Accéder au contenu principal

Growth Hack du jour : faire des requêtes avancées sur LinkedIn gratuitement, grâce à X-Ray



Linked In est devenu incontournable dans la recherche de profils professionnels, comme dans le networking. Néanmoins, il faut reconnaître que LinkedIn est assez "fermé" par principe, et que cela semble se renforcer depuis 1) le rachat par Microsoft 2) le changement de politique tarifaire. On ne peut pas le lui reprocher, mais LinkedIn sait que ses profils valent de l'or, et donc il monétise le requêtage et le profilage.

Depuis toujours, Google – comme Altavista en son temps – permet d'utiliser des expressions spécifiques pour requêter finement ses recherches. De mon temps, on appelait ça des jokers : cela permet par exemple de restreindre une recherche à un pays, ou à un site web.
Google a fait évoluer cette technologie en la désignant sous le terme X-Ray.
Exemple, si je recherche au hasard un mec appelé "Ludovic Martin", avec X-Ray, je peux demander à Google de ne me présenter que les profils correspondant sur LinkedIn, ou sur Facebook :


  • site:linkedin.com "ludovic martin" : va rechercher "ludovic martin" uniquement sur Linked In
  • site:facebook.com "ludovic martin" : va rechercher la même expression, mais uniquement sur Facebook


Je peux faire le même genre de restrictions sur tout un tas de critères qui sont listés par Google en les combinant avec des expressions booléennes.

X-Ray : le méta-moteur de la recherche de profils… et donc de leads

Quand j'étais jeune (soit la fin des années 90, période pré-Ally McBeal), on distinguait à l'époque les annuaires de recherche (Yahoo, Voilà…) des moteurs de recherche (Altavista) et des méta-moteurs (Copernic). Les méta-moteurs n'avaient pas d'index, mais ils interrogeaient simultanément plusieurs bases pour vous présenter une liste des réponses les plus pertinentes.
Aujourd'hui, avec X-Ray, Google permet de faire la même chose sur les réseaux sociaux.
En effet, des sites spécialisés se sont créés pour déclencher des recherches sur des combinaisons de critères extrêmement précises, en ciblant LinkedIn, mais aussi Dribble, GitHub ou Stack Overflow. Pratique pour débaucher des développeurs, ou trouver le bon interlocuteur.

Si vous êtes en phase de prospection, ce type d'outil vous permet donc de trouver facilement la bonne personne en interrogeant plusieurs réseaux.
Voici le genre de requête X-Ray que cela génère : 
http://www.google.com/search?q=+"directeur+digital" -intitle:"profiles" -inurl:"dir/+"+site:fr.linkedin.com/in/+OR+site:fr.linkedin.com/pub/+"Entreprise+actuelle+%2A+microsoft+%2A+"



et surtout, voici comment la créer sur Recruitin.net : vous remplissez les champs "country" (pays), "job title" (titre en français ou en anglais), "location" (ville), "keywords to exclude" (mots-clés à exclure éventuellement), "education" et "current employer" (employeur actuel).


Il existe d'autres outils similaires, comme Anantha. Tous ont en commun de permettre de réaliser facilement des extractions de profils sur des critères extrêmement précis : un must pour tous les commerciaux et startupers en quête de leads !

Commentaires

Enregistrer un commentaire

Chers lecteurs, n'hésitez pas à laisser un commentaire sur cet article !

Posts les plus consultés de ce blog

Importer les données d'un tableau Excel dans Indesign [actualisé]

Une question qui revient souvent sur les ondes concerne l'automatisation de l'import de tableaux Excel dans Indesign. C'est un aspect très utile dans la vie d'un graphiste, et globalement mal appréhendé par la plupart d'entre eux. Il faut reconnaître qu'Excel n'est pas l'outil naturel du graphiste, c'est même plutôt un sujet de détestation et de moquerie.
Or force est de constater qu'Excel est utilisé par un grand nombre de clients pour travailler leurs données produits et leurs grilles de prix.
En d'autres termes, Excel est au marketeurs ce que Photoshop et Indesign sont aux graphistes : leur compagnon quotidien.

Lorsqu'un client vous soumet des données Excel à mettre en forme, deux options s'offrent donc à vous pour monter votre mise en page :
copier / coller les contenus et faire une mise en page “en dur”… méthode la plus courante mais qui comporte de nombreux inconvénients : perte de temps, répétition de tâches fastidieuses, aucu…

RGPD : la gestion des cookies au service du marketing éthique

Depuis l’entrée en vigueur du Règlement Général sur la Protection des Données en mai dernier, la plupart des sites se sont ornés de bannières ou de bandeaux sur la protection de la vie privée. Je dis la plupart, car dans le eCommerce en particulier, pas mal de sites sont à la traine...
Malheureusement, qui dit bannière d’information sur la gestion des cookies ne signifie pas pour autant un respect de la réglementation, et au-delà, du consommateur. Il est important d’informer, mais aussi de permettre de doser finement ce que le client veut accepter ou non. Et que ce dosage soit véritablement suivi des faits.
La difficulté pour les marketeurs, c’est que la gestion des cookies signifie souvent pour eux une baisse d’activité, ou du moins de rentabilité de certains dispositifs de webmarketing. Le choix court-termiste de marketeurs ou de e-Commerçants consiste alors souvent à faire le minimum syndical : informer vaguement sans faciliter le libre-choix du consommateur.
Je pense sincèrement que ce…

Le "100% Revendeurs" dans l'imprimerie en ligne, un modèle qui a de l'avenir !

Alors que de plus en plus de clients finaux achètent en direct leurs imprimés en ligne, beaucoup s'interrogent sur l'avenir du modèle 100% revendeurs, voire même sur la pérennité du revendeur lui-même. Est-il voué tel un dinosaure à disparaître, emporté par un tsunami digital ? Ou serait-il en train de renaître, tel un Phénix ? Eléments de réponse avec l'exemple français de Realisaprint.com 10 ans d'existence, 10 millions d'Euros de CA, 100% revendeurs Depuis sa création en 2009, le site Realisaprint.com propose des produits d'impression exclusivement réservés aux revendeurs, sur le modèle du “closed portal” – en français, un site web dont l'accès et surtout les prix sont fermés aux non-revendeurs. S'il était répandu jusqu'en 2014-2015, ce modèle de distribution s'est étiolé sur le web, laissant progressivement la place à de simples programmes de remises commerciales sur des prix publics. Ce principe de grilles de remises constitue aujourd'…