Accéder au contenu principal

Headless eCommerce : dans 3 ans, les sites de vente en ligne auront disparu

Source : http://www.electronicproducts.com


Nan nan, ce n'est pas de la provoc' de ma part... Je crois vraiment que nous sommes à l'avènement d'une révolution majeure dans nos comportements d'achat (en ligne, mais pas que).

Qu'est-ce qui va entraîner cette révolution ? L'internet des objets (iOT) d'une part, et les chatbots, d'autre part. Après des années de tâtonnements, les objets connectés entrent dans l'âge adulte et utilisent les mêmes standards de discussion. La maison connectée n'est plus une chimère, mais une réalité qui envahit les rayons des magasins de bricolage.
Conséquence de cette vague, les "grands" de l'Internet se saisissent de cet univers en lançant une course de vitesse pour être le premier à fixer LE standard qui s'imposera sur le marché.

Amazon, Google, Apple en tête... suivie de bien d'autres

Avec Alexa, son intelligence artificielle, Amazon est en train de tracer son chemin aux USA, en tirant pleinement profit de l'importance de sa base de clientèle. Alexa permet de piloter sa maison, lire de la musique, et commander tous les produits du catalogue Amazon à la voix. Le principal terminal connecté est Echo, une enceinte Bluetooth de compét' qui devient dès lors l'épine dorsale de la maison. Mais Alexa ne se limite pas à une enceinte. Plusieurs constructeurs sont en train d'implémenter cette intelligence artificielle dans les produits qu'ils manufacturent : LG dans le monde de l'électroménager, BMW, Hyundai ou Ford dans les véhicules.
Source : https://www.yonomi.co


Google suit la tendance avec Home, comme Apple HomeKit ; les deux challengers accusent un retard lié, de mon point de vue, à une base client bien moindre que celle d'Apple. Mais néanmoins, avec Android et iOS, ces deux poids lourds sont déjà présents dans nos smartphones, nos TV, nos montres et depuis quelques années déjà, nos voitures.

Dans un registre moins mainstream, on trouve Sonos, Homey ou Fili, des solutions intelligentes développées par des startups qui offrent des fonctionnalités similaires, dans un périmètre restreint à celui de la maison connectée.

Les Chatbots coupent les arbres

Parallèlement aux objets connectés, l'intelligence artificielle s'insinue dans le web et dans nos réseaux sociaux. En donnant une voie aux moteurs de recherche, les chatbots cassent les codes de la navigation web. Ils facilitent l'usage des catalogues et la façon de trouver l'aiguille dans la meule de références produits. Bref, ils lèvent des freins que tous les UX designers et autres spécialistes du eCommerce tentent de contourner depuis des années. 

Source : Disney


Les arbres logiques et les systèmes de recherche facettée sont d'un coup totalement ringardisés par les chatbots. Comme Alice, il suffit de dialoguer avec eux pour trouver ce que l'on recherche. Un gain de temps, de confort et de facilité insoupçonné... 

eBusiness is everywhere

Les objets connectés et les chatbots nous montrent ce à quoi notre avenir va ressembler : comme un génie, les intelligences artificielles vont nous accompagner tout au long de nos journées, tels des compagnons invisibles. Et nous voudrons pouvoir dialoguer avec elles partout, sans la moindre contrainte. Au-delà d'Internet, c'est le eBusiness qui va devenir omniprésent : accessible n'importe où, à portée de clic, de voix ou de doigt, à chaque moment de notre vie. Les machines vont même commander des produits à notre place, en anticipant nos besoins. Déjà, des imprimantes connectées achètent automatiquement des cartouches d'encre sur Amazon lorsqu'elles détectent qu'un certain niveau a été atteint (avec votre consentement bien sûr). Demain, il suffira que vous postiez sur Facebook que vous êtes malade pour qu'Amazon vous livre du Doliprane... ou du papier ouah-ouah si c'est la gastro :-)

Cette tendance, je l'appelle le "headless eCommerce" : headless, parce que la partie marchande va cesser d'être un site web pour devenir un moteur, accessible depuis des interfaces multiples, protéiformes. 

Headless eCommerce : la déferlante que chaque eCommerçant doit anticiper

Ce futur peut faire rêver... ou cauchemarder, c'est au choix. Mais en tant que eCommerçant, il ne faut pas l'ignorer. Il faut penser dès aujourd'hui les interfaces de demain, imaginer comment votre activité s'adaptera aux comportements de vos clients dans le futur.
Et puis il faut anticiper le poids croissant des distributeurs : si les objets connectés Amazon, Google ou Apple envahissent nos maisons, cela signifie qu'ils deviendront le point focal des consommateurs pour acheter vos produits. Il faut donc que vous imaginiez dès à présent comment rendre vos produits accessibles sur ces catalogues, ou alors, déterminer quelles alternatives mettre en place si vous voulez vous en affranchir. Une vraie réflexion stratégique qu'il faut déclencher immédiatement.

_____________________________________________
Sources :



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…