Accéder au contenu principal

Instagram, ou la victoire de l'Inbound et de la stratégie mobile-first

Après de looooooooongues années d'attente, Instagram vient de lancer une initiative pour autoriser les marques à réaliser de la vente en ligne. Ce qui particulièrement intéressant, c'est la façon dont c'est réalisé (et qui explique le temps mis à s'ouvrir au eCommerce) : la vente en ligne ne dénature pas les fondements d'Instagram. La photo reste reine, la mise en scène n'est pas altérée, et aucun gros call-to-action ne vient dénaturer le visuel.
Instagram a en effet pris le parti d'utiliser des tags pour permettre à l'annonceur d'identifier un produit et d'autoriser sa vente en ligne. Il faut donc que l'internaute clique sur un produit présenté pour déclencher le processus d'achat.

Kate Spade from Instagram for Business on Vimeo.

La mort du roi "Buy Button"

Le eCommerce sans bouton "acheter" devient possible. Pour moi, cela signifie également autre chose : c'est la victoire de l'Inbound. Sur Instagram, les marques attirent par la mise en scène, par le visuel, par le contenu proposé, par une forme de ligne éditoriale. La "réclame" et le bombardement publicitaire ne durent pas, et c'est qui fait la force de ce réseau.

Mobile-driven eCommerce

L'autre élément marquant lié à cette évolution d'Instagram, c'est la confirmation - s'il en fallait encore une - de la prédominance du mobile dans les comportements d'achat. S'il fut un temps où on consultait un produit sur son smartphone pour l'acheter ensuite sur son desktop, il est totalement révolu. L'expérience d'achat est désormais plus friendly sur smartphone ou tablette, elle autorise plus de spontanéité et d'impulsivité, et les interactions sont plus natives que sur un ordinateur de bureau. Au delà de ça, dans un environnement où l'ordinateur "objet" est de plus en plus une machine partagée et désincarnée, le smartphone est un objet doudou, collé à nous à longueur de journée. Il contient tous nos secrets, nos souvenirs et nos moyens de paiement, et les acheteurs lui font confiance.

Une belle opportunité pour les eCommerçants story-tellers

On me pose souvent la question de savoir comment se différencier sur le web, en particulier lorsque l'on est tout petit. Et je réponds systématiquement : "quelle histoire avez-vous à raconter ?".
Avec Instagram, votre histoire doit se raconter en images, elle doit vivre au quotidien, elle doit s'inspirer de l'actualité, elle doit inspirer le lecteur. Et bonne nouvelle, vous allez bientôt pouvoir monétiser votre histoire. Alors à vos crayons, construisez la légende de votre marque, faites de belles photos et créez le lien vers votre site ecommerce.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…