Accéder au contenu principal

Ma boîte à outils de chef de projet MOA / MOE

Conduire un projet, qu'il s'agisse de web, de web-to-print, de SaaS ou tout autre projet informatique, est une tâche de longue haleine… Cela demande de la rigueur, du suivi et une vision à long terme. Les outils informatiques sont là pour aider le (ou la) chef de projet à mener à bien son entreprise ; toutefois, tous ne se valent pas, et mal utilisés, ils peuvent faire perdre plus de temps que ce qu'ils en feront gagner.

Je voulais donc partager avec vous les fruits de ma propre expérience, en vous livrant les outils que j'utilise quotidiennement pour réaliser de la conduite de projet :


  • Merlin (Mac) ou GanttProject (PC/Mac/Linux) : qui dit projet informatique dit ressources, roadmap, planning, budgets... tous ces aspects étant imbriqués les uns dans les autres. Après plusieurs années passées à tester différentes solutions, je dois dire qu'aujourd'hui, mon compagnon quotidien s'appelle Merlin. C'est un logiciel de planification de projet, dans lequel vous pouvez définir des tâches, allouer des ressources, placer des jalons et des évènements dans votre planning. Mais Merlin va plus loin que la simple planification : vous pouvez suivre l'avancée de vos travaux, générer des rapports personnalisés pour savoir où en sont vos équipes, détecter les pics d'activité, calculer le coût de vos travaux. C'est un must !! Malheureusement, il n'existe que sous Mac. En alternative, je conseillerai le libre GanttProject, qui fait un peu pareil, mais de façon plus “rugueuse”. A signaler également, sous Windows, OpenWorkBench.
  • Trac : lorsqu'on conduit un projet informatique, il faut assigner des tâches à plusieurs personnes, procéder à des tests, faire remonter des bugs par priorité, spécifier des évolutions fonctionnelles. A ce stade, le simple e-mail ne suffit plus : les messages se perdent et leur suivi relève de la mission impossible. Il faut donc utiliser une plateforme de gestion de projet : depuis plusieurs années, j'utilise Trac (libre et gratuit), qui permet via un système de tickets de définir des tâches, relever des bugs ou proposer des améliorations. Chaque ticket pourra être assigné à un utilisateur, avec un degré de priorité variable et si nécessaire, un regroupement au sein d'un lot qui correspond, par exemple, à une étape de votre roadmap. C'est le complément idéal de Merlin pour effectuer des recettes, spécifier des fonctionnalités ou faire du bug tracking. Un peu rugueux de prime abord, Trac est un service très performant au quotidien, et idéal pour animer à peu de frais une équipe projet. Dans le même genre, vous trouvez également Pivotal Tracker, Jira, RedMine, 5pm, qui ne sont pas tous gratuits.
  • Adobe ConnectNow, GTalk et Skype : à titre personnel, je travaille beaucoup à distance. Cela implique d'échanger régulièrement avec des collègues distants, pour des réunions ou des points sur des aspects du projet. Il faut donc pouvoir communiquer, échanger et partager des écrans. J'utilise donc Gtalk et Skype pour le tchat et Adobe ConnectNow pour la visioconférence. Tout simplement le service le plus simple et le plus efficace que j'ai testé dans ce domaine : on peut partager un écran, faire de la vidéoconférence, prendre le contrôle d'une machine à distance... et c'est gratuit jusqu'à 3 participants !
  • Google Docs et Google Agenda : au-delà des tickets et des roadmaps sophistiquées, conduire un projet nécessite de produire beaucoup d'écrits (compte-rendus, spécifications, ...). Et également, de partager des évènements, pour faire circuler l'information. Dans ce domaine, je n'ai rien trouvé de mieux que les GoogleDocs et Google Agenda. Certes, en fonctionnalités, on est loin de ce que proposent les traitements de texte de bureau. Mais au final, GoogleDocs propose le strict essentiel : avec une énorme cerise sur le gâteau, à savoir le collaboratif. Le fait que plusieurs personnes puissent interagir à distance sur le même document est tout simplement fantastique. Cela permet de construire rapidement des documents à plusieurs mains, en raccourcissant les circuits d'échange. Idem pour le calendrier partagé : tout le monde y a accès, chacun peut y déposer des évènements, c'est top pour faire circuler l'information tout en la maîtrisant. 
  • Jing : dans un projet informatique, on passe son temps à commenter des captures d'écran. Soit pour signaler des bugs, soit pour suggérer des évolutions fonctionnelles. Il est un petit utilitaire gratuit qui est toujours ouvert sur mon Mac, c'est JING : en 2 clics, vous pouvez faire des captures d'écran statiques ou animées. Simple, efficace et rapide. Indispensable !
  • Enfin, pour ceux qui sont fanas de la méthode Scrum, je ne saurais que trop conseiller ScrumDesk (gratuit jusqu'à 5 utilisateurs) qui est une sorte de couteau suisse.


Bien sûr, en parallèle de la spécification des fonctionnalités, il faut tracer des interfaces utilisateurs : dessiner des wireframes, concevoir des interfaces… mais là, c'est un autre sujet, et je vous invite à consulter le post que j'y avais consacré au mois d'octobre.

Bonne conduite de projet !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !