Accéder au contenu principal

Dans web-to-print, il y a du “web”, et il y a du “print”

©SXC John Tal's
Les projets web-to-print sont dans l'air du temps : de plus en plus d'entreprises, grandes comme petites, d'imprimeurs ou de studio de création s'interrogent sur l'opportunité d'améliorer la relation et les circuits d'échanges entre fournisseurs de contenu, maquettistes et consommateurs.

Après plusieurs années de tâtonnements, le web-to-print semble – à mon avis – arrivé à maturité : les clients en comprennent les bénéfices, les éditeurs ont rodé leurs offres, et le SaaS a permis de démocratiser une offre jusque-là très onéreuse. Et la généralisation du haut-débit a grandement facilité le déploiement de ces technologies, souvent gourmandes en bande passante.

Néanmoins, le déploiement d'une plateforme web-to-print, qu'il s'agisse d'une offre “clés-en-mains” ou de l'intégration d'un système sur-mesure, n'est pas un projet comme les autres.

En effet, si le web-to-print propulse le print dans une nouvelle dimension, il conjugue également les contraintes de deux univers très différents, voire totalement opposés.

D'un côté, le web, et qui dit “web”, dit :

  • culture “Silicon Valley”, monde des services… 
  • gestion de projet informatique
  • architecture
  • ergonomie des interfaces
  • développement
  • choix de langages de programmation : Ajax, Flex, Flash…
  • services connexes : CMS, DAM…
  • hébergement, sécurisation, disponibilité et performances des serveurs
  • et dans certains cas, e-commerce avec tout ce que ça implique : SEO, analytics, affiliation…
De l'autre, le print, et qui dit “print”, dit :
  • culture industrielle très rigoureuse
  • connaissance d'un métier complexe, impliquant une foule de paramètres volatiles : papier, encre, techniques d'impression, finition…
  • technologies propriétaires, souvent conditionnées par les organisations internes des imprimeurs, et disposant de contraintes fortes liées au côté industriel de l'activité : flux pré-presse, certification des PDF, CTP, JDF…
  • chaîne en aval de l'imprimeur : conditionnement, logistique, transport, routage
  • problématique d'achat et de stockage, liées aux variations de cours du papier et aux approvisionnements…
Vous l'aurez compris, et probablement déjà perçu si vous vous êtes un tant soit peu intéressé à la chose : le web-to-print, c'est un peu l'huile et l'eau. A la culture web s'oppose la rigueur de l'industrie du print, et les interlocuteurs ont du coup parfois du mal à se parler et à se comprendre.

C'est pour cette raison qu'à l'heure de choisir un prestataire pour équiper votre entreprise, vous devez être attentif à son degré de connaissance des 2 métiers, et surtout, et de ce fragile petit pont qui les relie…
Un prestataire trop orienté web, et vous risquez d'avoir un magnifique site web impossible à mettre en production… A l'inverse, un prestataire trop orienté print va conditionner tout votre projet en fonction des contraintes d'imprimerie : vous risquez alors d'obtenir un service web opérationnel, mais totalement impossible à utiliser par vos clients.

Un conseil : apprenez à connaître les interlocuteurs qui vont prétendre à gérer votre projet, testez-les sur leur degré de connaissance de chaque métier, sur les expériences passées, sur leur culture d'entreprise.
Au-delà des tarifs et des caractéristiques du produit, vous disposerez alors d'un critère de comparaison particulièrement pertinent.

Et si vous êtes perdu, ou que vous soyez dans le doute, n'hésitez pas à me contacter, je vous aiderai avec grand plaisir.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !