Accéder au contenu principal

L’heure de la revanche aurait-elle sonné pour le Print ?

Depuis quelques semaines, j'ai l'impression que le vent tourne doucement dans le marketing. Il ne s'agit pas d'un signal fort, mais d'une multitude de signaux faibles.Voyons lesquels :
  1. les scandales qui ébranlent Facebook sur la vie privée,
  2. le déploiement du RGPD qui met en évidence les risques que courent nos données privées dans le Cloud, et qui prive les directions marketing de millions d'email,
  3. la réponse américaine au RGPD qui tente d'opposer une Uber-loi yankee,
  4. la multiplication des articles de presse favorables à la déconnexion digitale, ainsi que la sensibilisation des salariés,
  5. les doutes de plus en plus croissants quant à la véracité des chiffres des régies publicitaires en ligne.
  6. les études sur l'impact environnemental élevé du Cloud

Et enfin, cette semaine, les cours de bourse de Facebook et Twitter qui dévissent.

J'interprète ces signaux non pas comme la fin du marketing digital, mais comme la fin de l'utopie du tout-digital.. Le temps des cow-boys est terminé, les mirages se sont évaporés , et les professionnels reconsidèrent leurs positions avec pragmatisme.

Ce changement de paradigme constitue une opportunité pour les imprimeurs. Après une décennie de dédain, les marketers redécouvrent les vertus de l'objet imprimé , et surtout, face à l'explosion des coûts du marketing digital, comparent coût d'acquisition, taux de conversion et la fidélisation du print versus digital. Ainsi, le print reprend sa place progressivement dans un parcours client Omni canal , car il est plus pertinent, moins cher et plus IMPACTANT que les leviers digitaux... à certaines étapes-clés.

Entendons-nous bien : en phase d'acquisition, il est difficile en print de concurrencer des Google Ads ou des pubs Facebook, quoique cela dépende du secteur d'activité. C'est vrai en B 2C. En B 2 B, c'est déjà différent.
Dans les phases de conversion, de répétition et de fidélisation, le print est extrêmement performant. Bien plus que le digital.

Une nouvelle approche pour les imprimeurs

Concrètement , ce changement d'ère marketing peut et doit être exploité par les imprimeurs. Ils doivent appréhender les parcours utilisateurs de leurs clients (voire les aider à les construire) pour proposer des solutions de print adéquates et rentables, aux moments-clés,

Il ne s'agit plus de faire des devis au kilomètre et de se battre sur le prix du mille... Il s'agit de proposer un coût d'acquisition , un taux de répétition... bref d'aider son client à mettre en place les indicateurs qui l'aideront à développer son business et à comprendre la pertinence du print.
De sous-traitant exécutant, l'imprimeur doit évoluer vers un rôle de conseil, expert dans son domaine, mais parfaitement au fait des autres canaux marketing.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…