Accéder au contenu principal

Adobe XD : le futur Photoshop de l'UX design

 

En matière d'UX, il existe beaucoup d'écoles et de logiciels différents. Il y a celles et ceux qui ne jurent que par le bon vieux croquis papier, et ça fonctionne. Il y a ceux qui bricolent dans PowerPoint ou Google Slides, et ça marchote.
Il y a ceux qui ne jurent que pas le wireframe brut, sans aucun design, type Balsamiq ou Omnigraffle. Il y a ceux qui pensent plutôt que le prototype doit représenter au maximum ce que l'appli ou le site web sera au final, et qui utilisent des solutions plus sophistiquées comme Axure ou Sketch.
Et il y en a des dizaines, plus ou moins collaboratrices, plus ou moins ouvertes, plus ou moins chères.

Facile, productif, collaboratif, multi-ecrans et interactif : l'essentiel de l'UX

Cela fait près de 20 ans que je fais de l'UX design... et oui messieurs dames... a l'époque, on appelait ça de l'IHM, mais ça revenait au même. Les wireframes je les faisais sous Illustrator, je les partageais en proto interactif avec mes clients via Acrobat Pro (je ne vous raconte pas le nombre de boutons créés à la mano dans Acrobat) et le design, je le faisais sous Photoshop.
Depuis une dizaine d'années, j'utilise essentiellement Omnigraffle pour la rapidité ou Balsamiq pour tester les interactions. Mon principal souci, c'est que je ne sépare pas l'interaction du design. Pour moi, les deux sont tres liés et il est difficile d'envisager l'un sans l'autre.
Par ailleurs, un bon prototype doit être interactif pour simuler les déplacements et le parcours client, et surtout il doit être partageable avec les clients. Il n'y a rien de plus frustrant pour un client que de voir une super demo mais de
ne pas pouvoir jouer avec une fois le designer parti.
Enfin, pour le désigner que je suis, la productivité est clé. Je ne code pas : j'imagine des interactions. J'ai donc besoin de concevoir vite, de tester rapidement le résultat sur plusieurs écrans, de réutiliser des composants et de disposer de bibliothèques de symboles. 

Adobe XD : rira bien qui rira le dernier

Aujourd'hui, pour faire sérieux, un UX désigner se doit d'utiliser Axure ou Sketch. Ça fait pro, et ca permet de facturer :-) quand Adobe a lancé XD en Bêta, beaucoup ont
moqué l'apparente simplicité et pauvreté de ce logiciel face à ses concurrents. Perso, Axure ou Sketch me semblent beaucoup trop compliqués pour créer un parcours de navigation. Trop d'options qui constituent autant de tentations pour le désigner d'empiéter sur le territoire du développeur. 
J'ai testé Adobe XD pour me faire ma propre opinion, sur un cas tres concret. Première bonne surprise : la facilité de prise en main. Peu de menus, pas trop de commandes, on va vite à l'essentiel et on crée facilement des écrans. Deuxième bonne surprise : il est très facile de créer des liens entre des boutons et des écrans. C'est aussi simple que d'animer un PowerPoint. Troisième bonne surprise : l'application iOS permet de voir en temps réel le résultat de son travail sur mobile ou tablette. C'est incroyablement puissant et performant pour creer rapidement des mockups tres concrets.
Quatrième bonne surprise : ça marche sur Mac et PC. Ce qui rend l'UX un poil plus universelle que chez les concurrents. Cinquième bonne surprise : d'un clic, je partage le proto HTML avec mon client, aussi simplement qu'un document depuis Dropbox. Dernière bonne surprise : c'est intégré au tres cher Créative Cloud. Pas besoin de payer plus...
Bref, Adobe XD a beaucoup d'atouts, dont celui extrêmement vertueux de la simplicité.
Par le passé, Adobe a montré qu'elle était capable de renverser un marché en étouffant des concurrents établis par une stratégie combinant un pricing agressif et un scope fonctionnel original.

Nous en reparlerons dans quelques années, mais je suis convaincu que Adobe XD va s'imposer comme un standard, comme Photoshop ou Illustrator. Et que les Sketch et autres Axure auront d'ici là soit disparu, soit rejoint le giron du géant Adobe.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…