Accéder au contenu principal

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com

10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs

Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'hui le modèle dominant dans l'imprimerie en ligne, mais on constate un retour en force des portails fermés sur lesquels il faut prouver que l'on est agence de communication, graphiste indépendant, studio pré-presse ou imprimeur afin de pouvoir afficher des prix et commander. Marqetspace et Route1 Print en Angleterre, Print.com en Hollande… plusieurs imprimeries en ligne font à nouveau la promotion de ce modèle historique, et croient dur comme fer en ce marché spécifique. “Les 60% d'augmentation de commandes du dernier exercice et la croissance annuelle à 2 chiffres depuis 5 ans nous confortent dans notre positionnement exclusif, dédié à la communauté des professionnels des arts graphiques” explique Hugo Teixeira, Responsable Marketing de Realisaprint.com

Chiffres-clés de Realisaprint.com


Le Revendeur de “print”, un expert-conseil indispensable…

Si le nombre précis de graphistes indépendants et d'agences conseils en communication reste difficile à établir faute d'étude précise, il est évident que le secteur a été secoué ces dix dernières années par la mutation des budgets marketing, les dépenses consacrées aux médias dits "traditionnels" étant aspirées par le marketing digital. Le webmarketing a absorbé beaucoup d'investissements, favorisant de nouvelles typologies d'agences au détriment d'opérateurs plus traditionnels. Néanmoins, depuis un an ou deux, on assiste à un retour en force du print comme vecteur de communication premium : face aux excès du web-marketing, à la crainte du ciblage permanent, aux scandales à répétition qui éclaboussent les GAFA, mais aussi à l'augmentation des coûts du web marketing, les annonceurs regardent le support papier avec un nouvel œil, et en redécouvrent ses vertus. “Nous croyons fermement à la place des revendeurs sur le marché de la communication. Concevoir un beau support de communication imprimé demande du savoir-faire, de la technicité et de l'expertise… Nos revendeurs nous disent régulièrement que beaucoup de leurs clients ont essayé de bidouiller par eux-mêmes, mais au final ils se rendent compte que cela nuit à leur image de marque, et ils cherchent à nouveau des partenaires qui maîtrisent la chaîne graphique” explique Hugo.  “Le print devient un média premium, un canal privilégié à haute valeur ajoutée dans le parcours client. Les produits sont de plus en plus techniques, grâce au développement des ennoblissements numériques. Et cela, un néophyte ne peut pas le réaliser…” continue-t'il.

Échantillons, pose, les revendeurs ont des besoins particuliers…

A métier spécifique, approche spécifique ; tel est le crédo de Realisaprint.com qui développe ainsi une gamme d'outils et de services exclusifs pour la population des revendeurs. Dernier exemple en date, un tout nouveau kit d'échantillons repensé pour apporter de l'aide au revendeur dans le choix de ses matières et dans la présentation de ses offres à ses clients. Envoyé gratuitement après la première commande, ce coffret présente une grande partie des catégories vendues sur le site, avec des visuels en marque blanche permettant une utilisation "sereine" par le revendeur en clientèle…

Nouveau kit échantillons Realisaprint.com

Dans un autre registre, Realisaprint.com vient de lancer un réseau de pose pour tous ses produits de signalétique (bâche, enseigne, covering véhicule…). “En quelques clics, le revendeur peut commander sa matière et se voir proposer les services d'un poseur agréé” détaille Hugo Teixeira.

Favoriser l'internalisation de la fabrication, l'automatisation et le made in France pour plus d'agilité

Bien que l'exercice comptable ne soit pas totalement arrêté, l'imprimeur niçois vise un chiffre d'affaires de près de 10 millions d'euros cette année. Et il ne compte pas en rester là… “Nous croyons dans le modèle du 100% revendeurs, et nous sommes convaincus que la clé de la réussite repose sur une maîtrise accrue de la production en interne” explique Rafael Mari. “Alors que beaucoup de nos concurrents font le choix de sous-traiter, souvent à l'étranger, nous investissons dans l'achat de machines pour notre unité de production de Nice, et nous nous appuyons sur un maximum de partenaires français pour les produits que nous n'imprimons pas nous-même. Nous faisons ainsi partie du réseau Imprifrance qui regroupe plus de 66 imprimeries de l'Hexagone”. Dotée de flux automatisés Enfocus Switch qui permettent de traiter jusqu'à 1500 commandes par jour dans un délai record, l'entreprise capitalise aussi sur son propre parc machines : équipée en offset et numérique avec du matériel Konica-Minolta – dont elle est ambassadrice pour l'Europe du Sud – MGI pour l'ennoblissement numérique, Duplo pour la découpe, le vernis et la dorure, Bluecrest pour la finition, Zund pour le grand format et Agfa pour l'impression à plat, l'unité de production de la périphérie de Nice n'en finit pas de grandir. Et d'autres projets sont à l'étude, sans toutefois chercher une croissance démesurée.









“Nous ne sommes pas un grand groupe” explique Hugo. “Nous cherchons avant tout à améliorer la satisfaction de nos clients. Cela passe par des prix hyper-compétitifs, une grande réactivité et une recherche permanente de l'innovation. Et surtout, la proximité avec nos clients”. La culture 'startup' est en effet au cœur de l'entreprise, avec un sens du service inspiré des plus grands. “Au travers de notre service client, et de notre communication, nos revendeurs vivent le développement de notre entreprise, et cela crée un véritable attachement” continue Hugo. “Nous développons une culture d'entreprise avec des valeurs solides, et ça, le client le ressent…”


Production de miel, plantation d'arbres avec les écoles du coin,
l'équipe Realisaprint.com multiplie les démarches Eco-citoyennes

Un modèle qui s'exporte malgré un environnement très concurrentiel

Le marché français de l'imprimerie en ligne est l'un des plus bataillés d'Europe… Quasiment tous les opérateurs européens s'y retrouvent, qu'ils soient allemands, italiens, espagnols ou néerlandais. Sans oublier les grandes multinationales… Pour les imprimeurs en ligne français, il est difficile de trouver une place dans cet océan rouge, dominé par une guerre à outrance des prix de ventes et des coûts par clics. Le positionnement 100% revendeurs permet pourtant à Realisaprint.com de préserver une forme de niche et de croître sereinement, lui autorisant même d'exporter son modèle à l'étranger. “En 2019, nous avons créé une seconde entité Realisaprint.it en Italie” précise Hugo. Outre le lancement du site www.realisaprint.it, l'imprimerie a déployé une unité de production en Italie avec une dizaine de collaborateurs. “En proposant des produits de qualité au meilleur prix, et avec un minimum de publicité, nous avons déjà atteint le cap des 20 commandes par jour”. L'objectif affiché est de dépasser les 100 commandes / jour avant la fin de la première année d'exploitation.


Rendez-vous à C! Print en février prochain

En 2020, Realisaprint.com participera comme chaque année au salon C! Print à Lyon pour aller à la rencontre de ses clients revendeurs. Selon Hugo Teixeira, “cette année, outre notre nouveau kit échantillons, nous disposerons d'un stand plus grand qui nous permettra de dévoiler de nouvelles gammes de notre catalogue. Et nous annoncerons probablement de nouveaux investissements pour renforcer notre parc machine”.
Rendez-vous du 4 au 6 février prochain à Lyon sur le stand Realisaprint.com…

[Article sponsorisé]

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…