Articles

Affichage des articles du avril, 2021

Où trouver des templates à personnaliser pour votre imprimerie en ligne ?

Image
  Dès qu’on se lance dans la vente de produits d’impression en ligne, la question de proposer des modèles à personnaliser se pose. Certains optent pour un modèle « upload and print » plutôt orienté B2B, dans lequel ils se contentent d’imprimer les fichiers transmis par les clients. D’autres choisissent un modèle plutôt orienté B2C, qui repose sur un choix de modèles à personnaliser en ligne par les clients, va un éditeur en ligne. Les modèles sont généralement classés par type de produit ou par thématique, et ils comportent des zones à personnaliser pour que le visiteur puisse adapter le design à son univers. Outre les difficultés liées au modèle économique – sur lesquelles je ne reviendrai pas dans cet article – le web-to-print basé sur des templates pose la question du choix des templates. Pour être crédible et attractif, la boutique en ligne doit proposer une grande variété de templates. Mais où les trouver ? Combien les acheter ? Quels pièges éviter ?   Créer soi-même ses prop

Selon Technavio, l'imprimerie en ligne devrait croître de 5% par an en Europe sur les 4 prochaines années

Image
  Selon le cabinet d’analyses et d’études marketing TECHNAVIO, l’imprimerie en ligne devrait croître au rythme de 5% par an sur les 4 prochaines années. Cette étude a été actualisée en tenant compte de l’impact de la cirse sanitaire.    Pour commander ce rapport, cliquez ici     Crédit : Technavio Source : PR Newswire

Cimpress publie des résultats en recul de 3% sur le premier trimestre 2021 et emprunte plus d'un milliard de dollars pour se renforcer

Image
  Cimpress vient de publier un communiqué de presse pour annoncer son intention de lever un emprunt à terme d’1,15 milliard de dollars pour « rembourser la dette garantie existante et apporter des liquidités au bilan » – si j’ai correctement traduit le texte en anglais. Sean Quinn, le directeur financier du groupe, explique que cet emprunt va servir également à saisir des « opportunités de fusions et acquisitions d’entreprises à petite échelle qui s’intégreraient dans les activités existantes de Cimpress ». Intéressant comme démarche : l’entreprise se renforce via des emprunts pour rembourser une part de sa dette, disposer de liquidités et saisir des opportunités de rachat, car il y en aura forcément avec la crise…      Dans ce communiqué, Cimpress détaille les résultats du groupe sur le premier trimestre 2021, et sans réelle surprise, l’activité globale du groupe est en baisse de 3% par rapport au premier trimestre 2020 (soit avant la pandémie). La baisse la plus forte est arri

Copees, le Faire-Part français… des start-ups se lancent à l'assaut de l'imprimerie avec des modèles alternatifs

Image
  Alors que le secteur de l’imprimerie est quasiment à l’arrêt, et que ses entrepreneurs sont focalisés sur la survie de leurs sociétés, de jeunes pousses détectent un potentiel de croissance et d’opportunités dans l’imprimerie. Probablement portés par le nouvel engouement de l’objet imprimé chez les jeunes générations, des startups proposent de nouveaux modèles dans l’impression et la reprographie, en levant des fonds.   Deux d’entre elles ont attiré mon attention : Copees – dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises – vient d’atteindre le million d’euros de chiffre d’affaires, avec un modèle basé sur la reprographie en petites quantités en très courts délais, avec livraison gratuite et conditions de paiement adaptées aux pros. C’est un nouveau modèle d’outsourcing du centre de reprographie, très pertinent à mon sens pour les centres urbains Le Faire-Part Français : comme le slip 😉 ces startupers veulent promouvoir des faire-parts made in France, conçus et imprimés dans

Avec BoardingPass, Enfocus simplifie le preflight des équipes support dans l'imprimerie en ligne

