Accéder au contenu principal

Ipad : iVais, ou iVais pas ?

© Mario Alberto Magallanes Trejo SXC
L’iPad, l'ardoise magique des années 2010. Un concentré de technologie qui chamboule toute une industrie, ou plutôt 2 devrais-je dire :

  1. celle de l'édition au sens large : tout ce qui se publie et se lit est concerné à des degrés divers par l'iPad, qui introduit et banalise un nouveau mode de consommation.
  2. par voie de conséquence, l'industrie des éditeurs de solutions logicielles destinées justement au marché de l'édition.
Les premiers à s'interroger sur l'adoption ou non de l'iPad sont forcément les conso-lecteurs : dois-je acheter ou non cet engin, est-ce que ça répond à un vrai besoin ? Les premiers geeks dépassés, force est de constater que l'iPad est un vrai succès commercial comme l'iPhone l'a été à son lancement.
Il ne s'agit pas d'un simple effet de mode, mais d'une nouvelle manière de consommer l'information et les loisirs. L'iPhone avait introduit cette nouvelle forme de consolecture, mélange subtil de design, de tactile et d'originalité ; toutefois, les dimensions de l'appareil et un coût relativement élevé l'ont tenu à l'écart de nombre de mains. Mais ce qui est net, c'est que la façon de consulter l'information initiée par l'iPhone s'est répandue comme une trainée de poudre, des tableaux de bord de voitures aux clips de Lily Allen.

L'iPad propulse cette façon de faire dans une nouvelle dimension, grâce à un écran plus grand et des fonctionnalités améliorées. Et du coup, il s'adresse à une autre cible, celle des grands lecteurs et de tous les internautes qui adorent picorer l'information sans pour autant avoir besoin d'un clavier.

La valse des éditeurs logiciels
Chez les éditeurs, on assiste à un étrange ballet. Il y a ceux qui se sont précipité pour être les premiers à annoncer qu'ils lançaient des offres dédiées à l'iPad, au risque parfois de proposer des produits inaboutis ou sans grand intérêt. Il y a ceux qui ont attendu de bien comprendre la portée et les enjeux de ces nouveaux terminaux, afin de proposer à leurs clients une façon vraiment originale et pertinente de valoriser les possibilités des tablettes. Enfin, il y a ceux qui ne proposent rien de structuré pour l'instant, et qui prennent à mon avis un risque considérable, celui d'être distancé par leurs concurrents sur un produit que les consommateurs réclament à corps et à cri.

Il en est ainsi des modes. Les plus anciens se souviendront des vagues successives qui ont reflué sur le web :
  • l'arrivée de la vidéo et des quicktime à 360°
  • les sites full-flash
  • Second Life
  • le web 2.0
Aujourd'hui, c'est l'iPad. La différence avec ces précédentes vagues, c'est que je pense que celle-ci est partie pour durer, tout simplement parce qu'elle apporte enfin une possibilité de revenu à un secteur moribond et en panne d'idée. L'Ipad donne une réalité au concept du “cross-media publishing”, en démontrant avec une simplicité désarmante qu'un contenu peut s'adapter à son terminal de lecture, qu'il soit constitué de cellulose ou de silicium. Les éditeurs comprennent qu'il y a ainsi une réelle plus-value à apporter à leurs lecteurs, et que cette plus-value est monétisable, contrairement aux expériences passées.

Les mois qui viennent vont être riches en nouveauté : les solutions vont se multiplier, les concurrents de l'iPad vont déferler, mais surtout, on va voir de plus en plus de cas concret de portage de publications sur l'iPad, et je suis certain que la créativité des graphistes et "iPad-motion-designers" n'aura pas fini de nous bluffer.

Commentaires

  1. Je pense aussi que l'engouement pour les tablettes -dont l'iPad n'est que le précurseur- sera durable. Reste que à ma connaissance, les outils d'éditions dédiés aux maquettistes, les futurs "designer de contenus enrichis" ne sont pas encore disponibles, même si les grandes manœuvres sont en cours, comme le rapprochement de Quark et Aquafadas, dont vous avez déjà parlé…

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…