Accéder au contenu principal

Le gouvernement va inciter l'usage des TIC pour diminuer l'empreinte écologique des entreprises : une chance majeure pour les plate-formes éditoriales

Vu sur l'excellent GreenIT :
“Christine Lagarde, ministre de l’Économie, de l’industrie et de l’emploi, et Christian Estrosi, ministre chargé de l’Industrie, ont reçu des mains de Pascal Faure, vice-président du Conseil général de l’Industrie, de l’énergie et des technologies (CGIET), un rapport relatif à la contribution des technologies du numérique au développement durable. Ce rapport émet 15 recommandations.”

Vous pouvez lire ce rapport en téléchargeant le PDF. Je l'ai parcouru, et plusieurs recommandations ont attiré mon attention, car elles militent véritablement pour l'intensification de l'usage des plate-formes éditoriales dans les entreprises et les collectivités :

  • Recommandation 6 : Agir au niveau de l’Etat et des collectivités locales par un comportement exemplaire (… développement de la téléprésence dans l’administration…)”
  • Recommandation 8 : Favoriser l’installation des centres de données en France dans un triple objectif de développement durable, de compétitivité de la France et d’aménagement du territoire.”
  • Recommandation 10 : Favoriser le travail à distance dans un double but écologique et d’aménagement du territoire, et promouvoir le développement des télécentres”
  • Recommandation 15 : Généraliser la dématérialisation de l’ensemble des chaînes d’échanges d’informations, de contrats, ou de documents administratifs (travailler sur les outils d’authentification, d’interopérabilité et s’accorder sur des standards d’échange).

Ces recommandations me réjouissent, car elles vont dans le sens de ce que je vis quotidiennement avec “mes” plate-formes éditoriales… Je vis dans un département rural, et grâce aux plate-formes éditoriales, je peux travailler à distance avec des clients répartis aux 4 coins du globe pour créer leurs supports de communication, sans me déplacer.

Ça marche vraiment, et surtout, la plate-forme éditoriale banalise le travail collaboratif à distance, en incitant les gens à télé-conférencer plutôt qu'à se déplacer… Ça participe également à banaliser le zéro-papier, car les échanges électroniques se fluidifient, et les clients perdent petit-à-petit le réflexe du "tout papier".

J'avais rédigé il y a quelques mois un livre vert sur les bénéfices des plate-formes éditoriales en termes de développement durable. Pour ceux que ça intéresse, cliquez ici…

Que l'on se comprenne bien, je ne suis pas un pourfendeur de l'imprimé… J'aime le livre, j'adore l'imprimerie… mais en tant que "professionnel" de la communication, je constate combien nous produisons de déchets inutiles pour un résultat peu pertinent. Je "milite" à mon petit niveau, auprès de mes clients, pour n'imprimer que le strict nécessaire, et recourir au maximum aux supports électroniques.

Source : http://www.greenit.fr/article/acteurs/green-it-le-gouvernement-passe-a-la-vitesse-superieure

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !