#Tribune : Print-bashing, enfin la fin du "Green Bullshit" ?


Ça fait des années que l'on nous bassine avec les signatures de mail "Eco-responsables" du type : Pour le bien de la planète, n'imprimez pas cet email… avec une jolie illustration d'un bel arbre bien green. Ou que nos compagnies d'électricité, de gaz, de téléphonie et autres nous expliquent que c'est bien mieux pour la planète d'arrêter de nous envoyer factures et relevés par courrier postal, pour préférer la si "verte" e-facture…

Objectivement, tout cela c'est du bidon, mais du bidon "vert" bien pratique. L'imprimé a été désigné responsable de la déforestation… comme c'est pratique. Chaque feuille de papier blanc ou rose, c'est un arbre abattu. PAS BIEN… A l'inverse, regardez comme c'est chouette de tout envoyer par email ou sur une application mobile, c'est ecolo-bobo, ça respecte la nature… et puis surtout, ça dégage de la marge bien grassouillette dans le budget annuel. Tip top, enfin pour la planète peut-être pas, mais pour le cours de l'action, ça c'est sûr !

Au cours des dernières années, la réalité a commencé à se faire, au point qu'aujourd'hui, beaucoup de grandes entreprises changent leur discours. L'association TwoSides a effet démonté le discours greenwash de plusieurs dizaines de grandes compagnies, au point de leur faire changer leurs allégations anti-papier.

Parallèlement, les citoyens du monde entier commence à prendre conscience du poids environnemental du web et de l'IT… pour alimenter nos boîtes mails, nos plateformes de streaming, nos réseaux sociaux, il faut des data-centers, des réseaux, des ordis, des smartphones et des objets connectés toujours plus gourmands en énergie, toujours plus consommateurs de ressources rares et polluantes, et toujours plus obsolètes rapidement…
L'association "Lesécoloshumanistes" a calculé qu'une seule recherche Google consomme autant qu'une ampoule pendant une heure…

On le sait, l'information qui ne pollue pas est celle qui n'existe pas. Le déchet le plus facile à recycler est aussi celui qui n'existe pas. Pour le reste, les activités essentielles, il faut cesser de penser que "dématérialisation = no pollution". Le papier a un bilan carbone quantifié, il peut être recyclé et recyclable, et la filière a depuis longtemps réalisé une mutation Eco-responsable.
Il serait souhaitable que les GAFA en fassent de même…

Sources :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Imprimerie : qui seront les gagnants et les perdants dans le monde post-Covid ?