Accéder au contenu principal

Paper-to-web : essai du carnet de notes intelligent Wacom Bamboo Spark

 

J'ai toujours apprécié les objets associés à l'écriture. Stylos, cahiers.. c'est une une véritable passion qui remonte à mon enfance, époque où je collectionnais Stypen et autres Sheaffer. Au fil des ans, je me suis focalisé sur les carnets afin de trouver le compagnon idéal de mes pérégrinations manuscrites. Moleskine, Leuchtturn, Filofax, j'en ai essayé beaucoup, en recherchant la combinaison idéale avec Evernote. Bien qu'il s'agisse de l'un de mes logiciels de prédilection, j'ai toujours regretté l'absence d'une fonction de conversion de l'écriture manuscrite en texte informatique, comme le ferait un OCR. Evernote propose bien une fonction de Scan de notes papier via l'appareil photo, avec indexation du texte pour le moteur de recherche, mais cela resté limité. Avec le rachat de Penultimate, on peut légitimement penser que les ingénieurs d'Evernote planchent sur le sujet, mais c'est un vrai manque à l'heure actuelle.

Je scrute donc le web à la recherche de solutions de numérisation et de reconnaissance de l'écriture manuelle. Stylos, stylets, tablettes, pas mal d'initiatives vont en ce sens mais sans m'avoir réellement convaincu.

Il y a quelques mois, j'ai suivi avec attention le lancement du carnet de notes intelligent Bamboo Spark de Wacom. Et très récemment, j'ai craqué :-).

Le lendemain de la Commande, j'ai reçu mon colis (le service Amazon Premium est toujours aussi efficace pour les acheteurs impulsifs vivant en milieu rural tels que moi).

Le moins qu'on puisse dire, c'est que le packaging de la Bamboo Spark est très soigné. Les matériaux sont de qualité, et le packaging sobre rappelle une ambiance "à la Apple". 

A première vue, on dirait un conférencier format A 5, avec son bloc-notes et son stylo incorporés. Mais à mieux y regarder, on découvre un bouton central, une prise USB et un interrupteur marche-arrêt sur le côté.

La configuration est très intuitive et ne prend que quelques minutes, sans complexité particulière.

Une fois l'application iOS ou Android installée sur votre smartphone, vous pouvez commencer à écrire sur le bloc-notes avec le stylo fourni. Vous n'avez pas à vous soucier de la partie informatique, vous vous contentez d'écrire comme sur n'importe quel bloc-notes traditionnel. Le stylo n'est pas trop lourd et plutôt bien équilibré, contrairement à d'autres dispositifs similaires que j'avais pu tester par le passé - notamment le Jotpen pour iPad.

Lorsque votre page est bien noircie, appuyez sur le bouton central pour déclencher la numérisation. Votre note va s'envoler vers le Cloud Wacom pour s'afficher dans votre tablette. De là, vous pouvez la numériser en format texte pour l'exporter vers l'appli de votre choix. Ce n'est pas plus compliqué que cela et d'après ce que j'ai pu lire, le système fonctionne même en mode offline, le carnet étant capable de mémoriser jusqu'à 100 pages.

 

Franchement, il faut reconnaître que c'est assez bluffant. Le système reconnait bien mon écriture sans apprentissage particulier. A titre d'exemple, cet article de blog a été redigé à partir du carnet Spark, avec très peu d'essais préalables.

Du coup, c'est une nouvelle façon de travailler qui s'offre à moi, avec le papier au centre de mes activités. Il faut reconnaître que ce n'est pas pour me déplaire, car outre le plaisir d'écrire sur une feuille, je trouve que ma concentration est meilleure que sur un ordinateur ou une tablette. Comme quoi le mono tache a parfois du bon pour notre cerveau...

Même si quelques contraintes apparaissent, telles que la nécessité de scanner une page aprés l'autre ou l'impossibilité de rescanner une page, je trouve le concept aussi pertinent que mature et à titre personnel, plus attirant que les stylets pour tablettes.

Je suis impatient de l'utiliser en conditions réelles, mais pour l'instant je ne regrette pas mon investissement.

Je vous en dirai plus dans quelques temps, une fois que j'aurais pris en main la bête. 

En attendant, voici quelques images de ma Bamboo Spark.

 

Voici la Bamboo Spark lorsqu'on ouvre le coffret.

 

Et une vue une fois ouverte.

 

On écrit naturellement sur le bloc papier avec le stylo bille inclus dans le coffret. L'utilisation de ce stylo est impérative Car il contient une encre spéciale qui permet la numérisation

Ensuite, il suffit de cliquer sur le bouton principal comme indiqué sur les instructions de l'application mobile.

 

La note numérisée s'affiche dans l'application et dans le cloud Wacom.

 

Plusieurs formats d'exportation sont proposés, et d'après ce que j'ai pu lire sur le web, certains seraient vectoriels (à vérifier).

 

Si l'on choisit l'option d'export en format texte, vous obtenez un joli paragraphe avec votre manuscrit converti en texte informatique. Vous pouvez ensuite l'exporter vers l'application de votre choix.

 

 

Commentaires

  1. Alors, après un an et demi d'utilisation, qu'est-ce que ça donne ? ;)
    Je suis bien intéressé par ce matos qui semble allier efficacement numérique et papier. Car je n'ai encore rien trouvé de plus efficace EN VRAI que le bloc note !!
    merci pour votre retour,
    sébastien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, a vrai dire, j’ai cessé de m’en servir après 3-4 mois ; principalement à cause du logiciel qui buggait à l’époque et également des soucis de reconnaissance, sans compter une difficulté à organiser mes notes dans l’outil natif. Et puis l’attache du carnet a cassé ,au bout de deux mois, avec quasi impossibilité de le changer. Bref, déçu. Je suis revenu à un fonctionnement qui me convient mieux : carnet de note type Moleskine ou Leuchtturm et prise de vue dans Evernote avec OCR. Du coup, mon Bamboo dort sur une étagère :-( Si vous voulez, je vous vends le mien d’occaz :-)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…