Accéder au contenu principal

En matière de marketing et de marque, tout ne se mesure pas.

KPI*, ROI**, ROMI***, ces acronymes un peu barbares font désormais partie du vocabulaire de tout bon marketeux qui se respecte. Les réductions budgétaires et la rationalisation des dépenses ont progressivement imposées aux directions marketing de justifier chaque investissement, en prouvant son intérêt et sa rentabilité. Cela va même au-delà de la preuve : on en est aujourd'hui au stade de la démonstration mathématique, le A+B de la justification de la moindre dépense.
A mi-chemin entre la logique comptable et le pragmatisme des DSI, les responsables marketing ont donc commencé à raisonner petit-à-petit comme si tout fonctionnait à l'image du web... et de ses analytics.
Il faut dire que c'est diablement pratique : vous concevez une campagne de liens sponsorisés sur Google, et quasi en temps réel, vous savez tout du comportement de vos visiteurs, et de la rentabilité de l'opération. Et vous pouvez ainsi apporter à vos supérieurs de magnifiques diagrammes animés.

Est-ce que le marketing doit ressembler à ça ?
http://www.zaytsev.com/EngUG/complex.html 



Mais ce principe entraîne des dommages collatéraux : parce qu'aujourd'hui, tout est statistiques, les directions marketing sont tentées de délaisser ces médias "muets", tels que... le papier, qui les terrorisent. Et oui, difficile de tracer la vie d'un bout de papier, et impossible d'y intégrer le moindre cookie : alors comment calculer le retour sur investissement d'un mailing papier, d'un catalogue, ou d'une campagne d'ISA**** ? Je pense d'ailleurs que cette absence de metric est l'une des raisons occultes de l’affaiblissement de ce canal.
Dans un autre registre, les réseaux sociaux posent le même problème de mesure : comment calculer le retour sur investissement d'un community manager ? Comment faire de la publicité rentable ? Comment justifier telle ou telle dépense ?

A mon humble avis, les marketeux qui raisonnent ainsi sont voués :

  1. à une dépression probable, surtout à l'heure où les réseaux sociaux explosent dans tous les sens (cf. le "Klout Krach" récent)
  2. à un échec certain à moyen ou long terme dans leur stratégie marketing
Je m'explique : le marketing d'une marque ne peut pas s'envisager uniquement en termes de budgets, d'investissements et de rentabilité. Il existe en effet une part d'immatériel faite de créativité, de proximité, de relationnel, qui constitue le "capital sympathie" de la marque.
Les américains désignent cela sous le terme de "Brand equity" ; il y a même parfois une ligne comptable prévue à cette effet dans les bilans, qui tente de valoriser cette chose totalement immatérielle que constitue la perception de la marque par ses clients. Mais cela prouve que la marque a une vraie valeur, au même titre que le pas de porte d'un commerce pèse dans son bilan comptable.

Je suis profondément convaincu que la bataille du marketing ne se gagnera pas à coup d'indicateurs, de tableaux de bord et de feuilles Excel. Il en faut, c'est indéniable : mais il faut aussi et surtout de l'inventivité, de la créativité, de l'investissement en pure perte, du plaisir, et de l'originalité.
Soyez innovants, surprenez vos clients. Chouchoutez-les, sans rien attendre en retour. Faites-vous voir et faîtes-vous connaître. Soyez délirants, fou-fous et inattendus.
A la froideur des diagrammes opposez le feu de la créativité, et vous verrez que vous drainerez petit à petit un flot de clients fidèles.
Bon, d'accord, faut juste arriver à convaincre le D.A.F. ;-)




______________________
* Key Performance Indicator - indicateur-clé de performance
** ROI : Return On Investment - retour sur investissement
*** ROMI : Return On Marketing Investment - retour sur un investissement marketing
**** ISA : Imprimé Sans Adresse

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !