Accéder au contenu principal

Ceci n'est pas un MVP



Le management LEAN a favorisé l'émergence de concepts très intéressants dans la gestion de projet. Parmi eux, on trouve celui du MVP, cher aux startuppeurs. MVP signifie "Minimum Viable Product" , ou Produit Minimal Viable dans la langue de Cyril Hanouna.
A l'origine, le concept de MVP désignait le strict minimum nécessaire pour se confronter à des utilisateurs potentiels. Par exemple, si vous fabriqu ez des yaourts, ce qui compte avant tout c'est la texture et le goût. Pas la forme du pot ni son packaging. Le MVP d'un yaourt ressemblera donc à un bol avec de la crème dedans.

Le MVP selon Lamborghini

Pour une voiture, l'essentiel c'est le moteur, le chassis et les roues. Cela suffit pour tester la réaction d'un marché ou anticiper ses performances. En son temps, Lamborghini l'avait bien compris en créant la MIURA : le travail avait d'abord porté sur le chassis et le moteur, pour obtenir l'équilibre parfait. La voiture avait d'abord été montrée comme cela lors d'un salon, avant d'y ajouter une carrosserie digne de nom.

source : http://www.lambocars.com

L'image ci-dessus est l'exemple parfait d'un MVP qui à lui seul a su convaincre les professionnels de l'auto qu'une révolution allait se produire.

La théorie du MVP "trotinette"

Pourtant, il existe une autre école du MVP, qui explique comment "bien" créer le Mvp d'une voiture. Voici à quoi cela ressemble :

En résumé, pour construire une voiture, ce courant de pensée recommande de commencer par créer... un skateboard. Puis une trottinette, puis un vélo.

D'un point de vue de développeur, cela peut s'entendre... et encore. D'un point de vue "Business" , c'est une hérésie : si votre marché a besoin d'un véhicule destiné à transporter une famille sur plusieurs dizaines de kilomètres , vous ne pouvez pas vous confronter à lui avec une planche à roulettes.

Les américains ont une vision des projets assez différente de la nôtre .. ils recommandent d'aller le plus vite possible vers les clients, puis d'apprendre et d'améliorer le produit. Cette vision est tre's intéressante, car elle évite l'écueil de la Tour de Babel parfaite, mais qui ne sera jamais finie.
On l'imperfection n'a jamais empêché de vendre.

La condition , c'est de trouver son marché : et le Mvp doit présenter dès sa première version un Product Market Fit viable. Le problème que pose le schéma de la trottinette, c'est celui de la finalité : pour beaucoup de startups, le MVP ne sert pas à se confronter au marché. Il sert en réalité à bluffer des investisseurs et à lever des fonds, sur du vent. Dans les entreprises parfois, le syndrome est similaire : le MVP peut servir à allécher la Direction d'un groupe ou à obtenir des budgets, ce qui le détourne de son usage initial.

Ami-e-s entrepreneurs, ne vous trompez pas : un bon MVP doit vous permettre de vendre et d'obtenir vos premiers clients. Et vous devez avoir en tête de le faire le plus vite possible, même si tout n'est pas parfait !


Quant à vous ami- ers investisseurs, méfiez-vous des MVP bidons : s'il n'a pas été mis en pvducteoir, s'il n'y a pas de metrics et si aucun client ne l'a utilisé, alors c'est du vent. Et vous risquez de miser votre argent sur une trottinette pendant que d'autres conçoivent une Lamborghini.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !