Accéder au contenu principal

L'informatique, talon d'Achille des imprimeurs ?

Pendant longtemps, les imprimeurs ont fait figure de pionniers en matière d'informatique : poussés par les innovations en matière de pré-presse et de photogravure, ils s'étaient en effet massivement équipés au début des années 90 de systèmes informatiques sophistiqués. Les Mac fleurissaient dans les studios, et dès l'avènement d'Internet, beaucoup d'imprimeries avaient franchi le pas en optant notamment pour des lignes Numeris afin d'accélérer l'échange de données.

Pourtant, l'informatique continue d'être perçue dans les imprimeries comme un outil industriel. Comprenez par là, un "outil au service de la production".

Depuis 10 ans, l'informatique s'est pourtant mué en un outil au service de la relation client, quel que soit le domaine d'activité. Le cloud et les réseaux sociaux ont favorisé cette mutation, en facilitant notamment l'acquisition de nouveaux outils et en simplifiant le processus décisionnel.
Dans les grandes entreprises, l'IT - comme on dit en bon français - n'est plus l'apanage des DSI. Les utilisateurs prennent le pouvoir, du moins le pouvoir décisionnel.

Dans l'imprimerie, j'ai toutefois le sentiment que cette dimension est encore trop souvent négligée. On continue de considérer l'informatique comme un moyen de faciliter ou de sécuriser la production, alors qu'aujourd'hui, c'est un formidable outil pour renforcer la relation avec le client. Et même générer de nouveaux revenus.

Par ailleurs, lorsque des projets sont initiés pour déployer de nouveaux services, notamment en matière de web-to-print, je trouve que la conduite de projet est encore trop souvent abordée uniquement sous l'angle de l'outil : quelle technologie choisir ? quelle infrastructure ? quel budget ?
Alors que la question centrale devrait être : pour quoi faire ?
Lorsque l'on lance un nouveau service, de type eProcurement ou Web-to-Print, l'enjeu n'est pas tant de choisir le bon outil. Il faut commencer par établir un business-model, une stratégie et un marketing-mix. C'est essentiel pour définir les attentes liées au produit, les moyens mis en œuvre et vérifier son adéquation avec les attentes du marché. Le choix de l'outil découlera naturellement de cette analyse préalable : lorsque vous saurez précisément ce que vous voulez faire et ce que vos clients attendent de vous, vous n'aurez que peu de difficultés à identifier le logiciel adéquat.

Et même une fois la technologie choisie, tout n'est pas terminé : implémenter un nouveau service de ce type dans une imprimerie relève de la conduite de projet. Or on ne s'improvise pas chef de projet dans le domaine des services web, du eCommerce ou du webmarketing.
Il faut savoir déléguer cet aspect-là en faisant appel à des ressources compétentes.
L'erreur que commettent bon nombre d'imprimeries sur ces sujets consiste, soit par ignorance, soit par volonté de réduire les budgets, à gérer ces déploiements en interne. Déploiements qui finissent trop souvent par s'embourber par manque de recul et de savoir-faire.

Rappelez-vous que l'important n'est pas l'outil, mais ce que vous en ferez. Et l'essentiel repose dans la connaissance de votre clientèle et de ses attentes.
Et vous, où en êtes-vous dans votre relation avec l'informatique ?

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…