Accéder au contenu principal

Print : Impressions de Viscom



J'ai eu la chance cette année de participer au salon Viscom à Paris, puisque l'équipe Exa était présente au grand complet sur un magnifique stand (spéciale dédicace à mes équipes pour l'incroyable boulot réalisé). Ce moment est toujours essentiel pour nous car il nous permet de rencontrer nos clients afin de les écouter et d'échanger avec eux sur nos nouveautés. C'est aussi un bon indicateur des évolutions du marché, et cette année je dois dire que mes petites antennes n'ont cessé de s'agiter tout au long des allées du salon.

Un secteur en pleine mutation… et en pleine interrogation

Il suffisait de regarder le programme des conférences pour se rendre compte que les "professionnels de la profession" se posent quelques questions :-) Quel impact aura sur la filière l'arrivée de la grande distribution dans l'impression personnalisée ? Comment la commande d'objets publicitaires se transforme à l'ère du web-to-print ? Bref, la mutation du secteur dopée par le numérique ne cesse de s'accélérer et de s'étendre, et cela génère beaucoup de questions.

Ceux qui doutent, et ceux qui foncent

Du coup, alertés par ces mutations, les acteurs de la chaîne graphique s'interrogent. Que doivent-ils faire ? Faut-il y aller, attendre, ignorer ? C'était d'ailleurs le thème de l'une de mes conférences… Mais pendant que certains s'interrogent, d'autres foncent : web-to-print, mobile, retail… des agences de comm', des imprimeurs ou des studios d'exé se réinventent et cherchent à profiter des opportunités.  Sans parler de certaines start-ups qui ont des idées vraiment bluffantes dans les cartons.
Ce paradoxe était encore plus renforcé par la forte présence de vendeurs de machines, et la relative faible représentation d'éditeurs de solutions web-to-print. Comparé à des éditions précédentes, j'ai vraiment trouvé qu'on voyait beaucoup plus de machines (notamment en découpe) que de fournisseurs de solutions business, alors que selon ma perception, beaucoup d'acteurs de la chaîne graphique s'interrogent aujourd'hui sur leur devenir en termes de positionnement, plutôt qu'en investissement machines. Le combat des anciens et des modernes à la sauce 2.0, en quelque sorte.

Vers une re-spécialisation des acteurs de la chaîne graphique ?

Une autre chose qui m'a frappé, c'est une forme de respécialisation des acteurs de la chaîne graphique. J'avais déjà lu des articles à ce sujet, et j'ai l'impression qu'après des années pendant lesquelles les agences de comm' se sont diversifiées pour devenir des hyper-généralistes – au risque de faire un grand écart à la JCVD – les annonceurs recherchent aujourd'hui des hyper-spécialistes dans chaque domaine :

  • Web
  • SEO-SEA
  • Conseil stratégique
  • Exé Print
Du coup, les bons vieux studios de fab reviennent en force, avec de vrais spécialistes de la préparation d'imprimés hyper-qualitatifs. Ils ne font pas de créa, mais sont les dieux de l'Exé. Je pense que cette mutation est accélérée par le fait que bon nombre d'agences de comm' ont aussi perdues leurs spécialistes en fab', et par le fait aussi que les clients recherchent aujourd'hui de l'imprimé haut de gamme. En tout cas, c'est une tendance à suivre…


Le Print n'est pas mort, mais alors pas du tout !

Une chose est sûre, c'est que s'il est en mutation, notre secteur est plein de vie. Les idées fourmillent, de nouveaux entrant bousculent les habitudes avec des manières de mauvais garçons, et c'est tant mieux, de nouvelles technos explosent les barrières établies depuis des décennies… Bref l'imprimé, l'imprimerie et le web-to-print sont loins d'être à l'agonie. Et c'est tant mieux !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !