Accéder au contenu principal

Quand le remède est pire que le mal

J'exposais dans un précédent post les raisons qui poussent agences, annonceurs ou imprimeurs à se doter de plateformes web-to-print.
Maîtriser son image de marque, proposer un service de personnalisation de documents prêt à l'usage ou améliorer les processus de collaboration, les motivations ne manquent pas. Elles répondent à de vrais enjeux.
Mais il faut pas se tromper : le web-to-print n'est qu'un outil, un simple outil de plus. Il ne s'agit pas de la panacée absolue qui résoudra comme par magie tous les maux de votre organisation.
Si l'intégration de votre plateforme web-to-print n'est pas suffisamment préparée, si vos espérances sont trop ambitieuses ou si votre cahier des charges n'est pas assez précis, vous risquez d'une part des désillusions et d'autre part, des dépenses mal maîtrisées. Mais surtout, vous risquez de désorganiser votre outil de production. Ce qui peut s'avérer dramatique.
Les agences de communication, les studios de pré-presse, les directions marketing ou les imprimeries ont tous un point commun : ces entités subissent de fortes contraintes et elles doivent répondre à toutes les demandes dans des délais très courts, avec un niveau d'exigence élevé. J'ai été souvent frappé dans ma carrière de voir à quel point des structures en apparence désorganisées pouvaient répondre avec agilité aux besoins de leurs clients. Clients qui étaient alors aux anges. Réactivité, débrouillardise et huile de coude étant souvent les ingrédients d'un cocktail réussi.
Cet équilibre est pourtant fragile : l'introduction d'un service de web-to-print afin d'améliorer le travail collaboratif peut totalement "casser" une mécanique bien huilée si rien n'est anticipé. Imposer à un réseau de franchisés ou de revendeurs un nouveau service centralisé, sans préparer le terrain, sans évangéliser, peut entraîner une réaction de rejet qui ne pourra pas être "récupérée".
Ce type de projet doit être mûrement réfléchi pour définir ses objectifs, ses attentes, son cadre. Un plan de déploiement et de formation doit aussi être prévu. Chose encore plus importante à mes yeux, les utilisateurs et toutes les personnes concernées doivent être impliquées très tôt pour comprendre les processus de travail, les échanges et les méthodes en vigueur Cela s'appelle de la conduite de changement, et il ne faut pas hésiter à faire appel à des professionnels dans ce domaine.
Pour ma part, je préconise de rester fidèle à un vieil adage : "Primum non nocere". Qui se traduit en matière de gestion de projet par "on ne touche pas à ce qui marche". Ou alors tout en douceur...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

Gratuit : l'étude de marché du web-to-print en Europe 2020

Aujourd'hui, c'est Noël, et j'ai décidé de vous offrir mon étude de marché sur l'imprimerie en ligne en Europe en 2020. C'est un travail personnel, réalisé avec mes propres moyens, en compilant les données disponibles publiquement sur le web… L'objectif de cette étude de marché est disposer d'une vision du poids de l'imprimerie en ligne en Europe, de voir quelles sont les technologies utilisées et de zoomer dans chaque pays pour étudier quelles sont les dynamiques propres à chaque territoire.

Cette étude est forcément fausse, je vous préviens :-) En se basant sur des données publiques, il manque forcément des chiffres, mais je pense qu'à un niveau macro, les tendances sont plutôt justes. J'espère en tout cas qu'elle vous aidera à mieux comprendre ce qui se passe dans le web-to-print en Europe, et dans votre pays, et qu'elle vous donnera envie, peut-être, de franchir le pas.

N'hésitez surtout pas à me faire part de vos remarques, cri…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…