Accéder au contenu principal

Marketing : Pokémon, le premier vrai succès marketing de la realité augmentée


 

Autant vous le dire tout de suite, je n'ai jamais rien compris aux Pokemon. Mes neveux ont eu beau me l'expliquer des dizaines de fois, comme dirait l'autre "ça n'imprime pas".

Pour autant, j'ai observé avec beaucoup d'intérêt la nouvelle application de réalité augmentée et la vague de passion qu'elle suscité. La principale conclusion que j'en tire, c'est que les Pokemon ont réussi à démocratiser la réalité augmentée en la faisant adopter du grand public.

Un nouveau continent marketing

Jusqu'à présent, la réalité augmentée était un "truc" de R&D : tout le monde trouvait l'effet magique et sympa, mais personne n'arrivait à lui trouver un usage commercial pertinent. Beaucoup d'éditeurs ont fait des essais dans le domaine du catalogue, du packaging ou de la presse, mais aucune expérience n'a vraiment décollé. En cause, l'absence d'un lecteur universel rendant de fait obligatoire l'installation d'une application native.

Les Pokemon ont rendu la réalité augmentée ludique, et la grande majorité des citoyens (de tous âges) a découvert ce nouveau mode de consommation et d'information, avec un appétit d'ogre.

Les conséquences seront multiples, je vous le prédis. Dans l'univers du jeu vidéo, la réalité augmentée va être LE concept à la mode pour Noël 2016. Jeux à plateaux, livres, jeux vidéos, il faudra que le virtuel de mêle au réel. Dans la pub aussi, c'est un nouveau canal qui va s'ouvrir : je vous parie que dans les prochains mois, nous verrons des mamans, des papas et des ados chasser des points cadeaux dans les rayons de leur supermarchés.
Pour l'imprimé, c'est une belle évolution qui s'annonce. La condition est que les constructeurs de smartphone proposent nativement une technologie de réalité augmentée. Mais ça aussi, je vous prédis que nous y assisterons sous 10 mois : soit par le rachat d'un éditeur spécialisé tel que Layar par Google ou Apple, soit par le détournement d'une techno maison telle que Goggles ou iBeacon. Sans oublier que Facebook doit étudier cela avec gourmandise.

Un cas d'école marketing

Ce qu'il faut retenir de cette expérience, c'est qu'une technologie, aussi bonne et exceptionnelle soit-elle, ne décollera pas tant qu'elle ne correspondra pas à un besoin.

Les Pokemon nous ont aussi montré qu'un bon dosage de créativité, de nostalgie, d'expérience utilisateur originale et de technologie innovante génère un succès planétaire.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !