Accéder au contenu principal

Traduire facilement un fichier Indesign avec CopyFlow ou One2Edit

Dans un univers marketing internationalisé, la gestion des supports de communication et d'information en plusieurs langues devient un enjeu crucial. Hormis ceux qui utilisent des systèmes de TMS dédiés, il faut reconnaître que la déclinaison multilingue de fichiers PAO tient encore du grand bidouillage, surtout lorsque l'on fait appel à des traducteurs externes.

Certains leur envoient directement les natifs, charge au traducteur de gérer les modifications de la maquette dans Indesign. D'autres au contraire exportent tout le texte dans un fichier Word par copier-coller, transmettent le .doc à leur traducteur pour qu'il fasse son travail, puis réimportent les textes traduits… à la mano. Un peu hasardeux, surtout lorsqu'on travaille dans des langues que l'on ne maîtrise pas : c'est du vécu ;-)

Certains, plus pointus, mettent en place des workflows basés sur InCopy, mais on ne peut pas dire que ce soit totalement adapté.
Il existe pourtant des solutions assez simples pour répondre efficacement à cette problématique. CopyFlow Gold de Napsys est l'une d'entre elles.


Plugin compatible Indesign, Illustrator et Quark Xpress

Premier avantage, CopyFlow Gold ne se limite pas à un seul outil PAO : ce plugin gère la plupart des outils utilisés actuellement en PAO, que ce soit pour de la mise en page de supports marketing ou informatif (Xpress et Indesign) comme pour le packaging (Illustrator).

CopyFlow exporte tout le contenu texte en un seul fichier externe

Le principe de fonctionnement de CopyFlow est assez simple : il "crache" dans un fichier tout le contenu texte d'un fichier Indesign. Pas très balèze me direz-vous… La particularité de CopyFlow, c'est sa capacité à gérer plusieurs formats de sortie : RTF bien sûr mais aussi format Adobe Tags, ou XML. Auxquels CopyFlow ajoute la gestion de formats "métiers" pour la traduction, le XLIFF et le CFG XML, compatibles tous deux avec des outils de traduction tels que SGL Trados ou DéjaVu.



Exportation structurée, traduction dans un outil métier, puis réimportation

Le process de traduction d'un fichier Indesign est assez simple : depuis le panneau "CopyFlow" accessible dans Indesign, le graphiste choisit un format d'exportation, par exemple XLIFF. Il génère un fichier indépendant qu'il transmet à son traducteur.

Le fichier original dans Indesign avec la palette d'exportation CopyFlow à droite


Le traducteur se charge alors de traduire tout le texte qui lui a été envoyé dans l'outil de son choix, sans se soucier de la mise en page.

Vue du fichier XLIFF généré depuis CopyFlow et ouvert dans SDL Trados
pour traduction

Une fois son travail terminé, le traducteur renvoie au graphiste le fichier XLIFF traduit ; le graphiste n'a plus alors qu'à créer une copie du fichier Indesign, à y importer le nouveau fichier XLIFF au moyen de la palette CopyFlow… et le tour est joué. Les textes se repositionnent tous seuls dans les bons blocs… un sacré gain de temps et de sécurité lorsque le graphiste ne parle pas un mot de la langue du document sur lequel il travaille. Il n'a qu'à se soucier des débords de texte et de la mise en page.

Vue du nouveau document Indesign traduit
après importation du fichier XLIFF renvoyé par le traducteur


En peaufinant aux petits oignons ses feuilles de style, notamment sur les questions de césure, on peut ainsi réaliser des progrès très importants dans ses workflows de traduction. D'autant que si votre plateau PAO gère à la fois des supports Indesign et Illustrator, tous vos opérateurs utiliseront le même outil.

A 495$ la licence, cela reste très abordable…

One2Edit pour des workflows de traduction plus sophistiqués

CopyFlow reste toutefois adapté uniquement à des processes simples, dans lesquels un graphiste est en relation avec un traducteur. Dès qu'il y a un besoin de structuration des workflows, avec étapes de validation, sécurisation des zones à traduire… il devient nécessaire de passer sur des outils de TMS dédiés, capables de gérer ces aspects, mais aussi de supporter des mémoires de traduction ou d'exporter dans plusieurs formats. L'une des solutions les plus performantes dans ce domaine s'appelle One2Edit. Elle permet d'éditer des documents Indesign depuis un interface web, en proposant tous les outils nécessaires aux workflows de traduction.
J'y reviendrai plus en détail prochainement, mais voici déjà un aperçu de cette technologie en vidéo :



Liens :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…