Accéder au contenu principal

A quand un logiciel de PAO mêlant CSS, XHTML et WOFF ?

Les logiciels de PAO évoluent sans cesse au fil des ans : nouvelles fonctionnalités, sophistication toujours plus avancée, intégration dessin vectoriel / mise en page / retouche photo plus poussée... et bien sûr, ouverture vers la publication multicanal. Mais le paradigme de base n'a jamais évolué : bien qu'ils permettent de générer des contenus pour le web ou les tablettes ardoises, les logiciels de PAO restent structurellement optimisés pour le print. Dans un sens, c'est logique. Mais ce principe historique constitue, à mon sens, un frein majeur dans l'évolution des techniques de PAO.

Au cours des dernières années, le web a amorcé sa mutation : les nouvelles normes du HTML et l'évolution des CSS autorisent désormais des mises en page (web) sophistiquées, avec des effets typographiques avancés. Il s'agit d'une véritable convergence du web vers le print pour que le rendu des pages électroniques se rapprochent au plus près des habitudes acquises dans les formats papier.
Aujourd'hui, Adobe a annoncé une nouvelle norme en matière de CSS pour ajouter de nouveaux effets d'habillage de texte destinés à améliorer le rendu des pages web. L'objectif est clair : rendre le passage du support papier au support électronique (web, smartphone ou tablette) aussi transparent que possible pour le lecteur. Et si possible, en utilisant les normes qui sont en train de s'imposer de façon universelle sur le web.

L'enjeu est phénoménal : ces nouveaux standards vont dicter les règles en matière de mise en page pour les années à venir, voire décennies.

D'où mon interrogation : à quand un logiciel de PAO qui s'ouvre au XHTML, aux CSS et au WebOpenFont ? Quand Adobe et Quark vont-ils cesser de produire des formats de fichiers propriétaires pour enfin adopter des standards universellement reconnus ?
Remplacez un fichier .indd ou un fichier .qxp par un fichier XHTML, gérez les effets de mise en page via des CSS, importez des images au format PNG et des illustrations en SVG et en sortie, produisez un PDF-X. Techniquement, je ne vois pas aujourd'hui d'objection majeure à cela, du moins pour des mises en page relativement classiques.

Cela présenterait une avancée majeure dans plusieurs domaines :

  • un logiciel unique permettant de produire des contenus adaptés à tous les types de support de façon native, sans nécessité d'utilitaire de conversion ;
  • la disparition de formats de fichiers propriétaires et fermés ;
  • des technologies plus légères, probablement adaptables sous forme de webapp ;
  • la possibilité de déployer des technologies web-to-print en s'affranchissant des moteurs de composition, indispensables pour transposer des fichiers print pour le web ;
  • une véritable ouverture à la publication multicanal à la source.
Alors, mesdames et messieurs d'Adobe et de Quark, c'est pour quand cette véritable révolution ? Ne traînez pas trop : si vous ne faites rien, cela viendra probablement du monde de l'open-source, via par exemple un logiciel comme Scribus ou une webapp...

Wait and see...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Les Deliveroo de l’imprimerie débarquent à Paris

L’imprimerie express, livrée dans la journée, cela fait deux ans maintenant que l’on connaît dans quelques grandes villes de France. C’est un service proposé par les grands noms de l’imprimerie en ligne. 
Ce qui est nouveau, ce sont de jeunes startuppers qui transposent à l’imprimerie et à la reprographie le concept des repas livrés à domicile en vélo, comme Deliveroo. Deux startups françaises proposent ce service : Prynnt et Copees  Leur promesse ? Un service ultra rapide, moins cher que votre imprimante...
Je ne sais pas ce que ça va donner, en tout cas je plains les pauvres livreurs qui vont se trimballer une dizaine de rapports sur le dos... mais c’est intéressant de voir que de nouveaux modèles peuvent encore émerger dans le monde de l’imprimerie.
Amis imprimeurs, sachez vous inspirer de modèles issus d’autres secteurs !