Accéder au contenu principal

Quel impact aura le Brexit sur l’imprimerie en ligne ?




Même si les analystes se perdent en conjectures sur l’issue des discussions autour du Brexit, il faut dès à présent reconnaître que les craintes – réelle ou supposées – que soulève cette sortie de l’Union Européenne par le Royaume-Uni modifie les équilibres en présence dans l’imprimerie en ligne. 

Un des marchés les plus concurrentiels d’Europe

Jusqu’à présent, le Royaume-Uni était un poids lourd du secteur, constituant d’après mes calculs le 3ème marché d’impression en ligne en Europe derrière l’Allemagne et la France, avec une intensité concurrentielle très élevée. On compte ainsi beaucoup d’acteurs nationaux (Printing.com / Grafenia, Tradeprint, Moo, Route1-InstantPrint, Vispronet, PrintedEasy, Youloveprint, Where The Trade Buys, Solopress, Printed.com, Mixam…) qui affrontent des opérateurs européens qui tentent de prendre leur part du gâteau britannique : Vistaprint, Saxoprint, OnlinePrinters, Pixartprinting, UnitedPrint, ainsi que plusieurs néerlandais comme Probo ou Drukzo.

Toujours d’après mes estimations, cette forte intensité concurrentielle fait qu’aujourd’hui, la balance commerciale du marché de l’imprimerie en ligne est déficitaire au Royaume-Uni. En clair, le pays produit moins d’imprimés destinés à la vente en ligne qu’il ne s’en vend sur son territoire.

Les affres du cauchemar logistique en cas de Brexit dur

La seule certitude sur laquelle tous les observateurs s’accordent, c’est qu’en cas de Brexit dur (voire même soft), la logistique va devenir cauchemardesque. Le pays dépendant énormément sur ses importations, tous les opérateurs de transport se préparent à des allongements des délais de dédouanement et d’entrée dans le pays. Talon d’Achille du eCommerce, ces craintes sur la logistique, combinées aux incertitudes qui pèsent sur les futurs taux de change livre-euro, et sur les risques d’effondrement de l’économie britannique, conduisent un grand nombre d’opérateurs européens à envisager un retrait ou une réduction de leur présence au Royaume-Uni. Ils craignent que vendre et livrer en UK depuis l’Europe ne soit tout simplement plus rentable par manque de compétitivité. De leur côté, les imprimeurs en ligne font peu ou prou le même constat, en revoyant leurs perspectives de développement. Au lieu d’envisager un développement vers l’Europe, il semble qu’ils se tournent plutôt vers leurs cousins d’Amérique du Nord : Grafenia développe ainsi son réseau Nettl aux USA, et Moo indique désormais que la majorité de son activité est réalisée aux USA [source].

Vers une redistribution des cartes en France en effet rebond

Que font faire les opérateurs européens qui avaient une présence forte au Royaume-Uni ? Comme je vous l’expliquais, quasiment tous y anticipent un effondrement de leurs ventes. En conséquence, certains « gros » se préparent à retirer leurs billes doucement, en annonçant des profit-warning. D’autres, en particulier les néerlandais, très affectés par la perte que le marché anglais peut représenter, cherchent de nouveaux débouchés. Or en Europe, il n’en existe pas 10 : l’Allemagne est le plus gros marché, mais il est extrêmement difficile d’y entrer en raison de l’extrême maturité du marché, et des particularités règlementaires liées au eCommerce dans ce pays. Reste le 2nd marché européen, la France…
Comme le Royaume-Uni, le marché français connaît une balance commerciale – malheureusement – déficitaire. Le marché est hautement concurrentiel, mais les affres qu’y subissent les majors historiques laissent la place à de nouveaux acteurs, qui grignotent des parts de marché.
Dotés de fortes capacité de production, de hauts standards de qualité et rodés aux méthodes de webmarketing, certains opérateurs néerlandais voient dans le marché français un beau potentiel pour compenser ce qu’ils perdront en Angleterre… Il y a fort à parier que notre secteur va encore tanguer dans les mois à venir.

Une opportunité pour les « petits » imprimeurs français ?

Les imprimeurs français pourraient se dire qu’ils se moquent du Brexit comme de l’an 40. Et pourtant, d’une façon ou d’une autre, ils risquent d’en être affectés, notamment par la guerre des prix qui risque d’être relancée par l’entrée de nouveaux acteurs. Pour autant, il y a peut-être des opportunités à saisir. En cas de Brexit dur, le marché anglais va subir des problèmes d’approvisionnement qui impacteront sans nul doute la filière graphique anglaise. Victime de pénuries, elle ne pourra pas honorer toutes ses commandes… alors si en tant qu’imprimeur vous êtes un roi de la logistique, pourquoi ne pas tenter de livrer les anglais depuis la France ? Via un site eCommerce, une marketplace comme Amazon ou une API, c’est tout sauf de la science-fiction !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…