Accéder au contenu principal

Octobre : une vendange de nouveautés

© SXC - http://www.sxc.hu/photo/1272062
Oui je sais, c'est un peu facile comme titre. Mais que voulez-vous, les vendanges, c'est comme Obélix, je suis tombé dedans quand j'étais petit. Enfant, c'était même un évènement que j'attendais avec presque plus d'impatience que la rentrée scolaire. Le ballet des petits tracteurs, les éclairs des gyrophares orange dans le crépuscule, cette odeur si particulière qui envahissait toutes les rues de mon village...
Nostalgie, nostalgie !

Dans notre univers, je crois qu'on peut dire que 2010 sera un bon crû : l'IFRA Expo qui se termine en est la preuve. Après plusieurs éditions au succès mitigé, il semble que cette dernière édition ait fait le plein. Editeurs et visiteurs se sont bousculés à Hamburg et beaucoup de nouveautés ont été présentées. Avec un point commun universel : l'iPad.
Jusqu'à présent, on parlait de cross-media, multicanal ou communication liquide, autant de termes un peu trop jargonneux pour passer dans le vocabulaire populaire. Avec l'iPad, tous ces concepts un peu flous se sont enfin concrétisés, quitte à perdre quelques subtilités au passage.

Aujourd'hui, tous les éditeurs de plateformes éditoriales et de solutions web-to-print n'ont qu'une idée en tête : proposer des débouchés sur l'iPad et les tablettes. Concevoir un magazine en mode collaboratif, permettre l'élaboration de supports marketing depuis le web, gérer des médiathèques, tout cela est devenu très banal. Proposer en fin de chaîne un débouché autre que le sempiternel flipbook ou le bon vieux PDF, c'est mieux. Surtout si ce débouché commence par un “i” et finit par un “Pad”. Il fut un temps où l'on apposait sur les produits un autocollant “Vu à la télé” pour doper les ventes : dans le web-to-print, c'est le “Publiez sur iPad” qui semble se généraliser !

Cette petite “ardoise magique” chamboule tout, on dirait : au-delà d'une nouvelle manière de consommer l'information, je crois surtout qu'elle ouvre de nouveaux débouchés aux producteurs de contenus, rédactions de la presse écrite en tête. Ce qu'ils n'ont pas réussi à faire sur le web, ils vont peut-être y arriver avec l'iPad.

Est-ce l'aspect ludique de l'engin ou l'évidence du succès qui fascine autant ? Quoi qu'il en soit, cela fait un moment que je n'avais pas constaté un tel engouement dans notre industrie. Un petit vent frais de folie et de créativité souffle sur notre secteur, et c'est tant mieux.
Tout le monde s'y met : les poids lourds du secteur, Woodwing et Vjoon en tête, multiplient les annonces de contrat signés, et les partenariats technologiques avec des acteurs majeurs du secteur. D'autres éditeurs spécialistes de la presse écrite leur emboîtent le pas, et surfent avec talent sur cette vague : Eidos Media,  Et puis on voit sortir du bois des outsiders, comme mes montpelliérains favoris d'Aquafadas : après avoir édités plusieurs logiciels remarquables et remarqués pour Mac, voici que ces talentueux développeurs dévoilent “Digital Publishing”, un assemblage d'extensions pour Indesign / Quark Xpress et de kits de développement adaptés à iOS. Malin, très malin, surtout quand on connait la qualité de leurs productions.

L'iPad semble avoir réveillé de sa léthargie une filière qui somnolait depuis un an ou deux. L'électrochoc fait du bien : tout le monde remet en cause ses modèles, les gammes de produits se réorganisent et les offres se démocratisent.

Car finalement, c'est bien de ça qu'il s'agit : dé-mo-cra-ti-ser ;-)
Démocratiser le marketing des grandes entreprises, démocratiser l'automarketing des TPE, démocratiser l'information, démocratiser des outils professionnels, démocratiser le web-to-print… bref, rendre ludique et facile ce qui ne l'était pas jusque-là.
Or la “démocratisation” d'une industrie qui est encore confidentielle induit… de grosses, d'énormes sommes d'argent !
Ce sont des millions de dollars qui sont en jeu : aux confins du SaaS, de la publication sur tablettes, du marketing et du multicanal, une vraie guerre se prépare.

En témoignent les rumeurs de rapprochement de Microsoft et d'Adobe pour contrer l'iPad, rumeurs qui font suite à celles de fin août concernant Microsoft… et Vistaprint, un leader de l'impression en ligne. Ce ne sont que des rumeurs, certes, mais elles témoignent encore une fois de la fébrilité de ce secteur.

En attendant, je souhaite de bonnes vendanges à toutes celles et ceux qui ont la chance d'habiter près de vignes… et si vous voulez plus d'infos sur les nouveautés de l'IFRA et de nos secteurs d'activités, abonnez-vous à mon fil Twitter.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…