Accéder au contenu principal

Après la vague Cloud Computing, la révolution du Cloud Printing ?

Le Cloud Computing, vous connaissez. Forcément. Je pourrais même dire que vous ne connaissez QUE ça, tellement l'industrie du logiciel s'est mise aux nuages et aux architectures virtualisées, pour permettre à ses clients de butiner des services web au gré de leurs envies et de leurs besoins, en toute légèreté.

Le cloud a bouleversé la manière dont on consomme le web, et pour longtemps.
Et cette nouvelle façon de consommer du service essaime dans des secteurs insoupçonnés. Par exemple, le Cloud Printing a fait son apparition début 2010.

De quoi s'agit-il ?
Après HP, Google a lancé son service appelé Google Cloud Print. Le concept est assez simple : à partir de n'importe quel terminal (ordinateur, tablette, smartphone…), composez un document, et “commandez” son impression, soit sur l'imprimante la plus proche de vous, soit à une adresse spécifique.
Un exemple d'application pour ceux qui auraient du mal à suivre : je suis dans la salle d'embarquement, à l'aéroport : je mets la touche finale à un rapport financier sur mon SmartPhone. Une fois que j'ai terminé, je commande via un service de Cloud Printing l'impression de ce rapport afin qu'il m'attende sagement dès le soir-même, à la réception de mon hôtel

Les principaux acteurs de cette tendance sont pour l'instant Google Cloud Print et HP ePrint. Des réseaux tels que ceux de FedEx ou des hôtels Hilton déploient également ces technologies pour proposer de nouveaux services. Par ailleurs, depuis la fin du mois d'août, le web bruisse de rumeurs de rachat de Vistaprint par Microsoft, Microsoft qui semble mettre ses troupes en ordre de bataille pour réussir l'offensive du Cloud. Il s'agit probablement d'une fausse rumeur, mais elle témoigne de la fébrilité qui gagne ce domaine.

Le Cloud Printing : réservé uniquement à la bureautique ?
Actuellement, le Cloud Printing ne semble toucher que des applications bureautiques, à faible (voire très faible) tirage. Seuls les fichiers bureautique sont d'ailleurs supportés. La question que je me pose, ce n'est pas SI, mais QUAND les imprimeurs intégreront cette nouvelle façon de consommer et donc de produire l'imprimé.

Car s'il est intéressant de pouvoir commander l'impression d'un tableau ou d'un diaporama à 10 exemplaires alors qu'on est en déplacement, je pense qu'il existe une vraie place pour des solutions plus professionnelles, qui pourraient offrir par exemple :

  • la capacité d'imprimer sur n'importe quel format de document
  • la capacité d'imprimer sur tous les types de papier, au choix en numérique ou en offset suivant les quantités requises,
  • la capacité de produire des publications au design professionnel, avec des données personnalisées, sans nécessiter le recours à des logiciels de PAO,
  • la capacité d'intégrer les finitions spécifiques à l'imprimerie : découpe, vernis, pelliculage…
En d'autres termes, depuis mon ordinateur, je pourrai ainsi dans un futur proche :
  • réaliser mes impressions de bureau, à très faible tirage,
  • commander des imprimés professionnels, avec vernis ou pelliculage
  • commander des supports marketing spéciaux : affiches, PLV, kakémonos, banderoles, adhésifs…
… tout cela, sans me déplacer, sans rechercher des prestataires spécialisés, et sans disposer ni des outils ni des compétences techniques nécessaires.


Ça vous paraît totalement abstrait voire impossible ?
Prenons un exemple : je suis commercial, je dois animer un stand sur un salon professionnel. Je sais que je vais distribuer environ 1000 brochures et autant de grilles tarifaires, et de la PLV spécifique (par exemple, 2 présentoirs pour dépliants et un mini totem).
Avec une solution de Cloud Printing professionnelle, le vendredi précédent mon salon, je me connecte à mon interface web. Je choisis un modèle de brochure parmi ceux qui sont conformes à la charte graphique de mon entreprise, je le personnalise en ajoutant par exemple le logo du Salon, et je modifie les rédactionnels de façon à ce qu'ils soient parfaitement adaptés à la typologie de mes visiteurs. J'agis de même pour la grille tarifaire : je pars du modèle standard, auquel je vais intégrer un rabais spécial salon. Puis je complète ma commande avec les présentoirs et le mini-totem. Et je commande l'impression de ces documents que je pourrais récupérer le lundi matin dans une boutique spécialisée en centre ville, à deux pas du palais des congrès. 
En tant que “simple” commercial, j'aurai ainsi personnalisé et piloté l'impression de mes outils marketing sans faire appel à qui que ce soit, et dans le respect de la charte graphique de mon entreprise.

Vers la renaissance de l'imprimeur de ville ?
Je suis convaincu que dans les années qui viennent, on va ainsi assister à une réapparition des anciens “imprimeurs de ville”. Affiliés à des réseaux de franchise, doté de matériel ultra-moderne en jet d'encre ou numérique, ils seront capables de traiter des commandes très hétéroclites dans des temps records. Et pour les commandes plus volumineuses, ils seront affiliés via leur réseau de franchise à des unités de fabrication de plus grande envergure qui proposeront un parc machine complet, adapté à tous les besoins.
Le Cloud Printing permettrait ainsi de conjuguer le service de proximité procuré par une boutique en centre-ville, la puissance de feu d'une imprimerie industrielle et la rapidité des services de transport express.


Commentaires

  1. Intéressant et séduisant ! Ca semble viable. En revanche, néophyte que je suis dans le domaine de l'impression pro, je me pose quand même la question de la gestion des couleurs ! Et dans une moindre mesure des transparences (mauvais souvenirs avec Office Depot).

    RépondreSupprimer
  2. Un bon exemple ?
    http://www.peecho.com/

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !