Accéder au contenu principal

L'intranet est mort. Vive les RSE, le DAM et les outils métiers

Dans les entreprises, les intranets sont souvent des projets morts-nés qui engloutissent une quantité de temps incroyable pour un bénéfice relativement faible. La raison de cet échec ? Personnellement, j'en vois plusieurs. Un manque de réactivité, de spontanéité et de "temps réel". Mais aussi parce qu'ils sont souvent détournés de leur usage initial pour servir un peu à tout, beaucoup à n'importe quoi... Stockage de fichiers, mais sans gestion des mises à jour et des dates d'expiration. Carnets d'adresse centralisé, trop souvent obsolète... En conclusion, les intranets sont aujourd'hui dépassés, en retard par rapport aux autres outils auxquels leurs utilisateurs sont habitués.

Alors, par quoi peut-on remplacer un bon vieil intranet ? Il existe un trio magique pour rebooster votre communication interne :

  1. le RSE, réseau social d'entreprise : il s'agit d'une plateforme sociale interne à l'entreprise, un espace collaboratif au sein duquel les collaborateurs peuvent poster des messages, échanger des contenus, partager des informations...Il est possible de créer des groupes d'échanges thématiques, autour d'un projet ou d'un service, ou des espaces transverses. Au début, on peut aisément se dire que c'est un gadget. Mais en conduisant une réflexion approfondie sur les usages, on se rend rapidement compte qu'un RSE peut pallier efficacement le tsunami d'e-mails qui envahissent chaque matin nos boîtes aux lettres, en offrant un meilleur suivi et une réactivité accrue. Les RSE les plus connus sont Yammer, Jamespot, CampFire et... Google+. Plus d'infos ici...
  2. le DAM : le RSE, c'est bien pour échanger, dialoguer, collaborer et partager... Mais vu la quantité de données stockées et produites par les entreprises, il faut des outils dédiés à la gestion du patrimoine numérique. Pour stocker les données, mais surtout pour les trouver facilement. Un asset, c'est juste un fichier (quelqu'il soit) que l'on rend intelligent en y associant des métadonnées et un mode de classement qui feront qu'il va devenir simple à utiliser, à trouver et à faire vivre. Votre D.A.M. va ainsi devenir le recueil centralisé de tout votre patrimoine documentaire, qu'il s'agisse de supports destinés aux clients comme de documents à usage interne, quelque soit les formats : vidéos, audio, images, traitements de texte, tableurs, diaporamas... Un must-have à l'heure du Big Data
  3. les outils métiers : pourquoi imposer un éditeur de texte web à des utilisateurs qui travaillent la majorité du temps sous Word ? Pourquoi demander à des graphistes qui ont le nez collé à Indesign et Photoshop d'utiliser des logiciels complexes qu'ils auront du mal à maîtriser ? Pourquoi exiger des commerciaux qu'ils utilisent autre chose que PowerPoint pour faire leurs présentations client ? Après tout, chaque métier dispose d'outils adaptés, et il ne sert à rien de tenter de les contourner. La tendance actuelle consiste plutôt à enrichir les logiciels courants de fonctionnalités nouvelles, destinées à améliorer ou à faciliter l'expérience des utilisateurs. Par exemple, plutôt qu'un D.A.M. full-web, proposez un plugin Indesign ou un add-on Powerpoint pour que chaque utilisateur puisse trouver des assets de façon maîtrisée sans quitter l'interface de son logiciel préféré. Ou proposer un plugin Word qui permette de "pousser" des contenus structurés vers un CMS. Ce sera bien plus efficace que des outils trop fermés... et vous emporterez une bien meilleure adhésion des utilisateurs.

Commentaires

  1. Bonsoir,

    On a plagié votre article. C'est par là :

    http://www.adn-reseaux-sociaux.fr/2012/06/26/l-esor-des-rse-du-dam-et-des-outils-metiers/

    Cdt. Jethro

    RépondreSupprimer
  2. Salut Jethro
    Merci pour le lien. On va dire que c'est le début de la gloire ;-)
    Mais bon, ça me fatigue à la longue…

    A+
    Ludovic

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…