’un grand nombre d'utilisateurs Résultat : aujourd’hui, dans beaucoup de services marketing, les producteurs de contenus n’utilisent quasiment que Canva pour sa souplesse, son faible coût et sa versatilité pour créer des contenus adaptés aux 

Résultats 2020 en hausse pour Cewe, malgré 34% de baisse dans l'impression commerciale

Image
  Le groupe Cewe vient de publier les résultats de son exercice 2020, et sans surprise, les tendances observées les mois précédents ont été confirmées. Le groupe finit l'année avec un chiffre d'affaires en légère hausse à 727,3 millions d'euros (2019 : 720,4 millions d'euros) ce qui en soit, constitue un réel exploit compte-tenu de la crise sanitaire que l'Europe et le Monde ont traversés. L'EBIT est en hausse de 40%. L'activité a été portée par les produits photos, avec une saison de Noël particulièrement performante, en croissance de près de 12,7%. Clairement, la crise sanitaire a porté ce segment de produits d'impressions… Du côté de l'imprimerie commerciale (Saxoprint, Laserline et ViaPrinto), l'ambiance est toute autre : le revenu de l'impression B2B a chute de 34,3% entre 2020 et 2019. Ce qui là aussi, est de mon point de vue, le reflet de la situation qu'on vécut bien des imprimeurs en ligne au cours de l'année passée. A noter

Rapprochement entre Print.com et l'imprimerie Em. de Jong (NL) pour renforcer le modèle de production en web-to-print

Image
Dans un communiqué de presse publié aujourd'hui, l'équipe de Print.com révèle que l'entreprise néerlandaise Em. De Jong (1200 employés), maison mère de Pers Rotatiedruk, Kampert-Nauta, TMB image Center, Mercator Press ou l'imprimerie Casterman vient de prendre une participation minoritaire à Print.com. De son côté, Print.com est également entré au capital d'une filiale du groupe Em. de Jong, Kampert-Nauta. De cette manière, les deux entreprises renforcent leur collaboration dans un mode gagnant-gagnant, le groupe Em. De Jong développant son expertise eCommerce en bénéficiant du savoir-faire des dirigeants de Print.com – qui rappelons-le sont les anciens fondateurs de Drukwerkdeal / Printdeal, tandis que Print.com renforce ses capacités de production avec un partenaire industriel majeur, doté d'un large panel de technologies d'impression, parmi lesquelles on retrouve notamment une presse Landa. Marco Aarnink, fondateur de Print.com Cette annonce est particul

Comment intégrer le Print dans les flux de Marketing Automation des plateformes eCommerce

Image
  Le marketing en eCommerce ne se limite pas à acquérir des visiteurs pour son site web : il faut déployer des mécanismes pour relancer plus ou moins automatiquement toutes les populations de visiteurs, en fonction de leur comportement d’achat… Récompenser ceux qui achètent régulièrement, donner des incitations pour déclencher l’achat suivant, rattraper celles et ceux qui s’en vont, récupérer les primo-clients qui ont cesser d’acheter, souhaiter un anniversaire… Tous ces mécanismes généralement désignés sous l’appelation « Marketing Automation » ou « Automatisation Marketing » sont bien connus des professionnels du eCommerce.   Le souci, c’est que la plupart des solutions de Marketing Automation se cantonnent aux canaux digitaux, principalement email, notification sur les réseaux sociaux, fenêtre web ou tchats. Or à certaines étapes du parcours client, le papier a un pouvoir de séduction ou de fidélisation bien plus important que le digital. C’est un support physique, concret, qui

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing

Image
Quand j’étais Directeur Marketing, j’ai toujours eu le sentiment que le média imprimé sous toutes ses formes (mailing adressé, magazine, asile colis, échantillons ou imprimé sans adresse) constituait un levier très puissant, bien plus que les AdWords par exemple… Le problème, c’est que ce sentiment, forgé par des années d’expériences, je n’arrivais pas à le traduire dans un tableur. C’est là où l’arrivée des Google Ads puis des Facebook Ads a constitué une révolution chez les marketeurs : outre des prix d’appels très bas (car la concurrence était moindre à l’époque), le webmarketing a apporté des métriques très précis avec de magnifiques tableaux de bords, qui ont permis – enfin – aux décideurs de quantifier la performance de leurs campagnes Marketing. Du moins le pensaient-ils…  Concrètement, pour l’avoir vécu, il y a eu un avant et un après Google Ads, car les décideurs ont enfin obtenu une réponse à la sacro-sainte question qu’ils se posaient « Si j’investis tant en marketing, com

🎸 Amazon Music propose désormais du print-on-demand aux artistes et aux fans avec Merch by Amazon

