Le web-to-print, terreau fertile du DIYmarketing

Le web-to-print existe depuis près d'une dizaine d'années, depuis que Vistaprint je crois a eu l'idée de permettre de personnaliser des imprimés depuis le web. De nombreux éditeurs se sont lancés dans l'aventure, adaptant des CMS pour créer des systèmes plus sophistiqués. Mais durant toutes ces années, on a assisté à un clivage avec d'un côté, ces systèmes puissants réservés à des services marketing structurés, dotés d'équipes de pré-presse compétentes, et de l'autre, des services tels que Vistaprint qui proposaient des fonctionnalités assez restreintes, à cause notamment des limites fonctionnelles des navigateurs web.
Aujourd'hui, j'ai le sentiment que l'on arrive à un tournant : les technologies web on fait de tel progrès, les débits se sont tellement accélérés qu'aujourd'hui les services web-to-print permettent de réaliser de véritables prouesses.

Depuis 2010, on assiste ainsi à une montée en puissance de sites web de DIYmarketing (DoItYourself Marketing) ou "automarketing" en français. Bien sûr, il y a eu Vistaprint à l'origine, puis on a assisté à l'émergence de plateformes telles que BrandDoozieMyBrochureMakerMyCreativeShopQuark PromoteExpresso The Marketing Boutique et prochainement, Tweak.
Les projets se multiplient, en poursuivant le même objectif : permettre au client final (entrepreneur, SoHo, TPE, PME) de réaliser ses propres supports marketing en totale autonomie, à partir de banques de modèles plus ou moins riches et créatives.
On est désormais au-delà du "simple" web-to-print : l'enjeu est bien de permettre de produire des supports marketing, au format print dans un premier temps, mais déjà pointent d'autres canaux de distribution : marketing direct (comme le propose le groupe La Poste) ou supports numériques (pages web, diaporama et terminaux mobiles comme permet de le faire Adobe Project Rome). Avec le formidable coup de "boost" que l'iPad et ses sisterships donne au secteur de la communication, le marché qui s'ouvre paraît absolument faramineux.

Parmi tous ces acteurs, on distingue toutefois deux grandes "écoles" :

Ce dernier modèle "all inclusive" semble prendre le pas : de plus en plus de services se tournent vers ce type de prestations, en passant d'une clientèle de professionnels à une cible plus large de néophytes.
Et en termes de DIYmarketing, il ne faut pas perdre de vue tous les services d'impression en ligne, qui vont sans aucun doute élargir leur gamme de services pour toucher une clientèle plus variée. Ce qui passera inévitablement par l'ajout de portails de web-to-print pour permettre à leurs clients de concevoir les supports dont ils leur commanderont l'impression.

Commentaires

  1. Article très intéressant. Je travaille moi-même dans une imprimerie en ligne (PrintOClock) et ce concept de "Do It Yourself" est effectivement un objectif intéressant à atteindre pour les acteurs du web comme nous. On le voit depuis plusieurs années à travers la personnalisation qui prend une place de plus en plus importante et où la concurrence est énorme, la demande étant croissante.

    Cependant, malgré cette volonté d'indépendance de la part des clients, il n'est pas toujours facile de proposer un service facilement utilisable par tous. Entre le digital native et le chef d'entreprise qui n'a pas la tête dans l'ordinateur toute la journée, le fossé est énorme. L'accessibilité à tous n'est pas chose facile.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Articles les plus consultés

Sécurité : "Have I been pwned?", le service qui vous dit si votre compte a été piraté

Mindmapping : Xmind passe au cloud

PIM : Akeneo 1.6 est disponible en open-source