Image
  Le traitement des fichiers envoyés par les clients constitue l’une des problématiques majeures des imprimeurs en ligne. On distingue plusieurs « écoles » dans ce domaine : ceux qui ne contrôlent rien, et qui impriment en l’état, charge au client de fournir les bons fichiers. Ceux qui contrôlent en full automatique, avec un processus binaire : c’est bon ou pas, et si ce n’est pas conforme, ça bloque. Ceux qui contrôlent tout à la main, et qui corrigent plus ou moins gratuitement les bévues de leurs clients. Et puis ceux qui combinent les contrôles humaines aux check-ups automatisés pour essayer d’offrir le meilleur service sans dégrader sa rentabilité. Car dès que le nombre de commandes traitées augmente, le contrôle de fichiers devient un goulet d’étranglement qui peut vite retarder les commandes et grignoter la marge commerciale, sans compter les risques de litiges en SAV liés aux problèmes de fichier.   Personnellement, je recommande de valoriser au maximum le contrôle de fich

🇫🇷🇪🇸 En France comme en Espagne, l'audience de l'imprimerie en ligne continue de chuter en mars

Image
  Comme chaque début de mois, je vous livre une analyse de l’audience des principaux sites d’imprimerie en ligne selon Semrush. Cela permet de prendre la « température » du marché, et sans surprise, ce mois de mars n’est pas glorieux.   En France, l'audience inférieure de 22% à celle de mars 2020 Le suivi que je vous propose offre désormais un an de recul, ce qui permet de comparer l’évolution de l’audience au mois précédent, mais aussi au même mois l’an passé. En février dernier, j’avais noté une baisse de l’audience globale, et cette baisse s’est prolongée en mars. Au point que l’audience cumulée des sites est inférieure de 21,97% à celle de mars 2020, qui avait marqué le début du confinement en France. Certes, la crise n’était pas encore totalement installée, mais on avait déjà noté un recul. C’est dire l’ampleur du recul du marché depuis le début de janvier 2021. Selon mes projections, j’estime entre 3 et 4 millions d’euros / mois la perte de CA pour l’ensemble des acteurs

Web-to-print painpoints : 10 enseignements de l'épisode OVH pour renforcer la résilience des eCommerces

Image
  Pour beaucoup de ecommerçants français, le mois de mars 2021 restera gravé dans les annales comme celui du méga blackout causé par l’incendie du data-center d’OVH à Strasbourg. Des milliers de sites français se sont en effet retrouvés brutalement coupés par ce désastre, et le pire, c’est que nombre d’opérateurs e-Commerce ont découvert à cette occasion que 1) soit ils ne disposaient d’aucune sauvegarde 2) soit leurs sauvegardes étaient localisées au même endroit que leurs données… C’est idiot me direz-vous… Certes, mais c’est une réalité à laquelle beaucoup ont été confrontés.     Le 10 mars dernier, lorsque l’incendie a été déclaré publiquement, le P-DG d’OVH Octave Klaba a déclaré dans un tweet en anglais : « Nous sommes victimes d’un incident majeur à SBG2 (…) Nous vous recommandons d’activer votre Plan de Reprise d’Activité ». Ce à quoi beaucoup de clients ont dû répondre : « votre QUOI ? »  Et oui, autre enseignement de cette crise… beaucoup de e-Commerçants n’ont ni PCA

Adesa lance son nouveau site web-to-print d'étiquettes adhésives

Image
  Imprimeur d’étiquettes adhésives depuis plus de 60 ans, Adesa vient de lancer aujourd’hui une mise à jour majeure de sa plateforme web-to-print. Je suis très heureux de ce lancement, pour y avoir contribué de près… C’est quasiment 1 an de travail qui s’achève aujourd'hui, depuis les premières réflexions et les premières esquisses. Ce nouveau site apporte de nouveaux services à la clientèle professionnelle, avec des fonctionnalités pensées pour répondre au besoin des clients B2B : calculateur de prix dynamique basé sur les surfaces et les matières choisies, système de devis convertissable en article du panier, workflow de bon à tirer électronique, fonction de retirage de commande, messagerie intégrée… L’API a également été totalement refactorée, pour plus de performance et de résilience.   Comme dit la pub, « et c’est pas fini »… De nouvelles surprises sur lesquelles travaille déjà toute l’équipe d’Adesa seront dévoilées dans les prochains mois.   Un grand bravo à toute l’éq