Image
  On sait enfin à quoi vont servir toutes les machines Kornit achetées par Amazon dans le méga-contrat annoncé en octobre dernier… Amazon vient en effet d’ajouter à sa plateforme musicale Amazon Music une offre de print-on-demand pour permettre aux artistes de vendre à leurs fans leurs produits dérivés. L’offre proposée tourne essentiellement pour l’instant autour de textile (tee-shirt, sweat, sac, coussins…) et de coques et accessoires pour smartphones, mais on peut légitimement s’attendre à ce que le catalogue s’étoffe rapidement, avec pourquoi pas, de l’affiche, des cartes, des carnets, agendas ou des cadres photos.     Pour les artistes, c’est du pain béni : depuis leur page officielle, ils vont pouvoir vendre en séries limitées leur merchandising, sans se soucier ni de la logistique ni de l’impression, ni du SAV. Ils n’ont qu’à encaisser leurs commissions, en s’assurant de protéger leur marque !     C’est une preuve de plus de l’engouement d’Amazon pour le print-on-dema

🇪🇸 En Espagne, l'audience des imprimeries en ligne augmente de 8% en février

Image
Suivant le principe de l’analyse de l’audience des imprimeries en ligne que je réalise chaque mois pour la France, j’inaugure aujourd’hui une analyse du marché espagnol en comparant le trafic des différents sites du marché ibérique, via l’outil Semrush. Cette analyse permet de visualiser une hausse globale en février, la somme des audiences des sites atteignant celle d’octobre 2020, en hausse de 8,6% par rapport à janvier.   Comme l’on peut l’observer en France, cette évolution cache des amplitudes très différentes selon les opérateurs : les majors connaissent une croissance importante sur février, ainsi que d’autres plateformes. A l’inverse, certains opérateurs connaissent une baisse d’audience de -15% à -50%, qu’il faut toutefois relativiser, le degré de fiabilité de Semrush étant faible. Cette hausse de l’audience est peut-être liée à l’abaissement des restrictions en Espagne, à la réouverture des terrasses et des centres commerciaux… ce qui serait une bonne nouvelle pour la Fran

📈-30% de baisse d'audience des imprimeries en ligne en février par rapport à 2020

Image
  Beaucoup d’imprimeurs constatent une forte morosité depuis les fêtes. Avec le couvre-feu, les restaurants et salons professionnels fermés, et les stations de ski privées de remontées mécaniques, l’activité globale est au ralenti. Et cette année, il n’y a pas de perspective de relance rapide comme des élections majeures, ou un grand évènement sportif au printemps… Cette tendance s’observe également dans l’imprimerie en ligne : comme chaque mois, je publie l’observation des audiences des sites d’imprimerie en ligne opérant en France, selon Semrush (fiabilité faible). En février 2021, Semrush observe ainsi 32,9% de baisse d’audience par rapport à février 2020, mois qui avait connu une belle envolée avant le confinement. Comme les mois précédents, tous les imprimeurs ne sont pas affectés de la même façon : les majors sont les plus affectés, alors que les opérateurs nationaux de taille moyenne (10 à 20 M.€) semblent maintenir une croissance, pour certains au-delà de 20%. Reste à savoir

Anticiper et gérer la hausse des prix des matières premières dans l'imprimerie en ligne

Image
    Après une année 2020 très difficile, et un début d’année 2021 pour le moins morose, les imprimeurs risquent d’avoir une nouvelle crise à affronte : celle de la hausse soudaine de leurs matières premières. Conséquence de la crise sanitaire, la consommation du polypropylène a explosé notamment pour la production de tests PCR. La pénurie guette, car la récente vague de froid au Texas a considérablement accentué les tensions sur la production de cette matière première désormais considérée comme stratégique, avec pour conséquence, une augmentation très forte des prix des matières premières PP et PE, et aussi PVC. Mais cette hausse n’affecte pas que ces 3 matières premières : en cascade, ce sont les encres, les films de pelliculage… qui voient leurs tarifs augmenter, dans des fourchettes comprises entre 6 et 11%. Ajoutez à cela un trafic aérien ralenti à l’échelle mondiale, et une sursollicitation du transport maritime avec des cours du fret mer qui s'envolent, et vous avez tous

Whatsapp autorise désormais les appels depuis un ordinateur et c'est une excellente nouvelle pour les services clients

Image
  Whatsapp vient d’annoncer sur son blog que les appels vocaux et vidéos seraient désormais disponibles sur ordinateur. C’est une excellente nouvelle, car ce réseau social se démocratise au point – selon moi – de supplanter Skype dans les usages privés. Pour les marques qui travaillent en eCommerce, c’est un nouveau canal relationnel qui s’ouvre, avec la possibilité d’interagir très facilement avec les clients dans un univers qui leur est familier, avec une multitude de possibilités : chat conversationnel message audio Audio conférence Visioconférence Si en France, Whatsapp reste plutôt réservé à la sphère privée, en Europe du Sud il s’est développé dans l’univers business. Il n’est pas rare de voir un numéro Whatsapp sur les sites web pour joindre le support client.   L’intégration d’un chat Whatsapp reste encore un peu compliquée, car il n’existe rien de natif contrairement à Messenger. Mais des plugins existent, et pour celles et ceux qui veulent renforcer leur présence m

Quelle plateforme ou quel CMS choisir pour son imprimerie en ligne ?

Image
  Pendant longtemps, lancer un site d’imprimerie en ligne a consisté à « simplement » ajouter un module de personnalisation de modèles (templates) à une boutique en ligne grand public, pour permettre à ses clients de « customiser » en ligne les documents proposés avant de pouvoir les commander. Les fiches produits étaient assez basiques, avec de simples tableaux présentant en lignes des quantités, et en colonnes des variations de délais ou de matière. Aujourd’hui, ce type de fonctionnement basique ne suffit plus pour répondre aux besoins de la clientèle qui achète du print en ligne. De grandes quantités d’options doivent être proposées en formats, matières, finitions, délais d’expéditions… Les produits standards doivent être complétés par des offres sur-mesure avec des champs de saisie libres, et des calculs de prix instantanés. Et la plateforme web-to-print doit être interconnectée avec l’ERP ou le MIS de l’imprimeur pour informer son client en temps réel de l’avancement de la produ

Les fabricants de presses d'imprimerie face à la disruption des modèles eCommerce-driven

Image
    Depuis toujours, les fabricants vendent des de presses d’impression, et avec ces machines, une capacité potentielle de travaux. Charge à l’imprimeur de trouver suffisamment de clients pour alimenter ces machines.   Ce modèle ne suffit pourtant plus aujourd’hui… De fabricants de presses à imprimer, les grandes multinationales de l’imprimerie se sont transformés en distributeurs de solutions complètes, intégrant front-office, back-office, flux, systèmes d’impression et de finition, et connectivité pour se brancher aux différents flux. Parallèlement, leur clientèle historique se réduit – malheureusement – alors que simultanément émergent de nouveaux utilisateurs, portés par le eCommerce et le print-on-demand. Mais cette clientèle-là ne veut pas de machines et n’en a que faire des technologies d'impression… Ce qu'elle recherche, c’est une bande passante  de capacité de production, des SLA* pour garantir la qualité et les délais de réalisations, des prix négociés et constan

Le Carbon-score, nouveau paramètre à intégrer dans le mix-marketing des imprimeries en ligne

L'imprimerie en ligne s'est construite au fil des ans autour de trois axes , le prix, le délai et les quantités. En exploitant les capacités de l'impression numérique , et en amalgamant de nombreuses commandes, les imprimeurs en ligne ont réussi à "disrupter" les codes traditionnels de l'imprimerie. Ils ont ainsi proposé de nouvelles façons de consommer le print, avec des paniers plus petits et des délais plus rapides, allant jusqu'à du JO dans certaines villes. Aujourd'hui , tout le monde semble se battre pour proposer les produits imprimés au prix le plus bas, dans les délais les plus courts, avec des seuils de quantités minimales de plus en plus bas. Et beaucoup se demandent jusqu'où cela va-t'il aller ou quand cela s’arrêtera ? L'arrivée du CARBON- SCORE pourrait bien modifier la donne. Introduit dans le projet de loi Climat, ce nouvel indicateur devrait plus ou moins prochainement apparaître sur tous les produits de consommation. Et pa

"Make small feel big" : Cimpress dévoile ses axes stratégiques à mi-exercice

Image
  Hier se déroulait en live le « FY21 Mid-Year strategy update » de Cimpress, un point à mi-parcours sur le déroulement de l’exercice et les orientations stratégiques, à destination des investisseurs. La présentation a débuté par un état sur les tendances de l’activité, puis a continué sur les orientations du marché et les axes stratégiques du groupe.   Une activité en recul de 20% par rapport à l’an dernier depuis janvier Globalement (si ma traduction est exacte), le groupe a résisté grâce aux actions mises en œuvre, mais depuis janvier, l’activité est en recul de 20% par rapport à la même période l’an passé (pré-COVID -NDLR). "That work was progressing well, and we were seeing the results of this in our prepandemic financial results a year ago, which were strong. Our adjusted EBITDA and adjusted free cash flow were at all-time highs, and we had meaningful increases in our return on invested capital. (…)   And we are still dealing with the effects of the pandemic today. A