Accéder au contenu principal

L’observatoire de la DRUPA redevient optimiste pour l’avenir des imprimeurs (mais pas tous…)





Les organisateurs de la DRUPA – le plus grand salon de l’imprimerie dans le monde – vienne de publier leur rapport annuel sur l’état de santé de notre secteur d’activité. Réalisée auprès de plus de 850 imprimeurs, cette étude donne une vision assez complète des tendances qui agitent les différentes branches de l’imprimerie.

Confiance en hausse

Après une décennie marquée par l’explosion du marketing numérique et les effets d’une crise économique majeure, l’imprimerie semble retrouver des couleurs (sans mauvais jeu de mot). Sur le panel des imprimeurs interrogés, plus de 40% ont indiqué que leur entreprise était en bonne santé, alors que seuls 13% faisaient état d’une situation médiocre. Le solde positif de 27% témoigne d’une santé en amélioration, et d’un moral retrouvé chez une grande partie des imprimeurs. Toutefois, c’est surtout en Amérique du Nord que la confiance semble être la meilleure, la situation étant plus tempérée en Europe.

Performances variables selon les régions et les secteurs d’activité


Si l’Amérique du Nord et l’Europe se portent plutôt bien, la situation est nettement moins favorable en Asie, Amérique du Sud et Moyen-Orient, où les imprimeurs sont plus pessimistes. Quand à l’Afrique, la situation semble beaucoup plus compliquée que dans le reste du monde.

Si l’on zoome sur l’Europe, on constate également que la confiance diffère selon le secteur d’activité des imprimeurs : sans surprise, les secteurs du packaging / étiquettes et des imprimés non-commerciaux sont les plus performants. L’impression commerciale connaît une baisse de confiance, après plusieurs années d’embellie, tout comme l’édition.

Érosion des marges


Phénomène global, les marges des imprimeurs se réduisent, coincées entre des coûts de matières qui augmentent et une guerre des prix favorisées par l’offre disponible sur le web. La seule solution trouvée semble se baser sur une combinaison (augmentation de revenus + taux d’utilisation accru). 

Réduction des délais

En termes de technologies, l’observatoire de la DRUPA constate un tassement de l’impression numérique en termes de chiffres d’affaires, mais ce résultat peut être trompeur car l’augmentation de la quantité de travaux réalisés peut être atténuée par une baisse des prix de vente. En numérique comme en traditionnel, les délais d’exécution se réduisent, sous la pression des clients.


Le revenu du web-to-print augmente, surtout dans l’emballage


Seuls 1/4 des imprimeurs dispose d’une solution de web-to-print, et cette proportion est constante depuis 2014. Néanmoins, le chiffre d’affaires généré par le web-to-print augmente sensiblement chez les imprimeurs qui en sont dotés : en 2014, seuls 17% d’entre eux avaient plus de 25% de leur revenu issu du web. En 2018, la proportion est passée à 23%, et c’est dans le packaging que la croissance est la plus forte (de 5 à 19% sur la même période).


Pour en savoir plus, je vous invite à consulter l’excellent rapport de la DRUPA : www.drupa.com
www.drupa.com

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…