#Mercato : Famous recrute deux ex-cadres de Canva à des postes stratégiques

 
Le conte de fée de Canva serait-il à un tournant ? Après plusieurs années de croissance spectaculaire, avec une valorisation de près de 40 milliards de dollars moins de 10 ans après son lancement, j’ai l’impression que la méta-licorne de Melanie Perkins subit une crise de croissance. Malgré un nombre incroyable d’utilisateurs actifs (60 millions par mois dans 190 pays selon Techcrunch), Canva n’envisage de réaliser « que » 1 milliard de dollar de chiffre d’affaires fin 2021. Ramené au nombre de salariés (2000), le ratio de revenu n’est "que" de 500 k$ par salarié. Selon mes calculs, chez Adobe qui fait plus figure d’entreprise établie que de startup, ce ratio dépasse les 600 k$ alors que chez Facebook par exemple, le ratio est 3x supérieur. 
 
Le nombre de clients payant semble relativement faible (500 000 toujours selon Techcrunch) comparé à la masse d’utilisateurs gratuits. La conversion du modèle free vers le modèle payant paraît difficile et c’est peut-être là le talon d’Achille de cette société malgré un produit extrêmement bien conçu et facile à utiliser.
 
L’intérêt récent de Canva pour le print internalisé s’explique d’après moi par la volonté d’aller chercher de nouvelles sources de revenu, afin d’accroître le chiffre d’affaires et la rentabilité de l’entreprise, en vue peut-être d’une entrée en Bourse. Mais cela suppose une infrastructure de production mondialisée, capable de fournir le même degré de service, les mêmes délais et le même catalogue produit dans les 190 pays où Canva est utilisé. Très peu d’opérateurs sont actuellement capable de répondre efficacement à une problématique d’une telle complexité…
 
Autre souci de Canva, c’est l’appétit qu’il aiguise chez ses concurrents : la semaine dernière, Cimpress a annoncé le repositionnement stratégique de son vaisseau-amiral Vista, que j’interprète comme une réponse massive et très complète à Canva. Logiciel de création en mode freemium, templates, marketplace de design, plateforme d’impression, services connectés, banque d’images, le scope fonctionnel de Vista est vraiment étendu… Et on connaît la puissance de frappe dont est capable Vista en matière de publicité…
 
Dans un autre registre, Famous vient de recruter deux anciens cadres dirigeants de Canva : Aaron Day, ancien responsable des partenariats de Canva, devient CEO de Famous.
 
Et  Laura Haines, ex-directrice générale des partenariats et des produits, rejoint également Famous comme Chief Product Officer. Intéressant de noter que ces deux recrues étaient précédemment en charge des partenariats 😉
 
Famous n’est pas un concurrent direct de Canva, il se positionne plutôt comme un générateur ultra-simple d’expériences e-Commerce et de contenus animés… Mais on reste quand même dans un univers très proche. 
 
Les prochains mois vont être passionnants dans cet univers impitoyable. Plusieurs stratégies sont à l’œuvre, avec des approches différentes… Wait and see !
 
Sources :

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Qui est Apollo Global Management, le fonds qui vient d'investir 300 millions d'euros dans Cimpress ?

Le ROAS du print (mailing, asile colis…) est 3 à 10 fois supérieur à celui de Google Ads, Facebooks Ads ou du cold emailing