Accéder au contenu principal

L’imprimerie en ligne, en marche vers la marketplace-isation





Depuis plus de 20 ans maintenant, le marché de l’imprimerie en ligne se répartit grosso modo entre 3 business models différents :
  1. Les producteurs d’imprimés, qui ont réorienté leur entreprise pour vendre à 100% sur le web ce que leurs machines produisent
  2. Les distributeurs pure-players, qui sous-traitent à des imprimeurs plus de 40% de ce qu’ils vendent. Ce sont les fameux sites « fabless »
  3. Les plateformes de e-procurement, qui agissent en temps qu’intermédiaires entre de grands donneurs d’ordre et des sous-traitants, sur le mode du « bureau de fab’ 2.0 ».
Globalement, les modèles 1 et 2 ont une existence sur le web avec une forte visibilité, alors que les plateformes de eProcurement sont plus discrètes sur le plan global, souvent spécialisées sur des niches ou des marchés bien précis.

Au cours des années, le modèle économique n’a que peu évolué : le principe du 1) j’achète ou je produis 2) je marge 3) je distribue et je vends reste toujours dominant… Pourtant dans d’autres marchés, de nouveaux modèles sont apparus. Les comparateurs de prix dans le voyage, l’hôtellerie ou les assurances se sont ainsi multipliés, avec un modèle basé sur un principe de commissionnement sur l’apport d’affaires. Les marchands qui distribuent leurs produits sur Amazon sont dans la même configuration : ils gèrent eux-mêmes la mise au catalogue de leurs produits, leur référencement, leurs marges, traitent les commandes et les expédient dans le respect des normes imposées par le géant de Seattle… et Amazon se « contente » de prendre une marge sur chaque vente, en plus d’un montant d’abonnement mensuel.

Les API et l’Intelligence Artificielle au service de la comparaison de prix

On peut se demander pourquoi le print a résisté aussi longtemps à ce modèle de comparateurs de prix… La réponse se trouve dans la non-standardisation des produits. Contrairement à la vente de chambres d’hôtels, de chaussures ou d’ordinateurs, dans l’imprimerie en ligne, la production démarre une fois la transaction terminée. Il n’existe ni stock, ni produits standardisés, ni réelles normes permettant de comparer facilement un opérateur avec un autre. Chacun utilise des formats légèrement différents, des matières particulières, des finitions nommées différemment… et beaucoup de calculs de prix sont réalisés dynamiquement.
Bref, pour qui a jamais tenté de comparer les prix de plusieurs plateformes web, le casse-tête ressemble fort à une partie de Sudoku niveau « as de la jungle ».
Pourtant, la normalisation des catalogues se fait progressivement, chaque opérateur se calquant au concurrent. Et grâce au développement des API, certaines places de marchés arrivent à connecter simultanément plusieurs catalogues d’imprimeurs en ligne différents, pour offrir une comparaison instantanée. Néanmoins, la comparaison est alors limitée aux seuls imprimeurs connectés… il ne s’agit pas du « scan » de l’offre disponible à un instant « t » sur le web.

Grâce à l’intelligence artificielle, plusieurs startups ont developpé des solutions permettant de scanner des catalogues en ligne via les sites web de leurs éditeurs, et d’établir des profils de comparaison. Nous sommes ainsi à l’aube d’un Trip Advisor du Print qui, pour une catégorie de produits donnée (flyer, carte de visite, brochure, étiquette…) sera capable de vous donner une visualisation des meilleures offres. Bien sûr, tout n’est pas encore totalement automatisable, mais une combinaison d’IA, d’APIs et d’huile de coude de type « Mechanical Turk » d’Amazon, va produire des résultats stupéfiants.

Le eProcurement nouvelle génération, avec Cloud Printer

Loin des simples comparateurs de prix, on trouve aussi désormais une nouvelle génération de place de marché : ce sont des réseaux d’imprimeurs, qui collectent des commandes au niveau global (mondial), pour les imprimer au niveau local. Cloud Printer est un très bel exemple (merci @Loic) du potentiel de ce type de plateforme : eux se chargent de trouver les marchés, avec la promesse pour leurs clients d’une impression en circuit court. Si vous êtes une multinationale, dont le service achat se trouve à Dallas, Texas, cela n’a pas de sens de faire appel à un imprimeur américain pour faire livrer vos tirages à votre filiale de Montpellier, en France. Ne souriez pas, ça existe.
Cloud Printer propose à ces grands comptes de négocier tarifs et conditions à l’échelle mondiale, puis de mettre à disposition un réseau d’imprimeurs qui permettra de produire au plus près du lieu de consommation. Pour les imprimeurs-producteurs, c’est un moyen de se référencer sur une place de marché, différente des comparateurs visibles sur le web.


AliExpress et Amazon


Si vous ne l’avez pas fait, je vous invite à consulter le reportage « Le Monde selon Amazon » qui a été diffusé sur France 5 cette semaine. C’est très instructif sur le mode de pensée d’Amazon, et plus globalement, des places de marchés. Quand ils entrent sur un marché, ces mastodontes prennent le temps de changer la donne et les dynamiques du marché, quitte à perdre de l’argent sur les premières années.
Beaucoup pensent le contraire, pourtant Amazon et AliExpress sont déjà entrés dans l’imprimerie en ligne. Certes de façon très discrète, mais il est d’ores et déjà possible de commander des imprimés personnalisés de tous types, pour particuliers comme professionnels, sur ces plateformes.
Et comme dit la pub, « ce n’est pas fini… »


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…