Accéder au contenu principal

CrossTalk, pour simplifier la gestion des workflows dans les petits groupes éditoriaux

Dans un flux de conception d'un support imprimé, dès que l'on souhaite séparer le fond de la forme, les ennuis commencent. Si vous voulez que vos graphistes se concentrent sur la mise en forme pendant que vos rédacteurs se consacrent aux articles qui leur sont assignés, tout un mécanisme compliqué d'affectation de tâches, de gestion de droits d'accès et de verrouillage se déclenche. Et il n'est pas toujours facile de s'y retrouver.

Quark et Adobe ont mis au point des éditeurs de texte spécialisés qui permettent d'affecter telle ou telle partie d'un fichier PAO à des rédacteurs : que ce soit InCopy (Adobe) ou Quark CopyDesk, ces logiciels facilitent en effet l'accès aux articles et la synchronisation des changements.
Cela s'avère très pratique pour les structures très réduites, dans lesquelles il n'y a qu'un ou deux rédacteurs, et un nombre restreint de maquettistes.
Les grandes rédactions ont des solutions dédiées, qui gèrent parfaitement l'affectation d'articles, la gestion des droits et les workflows de travail. Le problème se situe pour les populations qui se situent à mi-chemin, les petits groupes de travail.
Ceux qui ont besoin d'affecter des articles à plusieurs rédacteurs, avec du contrôle mais tout en gardant un maximum de souplesse, mais qui n'ont pas les ressources ni financières, ni techniques, pour mettre au point des workflows sophistiqués.

Deux choix s'offrent à eux : élaborer des procédures internes draconiennes, ou mettre en place un outil de gestion de workflows qui va tenter de faciliter ces tâches.
A l'époque de la Creative Suite 2 (CS2), il existait un module optionnel pour InCopy appelé LiveEdit chez Adobe. Il permettait de gérer les droits d'accès, les assignations et les synchronisation de contenus.
Je ne l'ai utilisé qu'une ou deux fois chez des clients à cette époque, et je ne sais pas si ce produit existe toujours dans les CS 4 et CS 5 (si quelqu'un de chez Adobe pouvait répondre à cette question, ce serait sympa...).

Toujours était-il que bâtir un workflow avec cet outil restait assez compliqué, le système LiveEdit nécessitant de multiples checkin-checkout.

Je viens de découvrir CrossTalk, un module qui simplifie la gestion des workflows. Taillé pour les petits groupes de travail, il simplifie l'accès aux contenus d'un document Indesign. Le graphiste élabore son document sous Indesign, les rédacteurs pouvant ensuite accéder aux articles via InCopy + Crosstalk sans qu'il n'y ait quoi que ce soit à paramétrer. Si on veut aller plus loin, un autre module (CrossTalk ID) permet de déterminer quels articles peuvent être modifiés ou non, par simple activation ou désactivation d'un état.
L'idée est simple, mais elle peut s'avérer efficace : le rédacteur accède à tout ou partie d'un fichier Indesign, sans checkin / checkout, sans paramétrage laborieux, et sans risquer de compromettre la mise en page. De son côté, le graphiste ou le D.A. peut sécuriser certaines parties de son document. Les utilisateurs travaillent ainsi de façon fluide et naturelle, sans devoir réaliser des synchronisations, des checkout...

A 199 € le module, voilà qui devrait intéresser petites agences ou équipes éditoriales de certains journaux, régies ou  magazines qui ont des équipes restreintes.

Plus d'infos : http://www.ctrlpublishing.com/products/ctrlcrosstalk/182-crosstalkworkflow

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !