Accéder au contenu principal

Muse : Adobe tente de concurrencer iWeb


Adobe a dévoilé il y a peu son projet Muse (nom de code), une application en AIR destinée à permettre la création de sites web pour les nuls.
Enfin presque...
L'appli est sympa, c'est indéniable. Le look & feel de la Creative Suite transpire à chaque coin de l'interface, l'ensemble est très homogène. Muse permet facilement de créer un site, d'organiser les pages et de les hiérarchiser, d'insérer des éléments complexes tels que des onglets, des diaporamas, des menus en accordéons... Chaque composant peut ensuite être édité et personnalisé en quelques clics.

C'est une chouette application, qui peut s'avérer utile pour celles et ceux qui seraient effrayés par Dreamweaver.
Toutefois, je m'interroge sur la stratégie d'Adobe sur ce produit : quelle cible est visée ?
S'il s'agit des PME qui ont besoin de se créer un site à peu de frais, alors clairement, Muse manque cruellement de modèles à personnaliser. C'est ce qui fait la force d'iWeb ou de Rapidweaver à mon avis : on choisit un modèle, on change la couleur, les typos, l'agencement des pages, et en peu de temps, on dispose d'un site au look professionnel. Mais probablement que cela est prévu pour la version finale. Par ailleurs, le modèle tarifaire basé sur un abonnement ne me semble pas adapté à cette cible : Muse est fait pour du "one shot", des entreprises ou des particuliers qui ont besoin d'un site web qui va probablement peu évoluer dans le temps. Payer 15 $ par mois pour un simple logiciel de création me semble très onéreux, d'autant que certains hébergeurs proposent des services équivalents dans leurs packs...

Ou alors, Muse est un super outil de wireframing... C'est vrai que c'est pratique pour dessiner rapidement un prototype de webapp. Mais là encore, le principe de l'abonnement me semble rédhibitoire, vu qu'il existe bon nombre de solutions open-source ou de web apps équivalentes.

Wait and see comme on dit ; Muse est encore au stade de la beta, Adobe testant encore les réactions des utilisateurs. Je pense que l'objectif visé est de proposer une app aussi simple qu'iWeb aux utilisateurs de Windows. Après tout, pourquoi pas, à condition de ne pas exploser la facture finale...

En attendant, si vous voulez le tester, c'est ici que ça se passe : http://muse.adobe.com/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !