Articles

En Turquie, Domino's Pizza choisit l'imprimerie en ligne Bi'dolubaski pour gérer ses impressions et sa PLV

Image
Les réseaux de franchises se rapprochent de plus en plus des imprimeries en ligne, des service d'impression cloud ou des API de print-on-demand pour optimiser leurs impressions, réduire le temps consacré à la gestion des commandes d'imprimés et diminuer leur empreinte carbone. Dernier exemple en date : en Turquie, Domino's Pizza a choisi l'imprimeur en ligne national Bi'dolubaski pour gérer les supports imprimés de son réseau. ource : Linkedin

Nouvelle plateforme web pour Printed.com

Image
      Printed.com est l’une des imprimeries en ligne leader sur le marché anglais. A la faveur de l’été, l’entreprise a lancé hier son nouveau site web, avec un certain nombre d’innovations destinées à faciliter la vie de ses clients.    La section « mon compte » a été repensée, avec un meilleur aperçu des commandes en cours et des factures, disponibles en plusieurs formats. Cette section intègre les demandes de devis via le formulaire dédié, et les messages échangés avec le service support.   La fiche produit a été profondément remaniée. Il est possible d’ajouter plusieurs produits au panier à la volée, puis de gérer ultérieurement l’envoi des fichiers associés.   Les options de livraison ont été également enrichies, avec une possibilité de livraison multi-points (une commande éclatée sur plusieurs points de livraison), avec gestion des justificatifs.    Du beau boulot, sincèrement, j’ai beaucoup l’interface très épurée, les couleurs « poppies » , et les interactions très r

La valeur de Canva perd 20 milliards de dollars après la réévaluation surprise de Blackbird

Je vous parlais récemment des signaux récents qui se multiplient comme autant de prévisions d’un réajustement assez brutal de l’économie IT / Tech. Je parle volontairement de réajustement, et non pas de récession, car après des années 2020 et 2021 complètement folles, il semble aujourd’hui que l’on revienne à plus de raison. Célébrée comme l’une des startups les plus prometteuses, Canva n’a cessé de croître depuis 2013, en développant une très grande communauté d’utilisateurs de son service graphique (85 millions), jusqu’à concurrencer les principales plateformes de web-to-print avec son service Canva Print. Plusieurs fois annoncées « entrante » en Bourse, Canva a levé en 2021 près de 200 millions de dollars. L’entreprise qui réalisait 1 milliard de dollars de chiffre d’affaires annuel était alors valorisée à 40 milliards de dollars, et plus récemment, cette valo avait atteint 54 milliards de dollars selon News.com.au. Des chiffres proprement hallucinants, et dont on peut interroger l

Les nuages noirs s'amoncellent au-dessus du eCommerce et de la tech

Image
  Shopify vient d’annoncer la réduction de 10% de ses effectifs , suite à une « surestimation de la demande de sites eCommerce ». Alibaba présente des résultats qui montre qu’elle a souffert en 2021… Meta et Facebook publient des résultats décevants , pour la première fois de son existence. Aux USA, les géants de la tech revoient leurs prévisions d’embauches à la baisse et les plans de licenciements se multiplient . Clairement, après des mois d’embellie – voire de folie – les signaux passent à l’orange sur le secteur de la tech, et aussi du eCommerce. Faut-il s’inquiéter nécessairement ? Je ne le pense pas. Personnellement, j’ai le sentiment qu’il s’agit de réajustements, soit suite à des prévisions surestimées, basées sur la période exceptionnelle du Covid, soit basés sur du « bullshit-tech-IT » 😂, ce qui globalement englobe tous les modèles fumeux avec des promesses de croissance délirante à la clé, mais zéro business model ni demande du marché. Je mets dans ce sac le metaverse,

Cimpress publie un C.A. en hausse à 2,8 milliards $ malgré une performance en baisse notamment sur Vista

Image
  Comme chaque année à cette date, Cimpress vient de présenter son rapport annuel sur l’exercice fiscal 2022 (pour la période juillet 2021-juin 2022). Le chiffre d’affaires global du groupe a progressé de 13% à devise constante, passant de 2,5 à quasiment 2,9 milliards de dollars sur la période. C’est impressionnant de voir un groupe dont l’activité repose sur l’imprimerie et la personnalisation atteindre de tels niveaux de revenus.    L’activité du groupe dépasse donc les seuils d’avant-pandémie. Toutefois, l’EBITDA ne suit pas la même tendance, son niveau se situant à -19% par rapport à FY 2021, et -29% vs FY 2020. La performance du groupe semble donc se dégrader, et plus particulièrement sur la B.U. Vista.       En effet, c’est cette entité Vista qui subit la plus forte baisse d’EBITDA, celui-ci passant de 362 m.$ en FY 2020 à 195 M.$ en FY 2022, et ce malgré la hausse des prix de vente pour répercuter les hausses des matières premières. Dans son rapport annuel, Cimpress sou

Série de vulnérabilités détectées dans plusieurs technologies eCommerce

Image
  Ces derniers jours, plusieurs éditeurs ont publié des bulletins à destination de leurs clients pour les informer de failles de sécurité qui auraient ou permis à des hackers d’exploiter des données clients ou détourner des paiements en usurpant des pages de règlement. On trouve notamment : Prestashop qui alertait le 22 juillet 2022 sur un fort risque d’injections SQL sur les plateformes version 1.6.0.10 à 1.7.8.2. Les équipes de sécurité ont publié un descriptif des attaques, un moyen de détection et une procédure pour patcher le système. Elles indiquent aussi les démarches à engager auprès de la CNIL en cas d’attaques détectée Le même jour, Drupal publiait un bulletin d’alerte similaire, concernant des vulnérabilités critiques détectées sur les version 9.3 et 9.4 et pouvant permettre l’exécution de code à distance, du cross-site scriping ou des détournements Du côté de Wordpress , ce sont les plugins qui ont été passés récemment au crible d’un audit de sécurité, et visiblemen

Tradeprint annonce une hausse de 10% de ses prix de ventes au 1er août

Image
  Conséquence de la hausse des coûts des matières premières et de l’énergie, l’imprimerie en ligne écossaise Tradeprint vient d’annoncer à ses clients que ses prix de vente seraient augmentés de 10% au 1er août. Cette hausse concerne la grande majorité des produits, à l’exception des têtes de lettre, cartes bristol haut de gamme, brochures agrafées…   De mon point de vue, cette annonce de Tradeprint préfigure d’autres hausses inévitables entre le mois d’août et la rentrée chez une grande majorité d’imprimeurs en ligne, selon la marge de manœuvre dont ils disposent en fonction de leurs stocks, de leurs marges et de leurs capacités de production interne. Certains joueront aussi la carte du statu quo, en conservant des prix non-actualisés afin d’attirer de nouveaux clients par opportunisme, ou d’inciter leurs clients à continuer à consommer du print. Si leur marge se retrouve écornée, c’est une façon de gonfler leurs ventes sans trop investir en marketing, mais à condition de bien sur

Gelato poursuit sa croissance à un rythme très élevé

Image
  Après l’annonce de la levée de fonds de CloudPrinter cette semaine, c’est au tour de Gelato de communiquer sur ses résultats. Le moins qu’on puisse dire, c’est que le cloud printing se porte à merveille… En 2021, le chiffre d'affaires de la plateforme et du réseau Gelato a connu une croissance d’activité de facteur x 3.5. Selon le communiqué de presse, la croissance s’atténue un peu en 2022, à x 2.3 .    Concernant la marque « publique » Optimal Print (portail web-to-print de la plateforme), sa croissance augmente de 38%, pour atteindre 874 millions de couronnes norvégiennes, soit 84 millions d’euros environ (selon mes calculs).   L’entreprise présente dans 33 pays est capable de livrer ses commandes en 72 heures grâce à un maillage d’unités d’impression locales.   ➡️  A l’heure où certains imprimeurs en ligne peinent à retrouver des niveaux de croissance d’avant-pandémie, le succès des plateformes de cloud printing interroge sur la stratégie à adopter sur la vente en lig

Cimpress et Cloudlab se rapprochent : quelles seront les conséquences pour le marché du web-to-print ?

Dans un article de  Beyond Print,  Bernd Zipper révèle que Cimpress serait entré au capital de CloudLab, l’un des éditeurs leaders sur le marché des solutions de web-to-print. Installé en Allemagne, Cloudlab développe plusieurs solutions autour du web2print : PrintQ pour les imprimeries en ligne, PackQ pour le packaging et BrandQ pour le marketing asset management. Les équipes de cet éditeur ont réussi en quelques années à s’installer durablement sur le marché des solutions corporate, plutôt haut de gamme, face à des concurrents tels que Chili Publisher, Aleyant ou Customer Canva. L’article détaille une interview du fondateur de CloudLab, qui explique ses motivations et que je vous laisse découvrir. Ce que j’en retiens, c’est que les deux compagnies se sont rapprochées en raison d’intérêts croisés : CloudLab a besoin de se développer sur le marché nord-américain, marché que connaît très bien Cimpress avec l’implantation de Vistaprint. Selon l’article, Cimpress utilise CloudLab dans ses

Web-to-pack : Packhelp lance PreMade, une gamme non-personnalisable

Image
  Le web-to-print est souvent à contre-courant des logiques industrielles. Guidé par la personnalisation en ligne, les parcours d’achats comme les catalogues vont parfois à l’encontre des principes de fabrication. Packhelp en offre aujourd’hui une belle illustration : ce leader européen de l’emballage personnalisé en courtes séries annonce lancer une gamme « Premade », qui consiste en des séries d’emballages prêts à l’emploi et non-personnalisables. On y trouve des assiette jetables (biodégradables), des barquettes repas, des boîtes à pâtes, des boîtes d’expédition, des enveloppes, des étuis cartons, des sachets…   Tous ces produits ont en commun d’être biodégradables / biosourcés ou recyclés, disponibles en stock, à petit prix et de ne pas être personnalisables. Pourquoi le spécialiste du packaging personnalisé vendrait-il des packs non-personnalisés ? A bien y regarder, c’est assez logique. De mon point de vue, chez les acheteurs, on peut distinguer ceux qui recherchent de la pe

Helloprint signe un premier semestre record

Image
  Dans un email envoyé à ses clients, Helloprint annonce battre plusieurs records, notamment celui du meilleur semestre de son histoire. La période Covid avait été particulièrement difficile pour Helloprint, qui semble aujourd’hui avoir renoué avec la croissance : le chiffre d’affaires est en hausse de 73% par rapport à l’année précédente, avec des records de marge, +54% de nouveaux clients, des notes de satisfaction client en hausse et une activité est particulièrement élevée en France et en Italie… Par ailleurs, 66 nouveaux collaborateurs ont rejoint l’équipe.   Helloprint s’est également engagé vers une démarche RSE, en réduisant son empreinte carbone grâce à un réseau d’imprimeurs locaux : 31% des produits sont produits et expédiés localement en circuit court. 103 produits « éco-responsables » ont été ajoutés au catalogue, et Helloprint s’engage dans une démarche de réduction des émissions de CO2 en permettant aux clients de choisir de compenser l’empreinte carbone de leur comm

Printful accepte désormais le paiement en cryptomonnaies

Image
  La plateforme de Print-On-Demand Printful vient d’annoncer qu’elle acceptait désormais les règlements en cryptomonnaies, via le portefeuille Bitpay. Pour l’instant, c’est réservé aux paiements en dollars. Cela peut paraître un peu « gadget », surtout au moment où beaucoup de cryptomonnaies se cassent la figure, mais pour un opérateur de print-on-demand connectés à des micro-stores, cela lui ouvre des perspectives autour du marché des micro-séries et des NFT. Je serai curieux de voir si ce mode de paiement se démocratise, ou fait pschiiit…    Source : Helpcenter Printful

Print.com fait gagner à ses clients un dîner au sommet de la Tour Eiffel

Image
  Print.com lance un jeu-concours pour ses clients français : toutes celles et ceux qui passent une commande entre le 18 juillet et 31 juillet peuvent tenter leur chance de gagner un repas pour 2 personnes au restaurant le Jules Verne, en haut de la Tour Eiffel.   Toutes les conditions du jeu-concours sont à retrouver sur le site Print.com   Source : Print.com

Le DSA renforce le contrôle des autorités sur les places de marchés

Image
  Face aux abus et à la position dominante des grandes places de marché, mais aussi des réseaux sociaux ou de certains moteurs de recherche, l’Union Européenne a adopté le DSA Act ou Législation sur les services numériques. Il s’agit d’un cadre unique commun à tous les pays membres de l'UE. L'accord a été obtenu le 23 avril, la mise en application se fera pays par pays prochainement.   "La législation sur les services numériques régit les obligations des services numériques qui jouent un rôle d'intermédiaire dans la mise en relation des consommateurs avec les biens, les services et les contenus. Elle vise notamment les places de marché en ligne. » Telle est sa définition dans le texte. Elle vise à offrir une protection accrue des utilisateurs, une augmentation de la transparence et de la responsabilité des plateformes. Si beaucoup de volets concernent la protection des mineurs et la lutte contre les fake news, plusieurs sont relatifs au eCommerce :   Identifier

Filestack lance Transformations, une UI dédiée au traitement des images

Image
  Nombreux sont les sites qui ont besoin de proposer à leurs clients un éditeur graphique pour modifier, recadrer, corriger… des images avant traitement. C’est vrai dans le web-to-print commercial, mais aussi dans la réalisation d’albums photos. Bien souvent, les outils disponibles sur le marché sont trop lourds pour l’usage attendu, ou trop coûteux. Filestack propose une nouvelle alternative, associée à son ensemble de solutions de gestion des envois (upload) de fichiers : appelée Transformations UI, ce service permet de créer facilement un éditeur d’images plug & play extrêmement intuitif et simple à l’usage.   Transformations UI propose des filtres, du recadrage, de l’ajout de texte ou de bordure… La langue de son interface est également customisable.     Si vous avez un projet autour de l’image, ce module peut vous intéresser. Il est disponible dans l’offre Grow, à partir de 199 $ par mois (incluant d’autres services liés au traitement des fichiers)     Plus d’infos