Accéder au contenu principal

Les tweets doivent-ils plaire au D.A.M. ?

Quand on pense D.A.M. (comprenez Digital Asset Management), la majeure partie des clients - mais aussi certains éditeurs - continuent de penser "photos". Voire "vidéos". Mais rarement plus...
Pourtant, un D.A.M. ce n'est pas qu'une simple médiathèque.
Il s'agit d'une manière de centraliser l'ensemble du patrimoine numérique d'une entreprise de façon à :

  1. recenser chaque composant de ce patrimoine
  2. transformer un "simple" fichier en un asset intelligent grâce aux taxinomies, thésaurus et ontologies,
  3. faciliter la localisation de chaque asset et surtout, sa réutilisation
Aujourd'hui, dans tout bon D.A.M. qui se respecte, on est censé retrouver des images, des logos, des vidéos, mais aussi des fichiers audios, des documents texte, des articles individuels, des tableurs, des diaporamas, des PDF... et suivant vos usages, des natifs Indesign...
Bref, tout ce que votre entreprise peut produire.

D'où une interrogation légitime à l'heure des réseaux sociaux : les tweets doivent-ils être indexés dans un D.A.M. ?
A priori, on peut se dire qu'un tweet n'est pas un asset, que cela n'a rien à voir...
Et pourtant, à y réfléchir, dans une entreprise, un tweet peut et même doit suivre un processus de validation. Il est censé pouvoir être traduit et réutilisé par certaines filiales. Il doit également pouvoir être tracé pour connaître son historique et planifier une éventuelle relance. Enfin, il doit être possible de positionner un embargo pour interdire l'envoi du tweet avant une certaine date.

En conclusion, chaque tweet et plus largement, chaque message Facebook, Viadeo ou Linked In, constitue un asset qu'il convient d'indexer et d'archiver. Enfin, c'est mon point de vue ;-)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…